Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale, Volume 2

Couverture
Impr. du Gouvernement, 1854
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

la recherche sur les origine de :makcen.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 489 - Il obtint aussi du même prince une grande quantité de fer et d'autres matériaux. S'étant alors mis à l'œuvre, il acheva la construction de sa ville.
Page 4 - Berbérie, le constate lui-même lorsqu'il énumère les divers groupes de la grande famille des Sanhadja. Parlant des Sanhadja de la première race, fixés dans l'Algérie centrale, il écrit : « Au milieu d'eux vivaient plusieurs peuplades ayant la même origine qu'eux et dont la postérité habite encore les territoires où leurs ancêtres ont demeuré...
Page 539 - son cadavre fut écorché, et sa peau, remplie de paille, fut placée dans une cage pour servir de jouet à deux singes qu'on avait dressés à ce métier 3.
Page 52 - Doué, comme son père, d'un esprit créateur et ordonnateur, il se plaisait à fonder des édifices d'utilité publique, à bâtir des palais, à distribuer les eaux dans des parcs et des jardins...
Page 43 - Kalâa atteignit bientôt une haute prospérité; sa population s'accrut rapidement, et les artisans, ainsi que les étudiants, s'y rendirent en foule, des pays les plus éloignés et des extrémités de l'empire. Cette...
Page 113 - Toueidjen, homme très habile en plusieurs métiers, se chargea de remplir la volonté du Roi et bâtit une salle carrée, surmontée d'une coupole. Dans cette construction, il déploya toutes les ressources de son génie ; et, l'ayant enduite de plâtre et ornée d'arabesques en couleurs éclatantes, il en fit un admirable monument.
Page 1 - Chaque montagne, chaque plaine de cette région renferme une peuplade sanhadjienne : c'en est au point que bien des personnes les regardent comme formant le tiers de toute la race berbère.
Page 58 - Setif, et continuèrent à se battre pendant trois jours. Mais enfin les Arabes reculèrent en désordre, après avoir perdu beaucoup de monde, et ils laissèrent leurs troupeaux, leurs femmes et leurs enfants au pouvoir des Almohades. El-Areth, fils d'El-Aziz et seigneur de Bône, s'enfuit en Sicile et, ayant obtenu quelques secours du seigneur de cette île, il revint prendre possession de la ville qu'il avait abandonnée. Plus tard, il tomba au pouvoir des Almohades et mourut dans les tourments....
Page 51 - En l'an 460 (1067-8), il s'empara de la montagne de Bougie (Bedjaïa), localité habitée par une tribu berbère du même nom. Chez eux, Bedjaïa s'écrit Bekaïa et se prononce Br.gaïa.
Page 51 - El-Mansour, fils et successeur d'En-Nacer, sortit de la ville d'El-Kalàa en l'an 483 (1090-1) et alla faire sa résidence à Bougie avec ses troupes et sa cour. Il s'éloigna ainsi d'une région où la violence et la tyrannie des Arabes avaient tout ruiné. — L'audace de ces brigands en était venue à un tel point, qu'ils portaient la dévastation dans les environs de la Kalàa, et enlevaient tout ce qui se montrait en dehors de la ville.

Informations bibliographiques