Correspondance littéraire, philosophique et critique, adressée a un souverain d' Allemagne, depuis 1735 jusqu'en 1769, Partie 3,Volume 4

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 396 - Le cruel Dieu des Juifs l'emporte aussi sur toi. Je te plains de tomber dans ses mains redoutables, Ma fille." En achevant ces mots épouvantables, Son ombre vers mon lit a paru se baisser, Et moi je lui tendais les mains pour l'embrasser ; Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange D'os et de...
Page 168 - Ils dirent beaucoup de choses que je ne vous rapporte pas, et ils en diraient encore, si l'abbé Galiani ne les eût interrompus comme ceci: « Mes amis, je me rappelle une fable, écoutez-la. Elle sera peut-être un peu longue, mais elle ne vous ennuiera pas. » — Un jour, au fond d'une forêt, il s'éleva une contestation sur le chant entre le rossignol et le coucou. Chacun prise son talent. — « Quel « oiseau, disait le coucou, à le chant aussi facile, « aussi simple, aussi naturel et aussi...
Page 170 - C'est lui qui était toute la cour. « Le coucou dit : « Monseigneur, il n'ya pas un mot « à perdre de mes raisons; saisissez bien le caractère de « mon chant, et surtout daignez en observer l'artifice et « la méthode. » Puis, se rengorgeant et battant à chaque fois des ailes, il chanta : « coucou, coucou, coucoucou, coucoucou, coucou, coucoucou.
Page 248 - Observations fondamentales sur les langues anciennes et modernes, ou Prospectus de l'ouvrage intitulé la Langue primitive conservée. Par M. Le Brigant , avocat.
Page 478 - ... un discours sur la vie et la mort, le caractère et les mœurs de M. d'Aguesseau, conseiller d'état, par M. d'Aguesseau, chancelier de France, son fils.
Page 536 - Tiens, ma bien-aimée, prends cette branche fleurie de citronnier que j'ai cueillie dans la forêt : tu la mettras la nuit près de ton lit. Mange ce rayon de miel : je l'ai pris pour toi au haut d'un rocher. Mais auparavant repose-toi sur mon sein, et je serai délassé.
Page 236 - Touraine croissent également dans ces heureuses contrées. Avec ces avantages, qui appartiennent au climat et au sol, il n'est pas étonnant que la Syrie ait passé de tout temps pour un pays délicieux, que les Grecs et les Romains l'aient mise au rang de leurs plus belles provinces, et égalée presque à l'Egypte.
Page 84 - ... pensées le passionnaient tour à tour si vivement , qu'elles semblaient plutôt s'emparer de son esprit , que son esprit ne semblait s'emparer d'elles. Ses idées étaient plus fortes que lui , elles l'entraînaient, pour ainsi dire, sans qu'il lui fût possible ni d'arrêter ni de régler leur mouvement.
Page 169 - ... contredits, ils convinrent de s'en rapporter au jugement d'un tiers animal. » Mais où trouver ce tiers également instruit et impartial qui les jugera? Ce n'est pas sans peine qu'on trouve un bon juge. Ils vont en cherchant un partout.
Page 83 - On ne me louera, j'en conviens, ni dans ce moment où je suis, ni quand je ne serai plus, mais je m'en estimerai moi-même, et l'on m'en aimera davantage. Ce n'est point un mauvais échange que celui de la bienfaisance dont la récompense est sûre, contre de la célébrité qu'on n'obtient pas toujours, et qu'on n'obtient jamais sans inconvénient....

Informations bibliographiques