Colonisation de Madagascar

Couverture
Secrétariat de la Société maritime, 1844 - 197 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 46 - ... la maison, que, pour sauver la vie à son père et la sienne, et celle de ses frères, elle allât quérir tout l'or que le chef possédoit. La pauvre fille s'y en va toute seule, au milieu de la nuit, à plus d'une lieue dans la montagne et dans le bois. Elle apporte , au bout de trois heures, un panier sur sa tête, où étoient l'or, les colliers, les oreillettes et bracelets de son père , et tout le meilleur qu'ils possédoient. Non contents de...
Page 157 - ... et qu'ils n'ont embrassé la profession de ministres de l'Évangile que comme un moyen d'élever et de placer leurs enfants. Aussi voici comment un écrivain protestant, qui a lui-même habité longtemps l'Océanie, parle de la solidité des conversions faites par de tels prédicateurs : « La crainte des châtiments, et non la conviction, empêche les insulaires de se livrer à toutes leurs anciennes habitudes, et chaque fois que l'occasion se présente , ils la saisissent avec ardeur. Qu'ont...
Page 198 - Laurent, avec les îles circonvoisines, forts et habitations qui peuvent y 27 avoir été construits par -nos sujets, et, en tant que besoin est, nous avons subrogé ladite Compagnie à celle ci-devant établie pour ladite île de Madagascar, pour en jouir par ladite Compagnie à perpétuité, en toute propriété, seigneurie et justice, etc.
Page 79 - Hou vas sera détruite (2).» Radama éprouvait une reconnaissance sincère pour l'appui qu'il recevait de l'Angleterre, mais il n'eut jamais de sympathie pour le caractère anglais. On a quelquefois comparé ce prince à Pierre le Grand : il ya bien plutôt en lui du François I".
Page 149 - S'il perd, on lui prend toute sa fortune ; s'il gagne, on ne lui en retient que la moitié. Les propriétés des Hovas sont un peu mieux respectées. Cependant à Imerne chacun cache sa richesse de peur d'en être dépouillé par les exactions. L'art de la guerre est encore...
Page 14 - Je suis porté à croire , en général , continuait le ministre, qu'il convient peu à la politique et au génie de la France de tenter, à de grandes distances de son territoire , de nouveaux et grands établissements coloniaux, et de s'engager, à leur sujet, dans de longues luttes, soit avec les naturels du pays, soit avec d'autres puissances. Mais ce qui convient à la France, ce qui lui est indispensable , c'est de posséder, sur les points du globe qui sont destinés à...
Page 91 - L'on imposa le silence et le secrétaire du conseil lut les commissions du roi données en faveur de M. de La Haye, par lesquelles il parut que Sa Majesté, voulant maintenir les pays orientaux et peuples d'iceux qui sont ou seront sous son obéissance, a trouvé ne pouvoir faire un meilleur choix que celui de la personne de M. de La Haye...
Page 157 - Heureux encore lorsque les missionnaires appartiennent à la religion catholique, car le bien se fait, le salut s'accomplit à l'insu même des bons pères. Ce qui n'est qu'accessoire à leurs yeux devient le principal , en effet , dans l'œuvre de la civilisation, et le raffinement du corps et de l'âme s'opère par les images, par la musique et par l'encens.
Page 87 - Madagascar, composée par le sieur de Flacourt, Directeur général de la Compagnie française de l'Orient, et commandant pour Sa Majesté dans ladite Isle et ès Mes adjacentes.
Page 148 - S'il ya retard de paiement, le chef est vendu. Toute famille payait annuellement à la reine un ballot de riz en paille ; c'est le var-zé (riz de la main). Zé veut dire longueur de la main. C'était la grandeur cube du ballot d'impôt par famille. Aujourd'hui on ne paie plus par famille, mais par case et on exige des ballots de 15 à '20 pouces. Depuis 1837 un nouvel impôt a été établi, tous les ans, en décembre, chaque tête libre...

Informations bibliographiques