Progrès, réaction, décadence dans l'Occident médiéval

Couverture
Emmanuèle Baumgartner, Laurence Harf-Lancner
Librairie Droz, 2003 - 274 pages
Le mot progrès n'existe pas au Moyen Age. Et le concept de progrès affleure à peine dans la pensée occidentale. Il est d'autant plus intéressant de réfléchir aujourd'hui sur ses premières manifestations, à un moment où le mythe du progrès, triomphant du XVIIIe au XXe siècle, est radicalement remis en question, et de s'interroger sur la variation des idéaux, des idéologies et de leurs champs d'application au cours des siècles. Au Moyen Age, les cadres mentaux sont peu compatibles avec l'idée de progrès. Pourtant le christianisme donne un sens à l'histoire et liquide le mythe antique de l'éternel retour et la conception cyclique de l'histoire. Mais le mépris du monde implique le mépris du progrès matériel. Le seul but envisageable est le progrès moral, défini comme recherche du salut éternel. L'idée de progrès apparaît cependant dans les mentalités médiévales à travers un jeu d'oppositions, progrès/réaction, progrès/décadence, passé/présent, antique/moderne, qui implique une réflexion dans les registres historique et politique mais aussi éthique et culturel.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Images littéraires de Chypre et évolution de lesprit de croisade
123
Le sentiment de décadence dans la littérature médiévale
137
La norme pédagogique dans les écoles et universités médiévales
157
le progrès de la pensée humaine
171
lexemple de la météorologie
185
une réaction cléricale au Roman
199
Y atil une conscience historique dans la lyrique courtoise
215
la pensée musicale de Guillaume
231
lexemple de La Belle Dame sans merci
251
Eléments de bibliographie
261
Progrès de lEtat moderne ou construction de lEtat de droit
274
Droits d'auteur

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques