Les femmes poëtes au XVIe siècle: étude suivie de Mademoiselle de Gournay, Honoré d'Urfé, le Maréchal de Montluc, Guillaume Budé, Pierre Ramus

Couverture
Didier, 1860 - 391 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 181 - Loin de nous les héros sans humanité ! Ils pourront bien forcer les respects et ravir l'admiration, comme font tous les objets extraordinaires; mais ils n'auront pas les cœurs. Lorsque Dieu forma le cœur et les entrailles de l'homme, il y mit premièrement la bonté comme le propre caractère de la nature divine, et pour être comme la marque de cette main bienfaisante dont nous sortons.
Page 18 - Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ; J'ai chaud extrême en endurant froidure ; La vie m'est et trop molle et trop dure ; J'ai grands ennuis entremêlés de joie.
Page 54 - Votre honneur domestic pour un bien étranger Qui erre inconstamment et fort peu de temps dure. Vous ayant au côté, je suis beaucoup plus sûre Que si encre ci papier se venaient arranger Tout à l'entour de moi : car, pour me revenger, Vous pouvez bien plutôt repousser une injure. Mais, quenouille, ma mie, il ne faut pas pourtant Que, pour vous estimer, et pour vous aimer tant, Je...
Page 100 - De sa beauté il est blanc et vermeil, Les cheveux bruns, de grande et belle taille ; En terre il est comme au ciel le soleil. Hardi, vaillant, sage et preux en bataille, II est benin, doux, humble en sa grandeur.
Page 86 - ADIEU, plaisant pays de France, O ma patrie La plus chérie, Qui as nourri ma jeune enfance ! Adieu, France, adieu mes beaux jours...
Page 19 - Tant que mes yeus pourront larmes espandre, A l'heur passé avec toy regretter : Et qu'aus sanglots et soupirs résister Pourra ma voix, et un peu faire entendre : Tant que ma main pourra les cordes tendre Du mignart Lut, pour...
Page 54 - Vous pouvez bien plutôt repousser une injure, Mais, quenouille ma mie, il ne faut pas, pourtant, Que pour vous estimer et pour vous aimer tant, Je délaisse...
Page 148 - Jamyn, mes tablettes, que je le marque. « — Je viens vous remercier , mademoiselle , de l'honneur que vous m'avez fait de me donner votre livre. « — Moi, monsieur, reprit-elle, je ne vous l'ai pas donné, mais je devrais l'avoir fait. Jamyn, une Ombre pour ce gentilhomme.
Page 19 - Je ne souhaite encore point mourir. Mais, quand mes yeux je sentirai tarir, Ma voix .cassée, et ma main impuissante, Et mon esprit en ce mortel séjour Ne pouvant plus montrer signe d'amante, Prierai la mort noircir mon plus clair jour.
Page 86 - N'a cy de moi que la moitié ; Une part te reste, elle est tienne ; Je la fie à ton amitié, Pour que de l'autre il te souvienne.

Informations bibliographiques