Revue française, Numéros 7 à 8

Couverture
A. Sautelet et cie., 1829
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 240 - L'AUTEUR de ce recueil n'est pas de ceux qui reconnaissent à la critique le droit de questionner le poète sur sa fantaisie, et de lui demander pourquoi il a choisi tel sujet, broyé telle couleur, cueilli à tel arbre, puisé à telle source. L'ouvrage est-il bon ou est-il mauvais ? Voilà 15 tout le domaine de la critique.
Page 233 - Hélas! mon père est mort d'une mort bien amère ; Ses bourreaux, ô mon Dieu ! m'ont abreuvé de fiel ; Je suis un orphelin ; je viens chercher ma mère, Qu'en mes rêves j'ai vue au ciel.
Page 170 - Le, noir de Messieurs Delavau et Franchet; ou, Répertoire alphabétique de la police politique sous le ministère déplorable; ouvrage imprimé d'après les registres de l'administration; précédé d'une introduction par M. Année. Paris: Moutardier, 1829.
Page 241 - L'auteur de ce recueil n'est pas de ceux qui reconnaissent à la critique le droit de questionner le poète sur sa fantaisie et de lui demander pourquoi il a choisi tel sujet, broyé telle couleur, cueilli à tel arbre, puisé à telle source. L'ouvrage est-il bon, ou est-il mauvais? voilà tout le domaine de la critique. Du reste, ni louanges ni reproches pour les couleurs employées, mais seulement pour la façon dont elles sont employées. A voir les choses d'un peu haut, il n'ya en poésie ni...
Page 286 - Dans cette île inhospitalière, vous m'avez donné pour demeure l'endroit le moins fait pour être habité, celui où le climat meurtrier du tropique se fait le plus sentir. Il m'a fallu me renfermer entre quatre cloisons, dans un air malsain, moi qui parcourais à cheval toute l'Europe!
Page 221 - Je tous biens, les rentes du roi multipliées, son honneur et sa gloire accrus, et vous serez plus redouté des ennemis. Plus loin il ajoute : Si vous savez que messeigneurs d'église fassent aucuns abus, devez en avertir le roi ; si messeigneurs les nobles veulent faire aucune violence , vous ne le devez souffrir, car vous avez la force ; si messeigneurs les avocats veulent manger le peuple, vous devez faire de belles informations et les adresser au roi : il vous enverra de bons commissaires qui...
Page 226 - Quand il nous vient bonnes nouvelles, nous faisons grand'chère ! quand il en vient de mauvaises, nons sommes si ébahis! » Et son chambellan répondit : « Vous ne pouvez pas faire les hommes autres que Dieu les a faits; nous sommes faibles; notre nature s'émeut légèrement pour le bien, et pour le mal aussi. Ceux qui n'ont pas trop grande joie du bien, ni trop grand deuil du mal, qui ne prisent rien les choses de ce monde, sont bien heureux ; mais il n'en est guère. — Vous dites vrai, dit...
Page 244 - N'est-ce pas convenir, d'un mot » que les Gouvernemens sont faits pour les peuples, et non les » peuples ? Je n'achève pas. » C'est peut-être là tout ce que la souveraineté du peuple a de '•» vrai, et, sous ce rapport, nous n'en voulons rien contester. •a Nous reconnaissons de grand cœur que le premier objet qui » appelle la sollicitude des historiens, des publicistes, des Gouver» nemens , c'est l'état de la société.
Page 314 - REINAUD, Employé au Cabinet des manuscrits orientaux de la Bibliothèque du Roi , Membre du conseil de la Société asiatique de Paris , Correspondant de celle de la Grande-Bretagne et d'Irlande, etc., à Paris.

Informations bibliographiques