Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine, Volume 14

Couverture
Alessi et Arnolet, 1870
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 494 - La loi naturelle ordonne aux pères de nourrir leurs enfants , mais elle n'oblige pas de les faire héritiers. Le partage des biens, les lois sur ce partage, les successions après la mort de celui qui a eu ce partage ; tout cela ne peut avoir été réglé que par la société , et par conséquent par des lois politiques ou civiles.
Page 405 - Toutefois, cette liberté a ses bornes légitimes, et de sages restrictions ne sont pas moins dans l'intérêt de la société qu'une facilité libérale. Ainsi, il est de l'intérêt de la société que des unions trop hâtives n'anticipent pas sur la maturité de la nature, et qu'il ne soit pas permis à des êtres à peine affranchis de la stérilité de l'enfance, de perpétuer dans des générations imparfaites leur propre débilité.
Page 43 - Aussitôt que l'acte du mariage est consommé, le mari tire un coup de pistolet dans la chambre où il se trouve; à ce signal, les cris de joie, les chants et le bruit de la poudre recommencent avec plus d'entrain. On apporte la...
Page 268 - Vos anciennes querelles doivent cesser, afin que la paix règne dans le pays, et que vous puissiez fréquenter avec sécurité les marchés. « Voilà ce que je veux pour le bien de tous; voilà ce qu'il faut que vous rapportiez à vos frères, voilà ce qui amènera sur vous les bénédictions de Dieu, et nous montrera que vous méritez vraiment d'être appelés les serviteurs de la France.
Page 240 - Kabyles, une balle qui lui a traversé la poitrine. Je l'ai pleuré, je le pleure : je déplore une victoire si chère. On l'a transporté à bord du Styx qui, cette nuit, l'a conduit à Bougie où on a été chercher du renfort et des munitions. La blessure est bien grave ; son courage, son moral...
Page 432 - Les animaux morts, le sang, la chair du porc, tout ce qui a été tué sous l'invocation d'un autre nom que celui de Dieu, les animaux suffoqués, assommés, tués par quelque chute ou d'un coup de corne ; ceux qui ont été entamés par une bête féroce, à moins que vous ne les ayez purifiés par une saignée ; ce qui a été immolé aux autels des idoles ; tout cela vous est défendu.
Page 487 - La jouissance de la vie d'icibas est peu de chose ; la vie future est le vrai bien pour ceux qui craignent Dieu. Là on ne vous trompera pas d'un seul brin.
Page 138 - ... qui, par une politique bizarre, à chaque blessé de conséquence qui mourait entre ses mains, ils donnaient un certain...
Page 395 - ... vos nourrices, vos sœurs de lait, les mères de vos femmes, les filles confiées à votre tutelle et issues de femmes avec lesquelles vous auriez cohabité, mais, si vous n'avez pas cohabité avec elles, il n'ya aucun crime à les épouser.
Page 43 - ... pour faire descendre la bénédiction et l'abondance dans la famille. Le mari s'approche à son tour, et lui tire, à hauteur de la tête et presque à bout portant, un coup de fusil ou de pistolet, qui, parfois, met le feu à sa coiffure. Cette grossière galanterie est le prélude de l'assujettissement de la femme; elle l'avertit que son mari est désormais le maitre absolu de son existence.

Informations bibliographiques