Images de page
PDF
ePub

dans son Optique, Je n'examine pas fi les rayons de la lumière fons des corps, ou non.

Locke dit donc qu'il peut y avoir un nombre innombrable de substances, & que Dieu est le Maitre d'accorder des idées à ces substances, Nous ne pouvons deviner par quel are divin un être tel qu'il soit a des idées; nous en sommes bien loin; nous ne sau. tons jamais comment un ver de terre a le pouvoir de se remuer. Il faut dans toutes ces recherches s'en remettre à Dieu & sentir fon néant. Telle est la Philosophie de cet homme, d'autant plus grand qu'il est plus fimple; & c'est cette soumiffion à Dieu qu'on a osé appeller impicté ; & ce sont les sectateurs convaincus de l'immortalité de l'ame qu'on a nommé Matérialistes ; & c'est un homme tel que Locke à qui un compilateur de quelque Physique a donné le nom d'ennuyeux.

Quand même Locke se serait trompé fur ce point, (fi on peut pourtant le tromper en n'affirmant rien ) cela n'empêche pas qu'il ne mérite la louange qu'on lui donne ici : il est le premier, ce me semble , qui ait montré qu'on ne connait aucun axiome avant d'avoir connu les vérités particuliéres ; il est le premier qui ait fait voir ce que c'est que l'identité, & ce que c'est que d'être la même personne, le même soi: il est le premier qui ait prouvé la faufseté du système des idées innées. Sur quoi je remarquerai qu'il y a des écoles qui anathématiserent les idées innées quand Descartes les établit, & qui anathématisèrent ensuite les adversaires des idées ionées, quand Locke les cut détruites. Ceft aing que jugent les hommes qui ne sont pas Philosophes.

NB. Le Lecteur curieux peut consulter le chapitre sur Locke dans les Mélanges de Litterature , &c. &c.

NOTE Cela eft admirablement dit: & cela n'empêche pas que l'illultre Docteur Clarcke , dans son Traité de l'Existence de Dieu, ne dise que le Genre humain fe trouve dans un état l'ordre naturel des choses de ce monde eft manif ftement renversé Page 10. Tome II. 2. édition, traduction de Mr. Ricorier : cela n'empêche pas que Phomme ne puiffe dire ; Je dois être auffi cher à mon Maître, moi être pensant & fentant, que les Planètes qui probablement ne fentent point : cela n'empêche pas que les choses de ce Monde ne puissent être autrement, puisqu'on nous aprend que l'ordre a été perverci, & qu'il sera rétabli: cela n'empéche pas que le mal Physique & le mal Moral ne soient une chose incompréhenfible à l'esprit humain: cela n'empêche pas qu'on ne puiffe révo

NOTE particuliére sur ce passage

de la Préface qui est au devant du Poëme für le désastre de Lisbonne , &c.

[ocr errors]

Lorsque l'illuftre Pope dévelopa dans ses vers immortels les syftêmes du Lord Shaftersburi du Lord

Bolingbroke, C.

>

Ceft peut-être la premiére fois qu'on a dit que le système de Pope était celui du Lord Shaftersburi ; c'est pourtant une vérité incontestable. Toute la partie physique eft presque mot à mot dans la premiére partie du Chapitre intitulé, Les Moralistes, Section 3. MUCH IS ALLEG'D IN ANSWER TO SHOW &c. On a beaucoup. à répondre à ces plaintes des défauts de la Nature. Comment eft - elle fortie fi impuissante & fi défectueuse des mains d'un être parfait ? Mais je nie qu'elle soit défectueuse.... Sa beauté résulte des contrarietés, do la concorde universelle nait d'un combat perpétuel. .... il faut que chaque étre foie immolé à d'autres; les végétaux aux animaux, les animaux à la terre.... & les loix du pouvoir centrale de la végéiatiön, qui donnent aux corps célestes leur poids leur mouvement, ne seront point dérangés pour famour d'en chatif , faible animal qui tout protégé qu'il est par ces mêmes loix sera bientôt par elles duit en pouffrére.

quer

quer en doute le Tout est bien , en respectant Shaftersburi & Pope, dont le lyftême a d'abord été attaqué comme suspect d'Atheïsme, & eft aujourdhui canonisé.

La partie morale de l'Essai sur l'homme de Pope , est aussi touto entiére dans Shafiersburi, à l'arcicle de la recherche sur la vertu , au second volume des Caractéristics. C'est-là que l'Auteur dit que l'intérêt particulier bien entendu fait l'intérét général. Aimer le bien public & le nôtre est non seulement poffible , mais inséparable: To be well aff Eted towards the publick intereft and ones own, is nog only confiftent, but inseparable. C'est là ce qu'il prouve dans tout ce livre , & c'est la base de toute la partie morale de l'Efai de Pope sur l'homme. C'est par là qu'il finit.

That reason passion answer one great aim,

That true self love and social be the fame. La raison & les passions tépondent au grand bat de Dieu. Le vé ritable amour propre & l'amour social font le même.

Une li belle morale, bien mieux dévelopée encor dans Pope que dans Shaftersburi, a toujours charmé l'Auteur des Poëmes sur Lisbonne & sur la Loi naturelle : voilà pourquoi il a dit ,

Mais Pope aprofondit ce qu'ils ont effleuré,

Et l'homme avec lui seul apprend à se connaitre. Le Lord Shaftersburi prouve encor que la perfection de la vertu eft due nécessairement à la croyance d'un Dieu. And thus perfection of virtue must be owing to the belief of a God.

C'eft apparemment sur ces paroles que quelques personnes ont traité Shaftersburi d'Athée. S'ils avaient bien lů Ton livre, ils n'auraient pas fait cet infame reproche à la mémoire d'un Pair d'Angleterre, d'un Philosophe élevé par le rage Locke.

C'est aingi que le Pére Hardouin traita d'Athées Pascal, Mallebranche & Arnauld. C'est ainů que le Docteur' Lange traita d'Athée le respectable Wolf; pour avoir loué la Morale des Chinois : & Wolf s'étant apuyé du témoignage des Jésuites Miffionnaires à la Chine, le Docteur répondit, Ne Jait-on pas que les Jésuites fons des Athées ? Ceux qui gémirent sur l'avantute des Diables de Logdun, fi humiliante pour la raison humaine, ceux qui trouvèrent mauvais qu'un Recollet', en conduisant Urbain Grandier au supplice, le frappât au visage avec un Crucifix de fer, furent appellés Athées par les Recollets. Les Convulfionnaires ont imprimé, que ceux qui se moquaient des convulsions écaient des Athées : & les Molinistes ont cent fois batizé de ce nom les Jansenistes.

Lorf

[ocr errors]

Lorsqu'un homme connu écrivit le premier en France il y a vingt ans sur l'inoculation de la petite vérole , un Auteur inconnu écrivit, il n'y a qu'un Athée imbu des folies Anglaises qui puille proposer: à notre Nation de faire un mal certain , pour un biers incertain.

L'Auteur des Nouvelles Ecclésiastiques , qui écrit tranquilles ment depuis fi longtems contre les Puiffances, contre les Loix, & contre la Raison, a employé une feuille à prouver que Mr.de Montesquieu était Athée, & une autre feuille à prouver qu'il était Déifte.

St. Sorlin des Marets, connu en son tems par le Poëme de Clor vis , & par son fanatisme, voyant passer un jour dans la Galerie du Louvre La Mothe le Vayer Conseiller d'Etat & Précepteur de Monsieur ; Voila, dit-il, un homme qui n'a point de Religion : La Mothe le Vayer se retourna vers lui , & daigna lui dire , Mon ami, j'ai tant de Religion, que je ne suis point de ia Religion.

En général, cette ridicule & abominable, démence d'accuser d'Athéisme à tort & à travers tous ceux qui ne pensent pas comme nous ,, est ce qui a le plus contribué à répandre d'un bout de P'Europe à l'autre ce profond mépris que tout le Public a aujourdhui pour les Libelles de Controverse.

TABLE

T A B L E

DES PIECES CONTENUES

DANS

CE VOLUM E.

Pag. 1.

7.

9.
16.

22.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Epitre , 8c.
DISCOURS EN VERS SUR L'HOMME.
Ier. Discours. De l'Egalité des conditions.
2. Discours. De la Liberté.
3. Discours. De l'envie.
4. Discours. De la modération en tout.
5. Discours. Sur la nature du plaisir.
6. Discours. De la nature de l'homme.
7. Discours. Sur la vraie vertu.
La vie de Paris e de Versailles.
Le Mondain.
Lettre sur Apologie du Luxe.
Défense du Mondain.
Ipitre sur la calomnie.
Le Temple de l'Amitié.
De l'usage de la Science dans les Princes.
Epitre sur l'encouragement des Arts. .

[ocr errors][merged small]

28.
35.
41.
49.
54
61.
67.
69.
74
82.
87.
91•

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

ODES,

« PrécédentContinuer »