Choix des lettres édifiantes écrites des missions étrangères: avec des additions, des notes critiques, et des observations pour la plus grande intelligence de ces lettres... par M.***.

Couverture

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 90 - Ce détail me mèneroit trop loin. Je ne vous dirai pas ce que nous souffrions en voyant le troupeau de Jésus-Christ ainsi livré à la fureur de l'idolâtrie : votre cœur vous le dira assez. Nous essayâmes tous les moyens humains pour faire cesser cette malheureuse persécution; ils furent sans effet: le Ciel même parut insensible à nos cris. Nous nous étions arrangés de façon que pendant tout le jour il y avoit un Missionnaire devant le saint sacrement. On fit d'autres bonnes œuvres, et...
Page 236 - ... pas souffrir davantage ; ce qui arriva en effet. Peu à peu mes douleurs diminuèrent; mon visage désenfla; il ne me vint point d'ulcères aux cuisses , et dans l'espace de quinze jours, je me trouvai guéri. Aux vexations du mandarin contre moi, j'ajouterai encore ici que cette année-là il fit effacer par deux fois mon nom de dessus la liste des prisonniers qui...
Page 9 - Le 10 juillet, tous les Missionnaires, cinq Chrétiens et la généreuse Thérèse partirent de Fou-ngan pour être conduits à Fou-tcheou-fou , capitale de la province , distante de cette première ville de vingtsept lieues. Ils étoient chargés de chaînes qui leur tenoient les mains et les pieds étroitement serrés, et dans cet état ils furent portés sur des charrettes , suivis d'un grand nombre de Chrétiens qui envioient leur sort , et qui les exhorloient à soutenir la gloire de la sainte...
Page 308 - La crosse et la mitre étoient dans la • sixième niche : on la portoit aussi sur un brancard immc» diatement devant le cercueil. Une nombreuse jeunesse » chrétienne, en couronnes et des cierges à la main , avec les • catéchistes les plus respectables de chaque église, accom» pagnoieut les brancards et les niches ; toute la garde du » roi, composée de plus de douze mille hommes, sans » compter celle du prince son fils...
Page 223 - Les prisonniers logés tous ensemble , étoient ordinairement au nombre de plus de soixante : une grande partie dans une misère qui fait horreur. Outre cela , il y régnoit une maladie contagieuse qui en faisoit mourir un grand nombre; les malades étendus par terre , dans un état que la décence ne permet pas de décrire, le tumulte, les criailleries , les vexauons des geoliers, sans parler des abominations auxquelles se livroient plusieurs de ces malheureux.
Page 58 - Ils ont été privés trois ans de confession , dix ans de communion, et ont été condamnés à jeûner et à faire d'autres pénitences pendant trois ans, tous les vendredis , pendant la récitation du chapelet, une fois le mois en public; à réciter le rosaire tous les samedis , et à faire des aumônes proportionnées à leurs facultés. Les trois ans expirés, on leur a donné le choix , de continuer ces pénitences encore deux ans, à condition de les admettre ensuite à la communion, ou d'attendre...
Page 217 - Il lui demanda son nom de baptême , et pourquoi nous prenions de tels noms. On lui dit que nous étions dans cet usage , pour nous proposer un saint à imiter , afin d'arriver au ciel comme lui. Voilà ce qui se passa dans le second interrogatoire, après lequel on nous fit reconduire en prison. J'eus la douleur d'y trouver mon enfant André Yang, le visage extrêmement enflé , le sang extravasé dans les yeux, et ne pouvant presque plus se soutenir, à cause de la torture qu'il venoit de souffrir...
Page 169 - Fous avez dans votre pays des Chinois, qui y sont allés pour y apprendre vos livres , et qui rentrent ensuite en Chine pour y prêcher votre religion; ce sont précisément ceux-là qui vous ont appris les tons.
Page 146 - D'autres ont .souffert un exil moins long, et sont revenus. Ces sortes d'exilés' pauvres sont; en quelque sorte, moins à plaindre en Chine que partout ailleurs, parce que c'est en grande partie le public qui se charge de leur nourriture : mais il faut qu'ils la demandent et qu'ils vivent en espèce de mendians, portant toujours sur eux des marques publiques de leur exil; ce qui est une vie bien dure et bien humiliante pour des chrétiens honnêtes qui , de leur vie, n'ont jamais fait le métier...
Page 387 - ... me tromper de même. Vous voulez que tous les Chinois se fassent chrétiens, votre loi le demande, je le sais bien ; mais en ce cas-là, que deviendrions-nous!