Caliste

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 215 - L'intérêt de l'état, l'autorité d'un père, Rien ne peut m'obtenir un aveu nécessaire? Cependant pour l'hymen les autels sont parés, Le jour luit, tout est prêt, hélas ! et vous pleurez. CALISTE. Non, non, je n'irai point, épouse infortunée, Serrer, en frémissant, les nœuds de l'hyménée. Sur la foi de mes pleurs approuvez mes refus. Altamont, j'ai rendu justice à vos vertus, Nul mortel à mes yeux ne parut plus aimable ; Mais telles sont les lois du destin qui m'accable, Que même...
Page 55 - Mais qu'avec mes destins mon cœur vous soit connu : Autant que je le puis, je répare l'injure Qu'en ce climat barbare on fait à la nature; Loin d'exhorter ma sœur à subir le trépas, C'est moi qui vous cherchois, c'est moi qui sur vos pas Venois me joindre à vous pour lui sauver la vie. J'ai tout tenté près d'elle, et ne l'ai point fléchie; Mais je suis trop'heureux, dans ces moments d'effroi, Puisqu'elle trouve en vous même intérêt qu'en moi.
Page 162 - SIFFIIÉDI. 11 l'a dû. De vos feux quel eût été le fruit ? Ta folle passion at-elle donc pu croire Qu'oubliant ce qu'il doit à son peuple , à sa gloire , T'immolant notre sang , nos biens , notre repos...
Page 17 - Pour le siege un moment doive être suspendu , Ah ! n'est-ce pas plutôt par de tels sacrifices Qu'il faut à nos guerriers rendre les dieux propices? Cet usage établi par la nécessité , Par la religion fut encore adopté , Et la loi...
Page 264 - Lothario.} Et c'est sur ce tombeau que mon sang doit couler ! L'autel est après tout digne du sacrifice ! Non , non ; la mort pour moi ne peut être un supplice. ( elle prend la coupe. ) Que sais-je? en préparant ces poisons destructeurs, Peut-être que mon...
Page 22 - Excuse , époux cruel , excuse ta victime : Ce cœur toujours soumis , quoique tyrannisé , Suit l'étrange 'devoir par ta mort imposé; Je ne balance point à mourir sur ta cendre, N'exige point de moi de sentiment plus tendre. Si tu fis mes malheurs , qu'il te suffise , hélas ! Que je te sois fidèle au-delà du trépas : Je t'ai fait de ma vie un premier sacrifice , Qui de ma mort peut-être égale le supplice : J'ai pendant mon hymen dévoré mes ennuis , Et la plainte est permise à l'état...
Page 22 - J'en ai besoin, Fatime, et n'ai plus d'autre bien. Mais ne révèle pomt ce funeste entretien : Ah ! j'atteste le ciel que j'aurois avec joie Subi pour mon amant la mort où l'on m'envoie, Et qu'on m'eût vue alors, perdant tout sans retour, Sans consulter l'honneur, m'immoler à l'amour. Du moins celui, Fatime, à qui je fus ravie N'est pas témoin des maux qui terminent ma vie ; Il ne saura jamais, je meurs dans cet espoir, Ce que m'aura coûté mon funeste devoir.
Page 64 - Un vertueux transfuge , Qui brûle de sortir et pour jamais d'un lieu Où d'une loi de sang il fait le désaveu. Oui, barbare, à la mort j'ai voulu la soustraire : Pour la sacrifier je ne suis point son frère ; Je le suis pour l'aimer, pour être spn soutien : Le ciel me fit un cœur bien différent du tien.
Page 248 - Connois donc le pouvoir de tes larmes. Cette ville est en proie au tumulte des armes : On attaque, on repousse; une égale valeur Ne laisse aucun parti ni vaincu ni vainqueur. La victoire étendant ses ailes incertaines Plane, sans se fixer, sur les remparts de Gènes.
Page 34 - EH m'«nvoyant vers eux, n'exige que leur foi , Qu'il n'est rien dans leurs lois qu'il veuille qu'on renverse, Qu'il ne veut seulement, pour les soins du commerce. Qu'un port où ses vaisseaux partis pour l'Indostan, Puissent se reposer sur le vaste Océan. Mais apprends sur ces bords quel autre soin m'amène, Que j'aime, que j'adore une jeune Indienne ; Que trois ans sont passés , depuis qu'en ces climats...

Informations bibliographiques