Le dialecte et les chants populaires de la Sardaigne

Couverture
E. Dentu, 1864 - 370 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 45 - I love the language, that soft bastard Latin, Which melts like kisses from a female mouth, And sounds as if it should be writ on satin, With syllables which breathe of the sweet South, And gentle liquids gliding all so pat in, That not a single accent seems uncouth, Like our harsh northern whistling, grunting guttural, Which we're obliged to hiss, and spit, and sputter all.
Page 210 - Virgil": -Crudelis tu quoque mater : Crudelis mater magis, an puer improbus ille ? Improbus ille puer, credulis tu quoque mater. jBd.viii.43. O barbarous mother, thirsting to destroy ! More cruel was the mother or the boy ? Both, both alike delighted to destroy, Th' unnatural mother, and the ruthless boyWarton.
Page 255 - N'attendez point de moi de regrets ni de larmes; Un grand cœur à ses maux applique d'autres charmes.
Page 73 - E dentro v'era la speranza mia. Quando mi vedde gran festa mi fece, E poi mi disse: Dolce anima mia, Non t'arricordi del tempo passato, Quando tu mi dicevi: Anima mia?
Page 180 - As-tu jamais vu une rose sans épines ? Mets-toi en garde contre leur envie, et ton nom sera cité parmi les hommes honorables et vertueux... J'en jure par l'amour, par l'amour le plus tendre. Si tu exigeais le sacrifice de ma vie je te l'abandonnerais volontiers, et je me glorifierais d'une mort si douce pour un cœur aimant.
Page 121 - C'est qu'un passage obscur en lisant m'a frappé. Quand j'étais malheureux, je voulais aimer, vivre; Maintenant je n'ai plus le temps, je fais un livre. Vous qui savez des chants pour calmer la douleur, Pour calmer la douleur ou lui prêter des charmes, Quand vos chants du malheur auront tari les larmes, Consolez-moi de mon bonheur...
Page 240 - Qui aurait vu Jeff, sur la grève, les yeux brillants et les joues roses, qui aurait vu Jeff au Pardon, aurait eu le cœur réjoui ; mais qui l'aurait vue sur son lit, eût pleuré de pitié pour elle, pour la pauvre fille malade aussi pâle qu'un lis d'été. Elle disait à ses compagnes, assises sur le...
Page 240 - Comme j'allais puiser de l'eau à la fontaine, le rossignol de nuit chantait d'une voix douce : « Voilà le mois de mai qui passe, et les fleurs des haies avec lui; « Heureuses les jeunes personnes qui meurent au printemps ! « Comme la rose quitte la branche du rosier, la jeunesse quitte la vie; « Celles qui mourront avant huit jours, on les couvrira de fleurs nouvelles, « Et du milieu de ces fleurs, elles s'élèveront vers le ciel, comme le passe-voie (2) du calice des roses.
Page 276 - The more rude and wild the state of society, the more general and violent is the impulse received from poetry and music. The muse, whose effusions are the amusement of a very small part of a polished nation, records, in the lays of inspiration, the history, the laws, the very religion, of savages.
Page 241 - Pour que j'aille, sans larder, attendre mes compagnes dans le paradis. — Sa prière était à peine finie, qu'elle pencha la tête; Elle pencha la tête et puis ferma les yeux. En ce moment, on entendit le rossignol qui chantait encore au courtil : « Heureuses les jeunes personnes qui meurent au printemps ! « Heureuses les jeunes personnes que l'on couvre de fleurs nouvelles!

Informations bibliographiques