Images de page
PDF
ePub

ERRATA

DU SECOND VOLUME.

[ocr errors]

Pages. 10, au lieu de : T. Jer, SS 82-90,– lisez : T. Jer, SS 63-66. 17, au lieu de : T. Jer, $ 83,- lisez : $ 64. 30, au lieu de : T. Jer, SS 48, 51 et 99,- lisez : 63-66, et

Appendice au chap. VI, p. 581. 164, au lieu de : sous formes, - lisez : sous forme. 177, au lieu de : leur donner, lisez : lui donner. 229, au lieu de : se transmettent à, lisez : se reportent sur, 300, au lieu de : compétente à juger, — lisez': compétente pour

juger. 301, au lieu de : avez,

lisez : avec. 551, au lieu de : apud. Mariam Majorem, — lisez : apud S. Ma

riam Majorem.

[ocr errors]

DU STYLE

DES

COMPOSITIONS DIPLOMATIQUES.

OBSERVATIONS GÉNÉRALES.

Les relations des États ou des souverains entre eux donnent lieu à une multitude de communications écrites, soit qu'elles aient pour objet des droits ou des obligations réciproques, soit des affaires d'intérêt, d'amitié ou de parenté, soit des questions de simples procédés. Ces communications sont assujetties à un cérémonial ☺ plus ou moins déterminé par leur objet, et par les personnes dont elles émanent ou celles auxquelles elles s'adressent. Le style consacré à ces relations extérieures entre les puissances se nomme indifféremment style diplomatique, style de cour, style de chancellerie ()

(1) Voy., plus loin, chap. 1, Protocole diplomatique et de chancellerie, et chap. vi, Appendice. (2) Voy. les documents, chap. II, III, IV, vr; et T. I, § 45.

Quoique les écrits en matière politique soient, par leur nature, susceptibles d'une infinité de nuances, ils sont cependant soumis à certaines règles de diction, déterminées par les convenances et par l'usage.

Moins que tout autre écrit, un acte diplomatique ne doit offrir rien de vague, ni de hasardé dans sa composition, mais, au contraire, aller au but

par

Ja voie directe; les idées doivent en être justes, la marche ferme et rapide, la diction correcte, les expressions claires, naturelles et précises : il faut qu'on y trouve ce tact des convenances qui sait toujours approprier le ton et le style aux circonstances et aux personnes, de manière à n'être jamais ni au-dessus ni au-dessous du sujet traité.

En diplomatie, il ne suffit pas d'être compris : il faut encore s'exprimer avec une netteté telle que la mauvaise foi ni la chicane ne puissent dénaturer, ni à l'aide de l'équivoque fausser le sens d'un mot ou d'une phrase, pour lui donner une interprétation forcée ("). Il faut donc, avant tout, se bien pénétrer de son sujet, n'y laisser aucun point obscur, et le consi

[ocr errors]

(1) Cette recherche scrupuleuse de la clarté doit même s'étendre jusqu'à la ponctuation ; on a vu plus d'une fois le sens d'un article important dépendre de la place d'une virgule, et des contestations fâcheuses naître d'une circonstance en apparence puérile, mais en réalité très-sérieuse.

Nous citerons comme exemple une erreur d'accentuation qui souleva de nombreuses difficultés pour l'établissement légal de l’état civil des enfants d'un ancien ministre d'Espagne à la cour de Saint-Pétersbourg. Le traducteur ou le copiste du document qu'il s'agissait de produire à cet effet avait placé un accent fort inopportun, qui transformait « les enfants naturels et légitimes de seu, etc., en enfants légitimes.)

dérer sous toutes ses faces, afin d'en saisir tous les éléments. Cette clarté dans l'ordre des idées, condition ab-olue de toute bonne rédaction , se répandra d'ellemême sur l'expression de la pensée, soit par le choix des termes, soit par leur enchainement,

Tout écrit politique doit non-seulement persuader mais convaincre, c'est-à-dire diriger ou déterminer, dans le sens le plus conforme aux intérêts qu'on défend, les opinions et par suite les actes relatifs à tel ohjet donné. C'est ainsi qu'on peut se proposer de faire envisager comme vrai ce qui paraissait faux, comme certain ce qui semblait douteux, comme légitime ce que l'on croyait injuste, comme honnête ce qu'on trouvait blåmable, comme utile ou nécessaire ce qui paraissait dangereux ou superflu.

L'intérêt étant le plus puissant mobile en politique, le négociateur habile le fera toujours valoir de préférence aux motifs de droit, et même aux arguments étayés de preuves juridiques. Mais comme les puissances, de même que les particuliers, préfèrent toujours s'appuyer, autant que possible, sur des motifs plus respectables que leur propre intérêt, il faut, en leur présentant avec un certain ménagement les arguments fondés sur cette seule base, fortifier ces considérations égoïstes par des motifs plus nobles d'équité, de générosité ou de grandeur.

La concision doit être l'une des premières qualités de l'écrivain diplomatique. Moins prodigue de mots que riche de pensées, celles-ci doivent être justes et lumineuses, toujours en rapport direct avec le sujet, qu'il s'agit d'éclaircir et non d'orner.

« PrécédentContinuer »