Sport et décolonisation: la Réunion de 1946 à la fin des années 1960

Couverture
Harmattan, 1998 - 447 pages
Cette thèse a pour objet, en limitant le champ d'investigation à la Réunion, département d'outre-mer, l'étude des politiques d'éducation physique et des sports menées de 1946 à la fin des années 1960. Le département de la Réunion est singulier par sa position géographique, par sa population, par son histoire. La Réunion enterre son statut de vieille colonie et devient département d'outre-mer par la loi du 19 mars 1946. Quelles sont les spécificités des politiques décentralisées d'éducation physique et des sports menées à La Réunion, dès lors qu'elle devient département français ? Comment et pourquoi sont-elles conduites ? La recherche s'appuie sur de nombreux axes d'analyse : service départemental de la jeunesse et des sports, enseignement de l'éducation physique scolaire et sport scolaire dans le premier et le second degré, équipements sportifs, développement du mouvement sportif associatif, encadrement sportif. Elle montre le lourd retard accumulé à La Réunion dans ce domaine de la vie sociale et culturelle, conséquence de l'héritage colonial et du contexte difficile de La Réunion après-guerre. Ainsi, il faut attendre le tournant des années 60 pour observer à La Réunion la naissance et la mise en place des politiques d'éducation physique et des sports quand presque 60% de la population réunionnaise a moins de vingt ans. L'école joue un rôle d'exception dans l'importation et la diffusion d'une culture physique et sportive sur le jeune département, notamment par l'intermédiaire du sport scolaire. La vocation fondamentalement éducative du sport outre-mer s'inscrit pleinement dans le projet d'acculturation, d'assimilation et de construction de l'identité française de ces départements lointains. Cette étude met en évidence l'omniprésence de l'état français dans le développement des politiques d'éducation physique et des sports à La Réunion, et son ingérence au sein du mouvement sportif associatif, particulièrement pendant la décennie 60. Dans le contexte de décolonisation des années 60, le poids de la politique internationale, lié à la volonté déterminée de contrôle de la jeunesse constitue une préoccupation dominante qui occulte largement les missions de développement de l'état français à l'égard des départements d'outre-mer. Les actions concrètes des politiques d'éducation physique et des sports sont totalement tributaires de ces enjeux internationaux et politiques. (Doc thèses)

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques