Images de page
PDF
ePub

N

MELANIE.
Je serois bien pourvûe avec ce mari-là ,
Moi , qui saute toujours ! C'est une raillerie.

GERONTE.
C'est
pour

calmer l'excès de cette frénésie. Comme à fond, de la danse , il fait la théorie, Il vous fera danser comme Balon, Pécour.

MEL A NIE.

La danse de la vieille cour ! Peut-on savoir son nom ?

GERONTE.

Ma fille , c'est Nicandre.

MELANIE. Mon pere , il est bien laid.

GERONTE.

Le mérite est fon lot.

LUCINDE. Comment appellez-vous le mien ? GERONTE.

Mais, Périandre.
LUCINDE.
Mon
pere,

il est bien vieux.
ISABELLE.

Votre troisiéme gendre ?
GERONTE
Damis.

ISABELLE.
Mon
pere,

il est bien for.

[ocr errors]
[ocr errors]

GERONTE.
Oh!que de discours inutiles !

Il est bien for! il est bien vieux !
Il est bien laid ! Vous êtes difficiles.
Reposez-vous sur moi , je fais tout pour le mieux ;

Et je ne veux point de réplique.
Je vous laisse , & je vais au Caffé de ce pas,
Défendre le parti de la bonne musique,
Contre les novateurs, gens amis du fracas,

Qui , l'attaquant par ignorance,
Veulent définir son essence,
Et qui ne la connoissent pas. .

( Il fort)

[blocks in formation]

Mon pere

de nous,

se

moque
De vouloir nous forcer à prendre pour époux

Trois hommes qui sont de son âge,
Et qu'il nous donne encor pour combattre nos goûts

.
MELANIE.

MELANIE.

Ah! Fussent-ils jeunes, aimables, Dès qu'à nos sentimens leur cæur s'opposeroit,

Ce trait seul les enlaidiroit ,
Et les rendroit désagréables.

SCENE V. LUCINDE, MELANIE , ISABELLE,

L'ÉPINE
L'ÉPINE, à part.

Sans doute , voilà les trois Sauss:
Je ne les connois

pas.

Je ne sais comment rendre Ces trois billets. Je crains de me méprendre.

[Il lit le dessus d'un des billets. ] A Mélanie.

ISABELLE.
Il faut le rapport des humeurs.

L'ÉPINE, à part.
Celle qui parle eft , je crois, Mélanie.

LUCINDE.
Pour le coup, j'ai perdu l'envis

De chanter ut, sol, re, mi, fa.
L'ÉPINE, regardant Lucinde.

Plus je regarde celle-là,
Tome VIII.

1

Et plus il me paroît qu'elle a l'air d'Isabelle.

LUCINDE, à part.
Ce valet inconnu viendroit-il de la part
Du jeune homme qui m'a trouvé la voix fi belle?
L'ÉPINE, bas à Lucinde , la tirant à l'écart.

Pardon , rien qu'un mot à l'écart.
N'est-ce pas vous,

Mademoiselle,
Qu'on appelle Isabelle ?
LUCINDE.

Non.
Je me nomme Lucinde.

L'ÉPINE.

Un moment, pour raison. [ Il se détourne , & lit le dessus

d'un autre billet à Lucinde.] Prenez cette lettre en secret.

MELANIE.
De danser maintenant je n'ai plus le courage.

ISABELLE.
Ni moi de rimer un couplet.
L'ÉPINE, à Mélanie , à part.

Mademoiselle est , je le gage ,
La charmante Isabelle ; oui, c'est vous en effet.

MELANIE.
Non, je suis Mélanie.

L'ÉPINE, à part.

Ah! ventrebleu , j'enrage.

[ocr errors]

( Bas · Mélanie. ) Daignez recevoir ce billet. ( Dans le remps qu'il donne par - devant une

lettre à Mélanie , il en présente une autre

par-derriere , à Isabelle , qui la reçoit.) ( A part. ) Je respire à la fin ; chacune a fon poulet.

MELANIÉ, bas. Voyons ce qu'il m'écrit.

LUCINDE.

Sachons ce qu'il me fande.

ISABELL E. Instruisons-nous à

part de ce qu'il me demande.
(Chacune s'éloigne pour lire à l'écart , &
n'être point apperçue des allti

BELLE lit.
heures précií

LÉANDRI

vers:

Ne nou

roche c

1. fort.

« PrécédentContinuer »