Images de page
PDF
ePub

TEGLIS

TRAGEDI E.

ACT EV RS.

OLIMPIAS, Reine d'Epire , Mademoi

felle Balicourt. PYRRHUS, fils aîné d'Olimpias, M. Grandval. PTOLOMEE, frere de Pyrrhus, M. Fleury. ANTIGONE , four de Demetrius , Roy

de Macédoine, Mademoiselle Grandval. SOSTHENE, Ministre d'Etat, M. Sarrazin. TEGLIS, fille de Softhêne , Mademoiselle

Garsin. DORIS, Confidente de la Reine, Mademois

selle Jouvenot. CEPHISE, Confidente d'Antigone , Made

moiselle du Boccage. IPHIS, Confident de Pyrrhus, M. Dubreuil. MITRANE, Capitaine des Gardes, M. le

Grand.
SUITE de la Reine.
GARDE S.

La Scéne eft à Buthrote , Capitale d'Epire, dans le Palais des Rois d'Epire.

TEGLIS,

[ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

TRAGEDI E. *******************************

ACTE PREMIER. ofoefoefoefoedo .

proforfeofpof SCENE PREMIERE,

PYRRHU S.
MPETUEUX transports d'un amour

fans espoir,

Qui prenez, sur mon caur, un fouyen

rain pouvoir,

Funeste souvenir, trifte & cruelle idée,
Dont toujours, en secret, mon ame eft obsedée,
Ah! laissez-moi jouir d'un moment de repos;
Eloignez-vous, fuyez ; vous redoublez mes maux!
Privé depuis un an de l'objet que j'adore,
Pourquoi m'en occuper , & me l'offrir encore?

A

Que les

La gloire me doit seule animer en ce jour;
Il est tems de bannir un inutile amour.
Non, ne balançons plus : que ma filme étouffée,
D'un vertueux effort, soit le premier trophée;

appas

du trône arrachent de mon caur, Ce tirannique amour, qui fait tout mon malheur ! Inutiles projets d'un amant déplorable! En vain je veux dompter un amour qui m'accable, Je conserve toujours l'image de Téglis; Des plus vives ardeurs mon cæur toujours épris, Ne trouve de plaisir qu'à rappeller ses charmes, Je n'ai d'autre douceur que de verser des larmes. Sans être criminel, Dieux ! dois-je être puni? Contre moi le destin, à l'amour, s'est uni : Ai-je pû résister à des coups si terribles ? Quels cœurs à tant de traits peuvent être invincibles?

SCENE I I.
PYRRHUS, IPHIS.

IPHIS.
V

Ous verrai-je toujours inquiet, consterné,

Aux plus sombres chagrins, sans cesse abandonné? Quoi! la gloire , aujourd'hui qui vous est préparée , Ne peut-elle vous rendre une paix desirée?

Une Mere , une Reine, écoutant fon devoir;
Va vous remettre ici, le souverain pouvoir;
Et comblant les souhaits d'un peuple qui vous aime,
Avec un digne hymen, vous offre un diadême.
Quel ennui peut encor, Seigneur, vous accabler
Des objets si flatteurs peuvent-ils vous troubler?

PYRRHUS.
Toi,quisçais dansquels maux un triste amoạrme plonges
Peux-tu me demander le chagrin qui me ronge?
J'ai perdu le seul bien ; que mon cæur eftimoit,
Iphis, & j'ai perdu le seul cæur qui m'aimoit!

İPHIS.
Quoi, toujours de Téglis l'image vous possédes
Aux loix d'un vain amour votre fermeté céde?
En vain j'ai parcouru mille divers climats,
Je n'ai pâ découvrir ni fon fort, ni fes

pas,
PYRRHUS.
Les Dieux ne vouloient pas, Iphis, t'en rien apprendre':
Ah! G

par
son

retour, ils daignoient me surprendre.s. Mais hélas! vain espoir, qui toujours me séduit ! Qu'attendrois-je des Dieux, leur haine me poursuite

I PHIS.
Ah! Seigneur, étouffez une cruelle fâme.
Que d'autres feux enfin régnent seuls dans votre ame;
Et loin d'ofer, du Ciel, accuser le courroux,
Reconnoiffez l'effet de ses bontés pour vous.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »