Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

PTOLOME'E.
J'ai demandé fa main! Dieux ! quelle est mia furprise !
Daucun feu , pour Téglis, mon ame n'est éprise:
Autant que vous, Seigneur, j'ai lieu d'être allarmé,
Et, pour un autre objet , mon coeur est enfâ mé:
Des charmes d’Antigone , il n'a pû se deffendre ;
Mais j'immolais ma đâme, & ceffois d'y prétendre,

PYRRHU S.
Qu'entens-je ! ah ! pardonnez à mes transports jaloux!
Je rougis , à vos yeux, d'un ayeugle courroux :
Iç craignois, il est vrai, que Téglis , dans votre ame,
N'eût allumé, Seigneur , une trop vivc pâme.
Je crois qu'en la voyant, tous les cours enchantés,
Comme moi, doivent être épris de ses beautési
Lorsque, de mes soupçons, vous montrez l’injustice,
Dans de cruels remords, j'en trouve le suppliçe ;
De mes égaremcns , daignez ayoir pitié,
Mon frere , je vous rends toute mon amitié ;
Mais c'est

peu, recevez encor une couronne , Que je ne puis payer par l'hymen d’Antigone. Charmé que,

dans mon frerc, un destin trop fatal
Ne me présente point un odieux rival,
Voudrois-je, pour le prix d'une amitié si chere
Le priver du seul bien capable de lui plaire?

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

ܕ

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

PTOLOME' E.
Votre honneur m'est trop cher;je ne veux pas Seigneur,
Sur ses honteux débris , élever ma grandeur :
La Reine a prononcé:c'est vous que, pour mon maître,
Le devoir desormais m'ordonne de connoître:
Heureux , si je pouvois , libre de mon amour
A la seule amitié, me livrer en ce jour ;
Si je pouvois vous voir ceint de ce diadême ,
Sans qu'il m'en dût couter le seul objet que j'aime.
Oui , je ne cherche pas, Seigneur , à le cacher;
Je tremble , je frémis de me voir arracher
Un bien que ma vertų veut que je lacrifie:
Mais je n'hésite pas, m'en courât-il la vie.
Eh! puisque , du destin , tel est l'ordre sur nous,
Que la G'oire combat nos desirs les plus doux,
En domptant notre amour,donnons un grand exemple
Que l'Univers entier , que l'avenir contemple;
Qu’un triomphe si beau , digne même des Dieux,
Rende nos noms, mon frere , à jamais glorieux.

PYRRHUS.
Ces nobles sentimens, que tout mon, cæur admire ,
Vous rendent trop, Seigneur, digne de cet Empire.
Je brûle de les fuivre; & je dois l'avouer ,
De mes plus grands efforts , l'amour sçait se jouer

Adieu

Il vou

Où Pt

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

PTO LO ME'E.
En quoi, vous oferiez lui céder la victoire ?

PYRRHU S.
Est ce donc , sans retour, que j'immole ma gloire !
Si l'amour , aujourd'hui , me force à la ternir,
Quoi, par d'autres chemins, ne puis-je y parvenir ?
Ne nous reste-t-il plus d'ennemis à réduire ,
De Rois à protéger;de Tyrans à détruire!
Contre nous, l'Etolie arme encore une fois :
Quelle vaste carriere à d'immortels exploits !
Rome , la fiere Rome, infolemment nous brave,
Et regarde un Monarque au-dessous d'un esclave :
Vengeons nos droits sacrés ; puniflons son orgueil ;
Que notre bras vainqueur creuse enfin son cercueil:
Notre Ayeul commença , finissons son ouvrage;
Faisons, avec son nom , revivre son

courage.
Voilà , par quels travaux, je prétens effacer
La lionte , où mon amour semble ici m'abaisser.
Les cours touchés des soins dont la gloire les presse
Conservent leur grandeur jusques dans leur foiblesse;
Et vaincus , fans jamais le céder au vainqueur ,
De leur chûte , souvent tirent tout leur honneur.
Non, non, l'amour envain dispose de mon amc,
Je sçaurai réparer les erreurs de ma flâme.

« PrécédentContinuer »