Images de page
PDF
ePub

I. Der Luneviller Friede von 1801.

Ein Raiserl. Hofdecret vom 21. Febr. 1801 theilte diesen Frie. denstractat der deutschen Reichsversammlung mit, welche ihn durch ein Reichsgutachten d. d. Regensburg den 7. März d. I. geneh. migte, worauf das Kaiserl. Commissions - Ratifications - Decret

d. d. Regensburg d. 9. März desselben Jahrs erfolgte.

Instrumentum pacis Lunaevillae conclusae die

9. Febr. anni 1801 inter Imperatorem Germaniae corpusque Imperii, et Rempubli. cam Franco - Gallicam.

Nos Franciscus Secundus divina favente clementia , electus Romanorum Imperator semper Augustus, Germaniae, Hungariae, Bohemiae, Dalmatiae, Croatiae, Slavoniae, Galiciae, Lodomeriae et Hierosolymae Rex, Archidux Austriae etc. etc.

Notum testatumque omnibus et singulis, quorum interest vel interesse potest, tenore praesentium facimus. Et Nobis et Reipublicae Gallicanae nihil magis curae cordique fuit, quam ut cruento aeque ac diuturno bello, quod per tot regna et provincias latissime grassabatur, exoptata tandem omnium bonorum votis, quies ac tranquillitas succedat: ad salutarem adeo scopum assequendum a Nobis et a primario praelaudatae Reipublicae Consule Plenipotentiarii Lunaevillam ablegati sunt, qui plena utraque ex parte agendi facultate muniti de conficiendo pacis negotio consilia conferrent, concluderent et signarent; horum solerti industria res feliciter ad finem perducta et tractatus pacis et amicitiae definitivus Nostro atque etiam ob subyersantes in ipso pacis Instrumento expressas rationes Imperii Romano Germanici nomine ex una et Reipublicae Gallicae nomine altera ex parte di nona mensis Februarii anni curentis Lunaevillae confectus et signatus fuit tenoris, qui sequitur:

[ocr errors]

a

Sa Majesté l'Empereur, Roi de Hongrie et de Bohême, et le premier Consul de la République française, au nom du Peuple français, ayant également à coeur de faire cesser les malheurs de la guerre, ont résolu de procéder à la conclusion d'un traité définitif de paix et d'amitié. — Sa dite Majesté Impériale et Royale ne désirant pas moins vivement, de faire participer l'Empire Germanique aux bienfaits de la paix , et les conjonctures présentes ne laissant pas le tems nécessaire pour que l'Empire soit consulté, et puisse intervenir par ses députés dans la négociation; Sa dite Majesté ayant d'ailleurs égard à ee qui a été consenti par la députation de l'Empire au précédent congrès de Rastadt, résolu, à l'exemple de ce qui a eu lieu dans des circonstances semblables, de stipuler au nom du Corps Germanique.

En conséquence de quoi les parties contractantes ont nommé pour leurs plénipotentiaires, savoir :

S. M. Imp. et Royale, le sieur Louis, comte du St. Empire Romain, de Cobenzl, chevalier de la Toison d'or, grand croix de l'ordre Royal de St. Etienne et de l'ordre de St. Jean de Jérusalem, chambellan, conseiller intime actuel de Sa dite Ma. jesté Impériale et Royale , son ministre des conférences,

et vice-chancelier de cour et d'état; Et le Premier Consul de la République française, au nom du Peuple français, le citoyen Joseph Bonaparte, conseiller d'état.

Lesquels après avoir échangé leurs pleins-pouvoirs, ont arrêté les articles suivans :

Art, I. Il y aura à l'avenir, et pour toujours. paix, amitié, et bonne intelligence, entre S. M. l'Em

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
« PrécédentContinuer »