Images de page
PDF
ePub

l'acte final du congrès de Vienne, est déterminée de la manière suivante:

Les duchés de Parme, Plaisance et Guastalla , après le décès de S. M. l'Archiduchesse Marie-Louise, passeront en toute souveraineté à S. M. l'Infante d'Espagne Marie-Louise, l'Infant Don Charles Louis Son fils et Ses descendans mâles, en ligne directe et masculine, à l'exception des districts enclavés dans les états de S. M. I. et R. A. sur la rive gauche du Pô, lesquels resteront en toute propriété à Sadite Majesté, conformément à la restriction établie par l'art. 99 de l'acte du congrés de Vienne.

Art. XLV. A cette même époque, la réversi. bilité de la principauté de Lucques, prévue par l'art, 102 de l'acte du congrès de Vienne, aura lieu dans les termes et sous les clauses du même article, en fareur de S. A. I. le Grand-Due de l'oscane.

Art. XLVI. Quoique la frontière des états Autrichiens en Italie soit déterminée par la ligne du Pô, il est toutefois convenu d'un commun accord, que la forteresse de Plaisance offrant un intérêt plus particulier au systême de défense de l'Italie, S. M. İ. et R. A. conservera dans cette ville, jusqu'à l'époque des réversions après l'extinction de la branche Espagnole des Bourbons, le droit de garnison pur et simple, tous les droits régaliens et civils sur cette ville étant réservés au souverain futur de Parme. Les frais de l'entretien de la garnison dans la ville de Plaisance seront à la charge de l'Autriche, et sa force en tems de paix sera déterminée à l'amiable entre les hautes parties intéressées, en prenant toutefois pour règle le plus grand soulagement possible des habitans.

Art. XLVII. La réversion des duchés de Parme, Plaisance et Guastalla, en cas d'extinction de la branche de l'Infant Don Charles - Louis, est explicitement maintenue dans les termes du traité d'Aix-la-Chapelle de 1748, et de l'article séparé du traité entre l'Autriche et la Sardaigne du 20 mai 1815.

Art. XLVIII. . Les traités, conventions et autres actes qui se trouvent annexés au présent recés, et nommément:

10. Le traité entre S. M. le Roi de Sardaigne, la Confédération Suisse et le canton de Genève, conclu à Turin le 16 mars 1816.

20. Le traité entre l'Autriche, la Prusse et le Grand-Duché de Hesse, conclu à Francfort surle Mein le 30 juin 1816.

30. Le traité entre la Grande-Bretagne et le Grand-Duché de Hesse, conclu à Francfort sur le Mein le 30 juin 1816.

40. Le traité entre la Prusse et les Pays-Bas, conclu à Francfort sur le Mein le 8 novembre 1816.

50. Le traité entre la Grande-Bretagne et les Pays-Bas, conclu á Francfort sur le Mein le 16 no. vembre 1816.

60. Le traité entre l'Autriche et les Pays-Bas, conclu à Francfort sur le Mein le 12 mars 1817.

70. Le traité entre la Russie et les Pays-Bas, conclu à Francfort sur le Mein le 17 (5) avril 1817.

89. Le traité entre l'Autriche, l'Espagne, la France, la Grande-Bretagne, la Prusse et la Russie, conclu à Paris le 10 juin 1817.

90. Le traité entre l'Autriche et le Grand-Duché de Bade, conclu à Francfort sur le Mein le 10 juil. let 1819.

100. Le traité entre l'Autriche, la Grande - Bretagne, la Prusse, la Russie et le Grand-Duché de Bade, conclu á Francfort sur leMein le 10 juillet 1819.

sont considérés comme parties intégrantes des arrangemens stipulés par le présent acte, et auront selon leur teneur respective la même force et valeur que s'ils étoient insérés mot-à-mot dans le recès même.

Quant au traité conclu à Munic le 14 avril 1816 entre l'Autriche et la Bavière, également joint au présent acte, il y a été annexé dans le sens et l'esprit de l'art 7 du présent recès.

Art. XLIX. La langue françoise employée dans le présent recès l'a été avec les mêmes réserves énoncées à l'art. 120 de l'acte du congrès de Vienne.

Art. L. Le présent recès sera ratifié, et les ra. tifications en seront échangées à Francfort surleMein dans l'espace de trois mois, ou plutôt si faire se peut. Un exemplaire du même acte sera déposé à Vienne aux archives de cour et d'état de S. M.I. et R. A., pour y être réuni à l'ensemble des actes desquels il dérive , et sur lesquels il est fondé. Les hautes par. ties contractantes se réservent d'ailleurs d'adopter une marche commune pour le communiquer et le proposer à l'adhésion des autres puissances et états intéressés.

En foi de quoi les plénipotentiaires respectifs ont signé le présent recès, et y ont apposé le cachet de leurs armes.

Fait à Francfort sur le Mein, le 20 juillet de l'an de grâce 1819.

Le baron de WESSENBERG.
CLANCARTY,
Le baron de HUMBOLDT.
J. d'ANSTETT.

[ocr errors][merged small]

Abgeschlossen und unterzeichnet zu Dresden den 23. Fus

nius 1821 von den Bevollmachtigten der Ufer: Staaten: Desterreich, Preußen, Sachsen, Hannover, Danemark für Holstein und Lauenburg, Mecklenburg: S dwerin, Anhalt: Bernburg, Anhalt: Cóthen, An: halt: Dessau und der freien Bundes: Stadt Hamburg, und deren Ratificationen von Seite jämmtlicher genannter Ufer: Staaten ausgewech. felt wurden zu Dresden den 12. December 1821.*)

Nachdem die Wiener Congreßacte vom 9. Junius 1815 die allgemeinen Grundlage ausgesprochen hat, nach welchen die Schifffahrt auf den Stromen geordnet werden soll; 10 baben die Staaten, deren Gebiet die Elbe in ihrem fchiffs baren Laufe trennt oder durchstrómt, beseelt von dem Wunsche, die dadurch dem Handel und der Schifffahrt zus gesicherten Vortheile und Erleichterungen baldmöglichst ins Leben zu rufen, den Zusammentritt einer Commission in Dresden veranlaßt, um in gemeinschaftlicher Uebereinkunft die für die Schifffahrt auf der Elbe nöthigen Bestimmungen zu treffen.

Zu diesem Zwecke haben Seine Majestát der Kaiser von Desterreich, König von Ungarn und Böhmen, Allers böchst Ihren Gubernialrath und Stadthauptmann zu Prag,

*) Nach der officiellen Ausgabe von Wien; aus der t. t. Hof:

und Staats - ürarial - Druderei 1822. In 4.

Joachim Eduard Freiherrn von Münch-Bellinghaus ren, Inhaber des Kaiserlich-Königlich - Desterreichischen Civil: Ehrenfreuzes;

Seine Majestát der König von Preußen, Allerhöchst Ihren wirklichen geheimen Legationsrath, außerordents lichen Gesandten und bevollmachtigten Minister am Königs lich-Sächsischen Hofe, Johann Ludwig von Jordan, Rits ter des rothen Adlerordens zweiter Classe mit Eichenlaub und des eisernen Kreuzes zweiter Classe am weißen Bande, Großkreuz des Kaiserlich Russischen St. Wladimir - Dr's tens zweiter Glasse, des St. Annen - Drdens, des Civils Verdienst - Drdens der Baierischen Krone, des Königlichs Schwedischen Nordsterns und des Königlich - Sáchrischen Civil - Verdiensts Ordens, Commandeur des Kaiserlich s Oesterreichischen Leopolds, des Königlich-Dänischen Das nebrogs, und Ritter der Königlich-Spanischen Ordens Çarls des Dritten ze.;

Seine Majestát der König von Sachsen, Alerhöchst Shren geheimen Finanzrath Günther von Búnau, Ritter des Königlich-Sächsischen Civil - Verdienst- Drdens;

Seine Majestát der Rónig von Großbritannien und Jrrland, als König von Hannover, AllerhöchstIhren les gationsrath und bei der freien Stadt Frankfurt bevoll, mächtigten Geschäftsträger, Carl Friederich Freiherrn von Stralen bei'm, Ritter des Königlich Hannoverischen Guelphen- und des Königlich - Preußischen rothen Adlers ordens dritter Classe;

Seine Majeståt der König von Dänemark, als Hers zog von Holstein, Schleswig, Lauenburg, wie auch von Oldenburg, AllerhöchstIhren Legationsrath und am Königs lich - Sachsischen Hofe accreditirten Geschäftsträger, Mas thias Friis von frgens-Bergh, Nitter des KöniglichDänischen Danebrogs und des Kaiserlich - Russischen Wlas dimir - Drdens vierter Classe;

Seine Königliche Hoheit der Großherzog von Mecklenburg-Schwerin, HöchstIhren Kammerrath Joachim Christian Steinfeld, Ritter des Königlich-Schwedischen Wasaordens;

Seine Durchlaucht der ältest regierende Herzog zu Ans balt-Bernburg,

« PrécédentContinuer »