Recueil des noëls composés en langue provençale

Couverture
Fr. Seguin, 1856 - 87 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xix - Arrivés en présence de la reine, les exécutants entonnèrent de fort bonne grâce un hymne à deux chœurs, l'un à quatre voix choisies, l'autre en plein chœur renforcé, qui contenait la reprinse et le Vive le Roi.
Page ix - Mistral est un de ceux qui ont pris le plus à cœur cette restauration du pur langage d'autrefois : artiste zélé et critique plein de sens , il sait juger ses confrères avec franchise. Si cette école s'organise avec suite et produit d'heureux fruits , ce sera en grande partie à la sollicitude de M. Mistral qu'en reviendra l'honneur ; il est le conseiller, le censeur, le juge sympathique et sévère de cette entreprise, dont M. Roumanille est l'âme: N'oublions pas un hymne h saint Vincent-de-Paul...
Page v - ... s'épanouissaient, le ruisseau murmurait, l'oiseau chantait dans les bosquets ; les beaux yeux des jeunes filles devaient charmer et faire doucement rêver ; mais aucune voix de poète ne chantait la beauté de la nature, ne rimait aux battements de son cœur. « Aune époque où la barbarie couvrait encore le monde, entre les pâles lueurs de la décadence antique et la naissance des nations modernes, il y avait, dit un savant critique, M. St-René Taillandier, un coin de terre privilégié,...
Page xviii - Médicis fut reçue solennellement à Avignon. Un char triomphal, traîné par deux chevaux déguisés en éléphants, fut envoyé à sa rencontre. « II y avoit sur ce char un chœur de musique à voix et instruments, sous la conduite de M.
Page xii - Seguin, libraireéditeur d'Avignon, a recherchés avec tant de passion, a recueillis avec tant d'amour, a transcrits avec tant de fidélité et de goût, bien que, jusqu'à ce jour, il s'obstine à les garder un peu trop exclusivement pour lui ». Peut-être était-ce une malice ? Mais je ne le crois pas.
Page xx - Akébar, roi du Mogol, tragédie lyrique, avec un succès merveilleux. Parolier adroit, compositeur excellent en musique, dont il avait publié des traités estimés, Mailly s'était signalé doublement en cette entreprise. Le palais épiscopal de Carpentras, alors habité par Alessandro Bichi, prince de l'Église, fournit la salle où l'on applaudit pour la première fois un opéra français.
Page v - Midi que s'est épanouie la fleur de la civilisation chrétienne; c'est l'imagination provençale qui a délié la langue des peuples nouvellement constitués, et frayé la route où s'est élancé leur génie. Dante et Pétrarque, sans doute, n'avaient pas besoin des chantres de la langue d'oc pour être des intelligences supérieures : auraient-ils été de grands poètes sans cette bienfaisante influence? auraientils été surtout des poètes vraiment nationaux, et tiendraientils une si glorieuse...
Page iii - Pontmartin , pour expliquer à la fois la pierre d'une ruine, la plante qui avait percé cette pierre, l'insecte qui bourdonnait sur cette plante et la langue qu'on avait parlée autour de ces débris;
Page xxiv - ... femme malade à l'extrémité, qui fut guérie par cet attouchement. On rapporte l'invention de la sainte Croix au voyage qu'Hélène fit dans la Terre-Sainte, vers l'année 327; ainsi Eusèbe ne peut avoir composé plus tôt ses Commentaires sur les Psaumes. Le Père de Monlfaucon croit même que ce ne fut que longtemps après, et dans les dernières années de sa vie.
Page xii - Tout autre que M. Berlioz n'eût pas manqué d'introduire dans cette délicieuse et gothique ouverture, qui représente les bergers se rendant de tous côtés à l'étable de Bethléem, dans les couplets en chœur et le ravissant récit qui suivent, d'introduire, dis-je, des airs ou des pastiches...

Informations bibliographiques