Dictionnaire historique: ou, Biographie universelle des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, depuis le commencement du monde jusqu'a nos jours, Volume 12

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 114 - Gengiskan, qui ont dévasté l'Asie ; et nous verrons que nous devons au christianisme, et dans le gouvernement un certain droit politique, et dans la guerre un certain droit des gens, que la nature humaine ne saurait assez reconnaître.
Page 282 - Chabot qui proférait les paroles outrageuses ; je le repris exactement dans ces termes : Je dis au prêtre Chabot , on a vu, dans l'antiquité, orner les victimes de fleurs et de bandelettes ; mais le prêtre qui les immolait ne les insultait pas et je continuai mon discours...
Page 237 - C'était la seule, à un petit nombre d'exceptions près, qui se fût préservée de la maladie épidémique du jeu ; la seule où l'on se trouvât pour se parler raisonnablement les uns aux autres, et même avec esprit, selon l'occasion.
Page 434 - Le plan de vie qu'elle se traça n'avait point eu d'exemple. Elle ne voulut pas faire un trafic honteux de ses charmes, mais donner à son libertinage un air de décence, et, s'il est permis de le dire , un air de dignité.
Page 114 - Je ne suis pas Dieu , pour agir en Dieu ; ni prophète . pour montrer le chemin du salut; ni roi, pour rendre les peuples heureux. Je suis celui que Dieu envoie contre les nations sur lesquelles il veut faire tomber sa vengeance.
Page 361 - Sauveur vint eu cette ville quatre jours après la mort de Lazare, se fit conduire à son tombeau , et , en ayant fait ôter la pierre, il lui rendit la vie. Ce miracle éclatant opéré aux portes de Jérusalem...
Page 145 - Laberius, descendu du théâtre, alla chercher une. place au quartier des chevaliers; mais, chacun jugeant qu'il s'était rendu indigne de ce rang, ils firent en sorte qu'il n'y en trouvât plus aucune.
Page 145 - Rome , un homme de naissance qui composait des poésies pour le théâtre ne se dégradait point; niais il ne pouvait les représenter lui-même sans se déshonorer. Malgré cette opinion établie de longue main , Jules César pressa vivement Labérius de monter sur le théâtre pour y jouer une de ses pièces, et lui donna pour cet effet une somme considérable. Le poète s'en défendit long-temps, mais enfin il fallut céder.
Page 141 - П avoit une mémoire prodigieuse, une érudition fort variée, et une ardeur infatigable pour le travail. Toutes les années de sa vie furent marquées par des ouvrages , ou plutôt par des recueils de ce qu'il avoit ramassé daña les livres des autres , ou de ce qu'il avoit déterré dans les bibliothèques.
Page 358 - Palais-Royal, suivi de ducs et pairs, de maréchaux de France, et d'évêques. Le désordre était au comble. Le parlement de Paris s'opposa, autant qu'il le put, à ces innovations, et il fut exilé à Pontoise.

Informations bibliographiques