Histoire critique de l'inquisition d'Espagne, depuis l'époque de son établissement par Ferdinand y, jusqu'au règne de Ferdinand VII, tirée des pièces originales des archives du Conseil de la Suprěme et de celles des tribunaux subalternes du Saint-office, Volume 1

Couverture
Treuttel et Wurtz, 1818
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 470 - ... adoucit sur quelques points la rigueur des lois imposées par les rois normands. Ainsi, pour détruire les abus de la vaine pâture , pour faire respecter la propriété privée aux bergers de Calabre et de Sicile , Guillaume avait institué la peine de mort et la confiscation des biens contre ceux qui , en faisant paître leurs troupeaux , dépassaient les limites permises. Frédéric...
Page 286 - Ils devaient poursuivre les hérétiques et les hommes suspects d'hérésie ; fournir des secours , pour les mettre en prison , aux sergens et aux sbires du tribunal , et faire tout ce que les inquisiteurs leUr ordonneraient pour la punition des accusés.
Page 141 - ... rivaliser d'industrie avec eux devinrent presque tous leurs débiteurs, et l'envie ne tarda pas à les rendre ennemis de leurs créanciers. Cette disposition fut fomentée et entretenue avec soin par des hommes mal intentionnés; il en résulta souvent des rixes et des émeutes populaires, dans presque toutes les villes des deux royaumes et jusque dans la Navarre. VI. En i3gi , la fureur du peuple immola dans les villes plus de cinq mille Juifs. On savait que quelquesuns avaient évité la mort...
Page iv - Évitez celui qui est hérétique, après l'avoir averti « une première et une seconde fois, sachant que qui« conque est en cet état est perverti , et qu'il pèche « comme un homme qui se condamne lui-même par
Page 311 - On lui fait promettre qu'après avoir pris connaissance de l'affaire, il défendra l'accusé s'il pense qu'il est juste de l'entreprendre ; mais que . dans le cas contraire , il usera de tous les moyens qui sont en son pouvoir pour le désabuser, en l'exhortant à solliciter sa grâce auprès du tribunal, par l'aveu sincère de toutes ses fautes, eu montrant un véritable repentir de les avoir commises, et en demandant à être réconcilié à l'Eglise.
Page 260 - Les juifs d'Espagne furent avertis du danger qui les menaçait : persuadés que pour l'éloigner il suffirait d'offrir de l'argent à Ferdinand, ils s'engagèrent à fournir trente mille ducats pour les frais de la guerre de Grenade , dans laquelle on était alors engagé...
Page 129 - ... mage , ni •aucun autre aliment tiré du règne ani» mal, et cela pendant sa vie entière, excepté les » jours de Pâques , de la Pentecôte et de la nativité de » Notre Seigneur, auxquels jours nous lui ordonnons 's d'en manger, en signe d'aversion pour son ancienne » hérésie ; de faire trois carêmes par an , sans manger » de poisson pendant ce temps-là ; de jeûner en s'abs...
Page 155 - ... s'abstient ces jours-là de manger jusqu'au lever de la première étoile de la nuit ; s'il se prive de l'usage de la viande , s'il s'est purifié la veille, s'il a coupé ses ongles et l'extrémité de ses cheveux , et s'il les a gardés ou jetés dans le feu; s'il récite certaines prières des juifs, en baissant et levant alternativement la tête , le visage tourné vers la muraille, après s'être lavé les mains avec de l'eau et de la terre , vêtu de serge , d'étamine ou de lin , et ayant...
Page 362 - ... incapable d'exécuter aucun mouvement. Le peuple était persuadé qu'elle faisait des miracles. Le roi ayant été informé de tout ce qui se passait, ordonna qu'on la fît venir à Madrid; il lui parla, ainsi que l'inquisiteur général : des théologiens 'de tous les ordres furent consultés, mais ils ne furent point d'accord: les uns disaient que cette fille était une sainte, remplie de l'esprit et de l'amour de Dieu; et les autres, qu'elle était plongée dans l'illusion et dominée par...
Page 361 - En i 5i i, celui d'une femme , connue sous le nom de la Béate , fit beaucoup de bruit. Son père était un laboureur de Piedrahita , dans le diocèse d'Avila. Elevée à Salamanque, elle se livra avec tant d'ardeur aux exercices de l'oraison et de la pénitence, que son esprit, affaibli par les austérités , en fut troublé , et qu'elle tomba dans des illusions. Elle prétendait voir continuellement Jésus-Christ et la Sainte-Vierge, et leur parlait devant tout le monde, comme s'ils eussent été...

Informations bibliographiques