An Introduction to the French Language: Being a Practical Grammar with Exercises

Couverture
Ginn, 1893 - 229 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 16 - 10 dix 11 onze 12 douze 13 treize 14 quatorze 15 quinze 16 seize 17 dix-sept 18 dix-huit 19 dix-neuf 20 vingt 21 vingt et un 22 vingt-deux, etc. 30 trente 31 trente et un 32 trente-deux, etc. 40 quarante 41 quarante et un, etc. 50 cinquante 51 cinquante et un, etc 60 soixante
Page 14 - neuf 10 dix 11 onze 12 douze 13 treize 14 quatorze 15 quinze 16 seize 17 dix-sept 18 dix-huit 19 dix-neuf 20 vingt 21 vingt et un 22 vingt-deux, etc. 30 trente 31 trente et un 32 trente-deux, etc. 40 quarante 41 quarante et un,
Page 16 - Sur le penchant de quelque agréable colline bien ombragée, j'aurais une petite maison rustique, une maison blanche avec des contrevents verts. J'aurais pour cour une basse-cour, et pour écurie une étable avec des vaches, afin d'avoir du laitage que j'aime beaucoup. J'aurais un potager pour jardin, et pour parc un joli verger. Là,
Page 39 - O Corse à cheveux plats ! que ta France était belle Au grand soleil de messidor 1 C'était une cavale indomptable et rebelle, Sans frein d'acier ni rênes d'or ; Une jument sauvage à la croupe rustique, Fumante encor du sang des rois, Mais fière, et d'un pied fort heurtant le sol antique,
Page 44 - Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille Applaudit à grands cris ; son doux regard qui brille Fait briller tous les yeux ; Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être, Se dérident soudain à voir l'enfant paraître, Innocent et joyeux.
Page 68 - de la lune descendait dans les intervalles des arbres, et poussait des gerbes de lumière jusque dans /'épaisseur des plus profondes ténèbres. La rivière qui coulait a mes pieds, tour à tour se perdait dans les bois, tour a tour reparaissait
Page 26 - J'aime le son du cor, le soir, au fond des bois, Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois, Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.
Page 68 - tâcher de regagner par les bonnes qualités ce qu'on perd du côté des agréables. Il ya longtemps que j'ai fait ces réflexions, et, par cette raison, je veux tous les jours travailler à mon esprit, à mon âme, à mon cœur, à mes sentiments. Voilà de quoi je suis pleine et de quoi je remplis cette lettre.
Page 72 - Absorbé dans ma douce rêverie, je prolongeai fort avant dans la nuit ma promenade sans m'apercevoir que j'étais là ; je m'en aperçus enfin. Je me couchai voluptueusement sur la tablette d'une espèce de niche ou d'arcade enfoncée dans un mur
Page 28 - les miens les tiens les siens les nôtres les vôtres les leurs Sing. la mienne la tienne la sienne la nôtre la vôtre la leur Plu.

Informations bibliographiques