Tableau naturel des rapports qui existent entre Dieu, l'homme et l'univers, Partie 1

Couverture
éditeur non identifié, 1782 - 276 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 90 - ... également fuir devant nous. Si des éclairs brillants et passagers sillonnent quelquefois dans nos ténèbres, ils ne font que nous les rendre plus affreuses, ou nous avilir davantage en nous laissant apercevoir ce que nous avons perdu, et encore, s'ils y...
Page 37 - ... l'imagination ce que la raison ne saurait comprendre. Voici sur quels arguments il s'appuie : Lorsqu'un homme produit une œuvre quelconque, il ne fait que peindre et rendre visible le plan, la pensée ou le dessein qu'il a formé. Si toutes les lois sont uniformes , nous devons donc admettre que toutes les productions de la création générale et particulière ne sont, chacune dans son espèce, que l'expression visible, le tableau représentatif des propriétés du principe, soit général,...
Page 12 - Venus des Etres. Car tel est le véritable résultat de tous les systêmes , de tous les dogmes , de toutes les opinions , même les plus absurdes , sur la nature des choses et sur celle de leur Principe. Il n'est aucune doctrine , sans en excepter l'Athéisme, qui n'ait pour but cette étonnante Unité , comme nous le verrons dans la suite.
Page 90 - Etre luimême, tant que nous n'en sentons pas les rapports, nous errons au milieu d'un nombre désert, dont l'entrée et l'issue semblent également fuir devant nous. Si des éclairs brillants et passagers sillonnent quelquefois dans nos ténèbres, ils ne font que nous les rendre plus affreuses, ou nous avilir davantage, en nous laissant apercevoir ce que nous avons perdu ; et encore...
Page 89 - La douleur, l'ignorance, la crainte, voilà ce que nous rencontrons à tous les pas dans notre ténébreuse enceinte, voilà quels sont tous les points du cercle étroit dans lequel une force que nous ne pouvons vaincre nous tient renfermés... Tous les éléments sont déchaînés contre nous.
Page 1 - Elle les accepte , elle les consulte ; mais, suivant elle, « ils ne doivent pas être employés comme preuves démonstratives des vérités qui concernent la nature de l'homme et sa correspondance avec son principe ; car ces vérités subsistant par elles-mêmes, le témoignage des livres ne doit jamais leur servir que de confirmation (. » J'ai déjà répondu à cette négation erronée de la valeur du témoignage. Le théosophe donc n'est ni catholique, car il ne relève que du bon plaisir de...
Page 38 - II n'emploie donc tous ces moyens physiques ; il ne produit toutes ces œuvres matérielles que pour annoncer sa pensée à ses semblables , à des Etres distincts de lui , séparés de lui ; que pour tâcher de les rapprocher de lui, de les assimiler à lui , de les réunir...
Page 16 - Saint-Martin lorsqu'il explique la formation des êtres, quand il parle de la naissance de l'homme et de l'univers, manque rarement de dire qu'ils sont émanés de Dieu. En voici quelques exemples choisis à dessein dans plusieurs de ses œuvres : « Le principe suprême, source de toutes les puissances, « soit de celles qui vivifient la pensée dans l'homme, soit « de celles qui engendrent les...
Page 78 - ... il crut, en un mot, que des facultés réelles, fixes et positives, pouvaient se rencontrer dans deux Etres à la fois. Il cessa d'attacher la vue sur celui en qui elles vivaient dans toute leur force et dans tout leur éclat, pour la porter sur un autre Etre ; dont il osa croire qu'il recevrait les mêmes secours. Cette erreur, ou plutôt ce crime insensé, au lieu d'assurer à l'homme le séjour de la paix et de la lumière, le précipita dans l'abîme de...
Page 127 - C'était lui peindre, en effet, sa destinée sous des couleurs vives, que de lui représenter l'Univers comme un grand Temple, dont les astres sont les flambeaux, dont la terre est l'autel, dont tous les Etres corporels sont les holocaustes, et dont l'homme est le Sacrificateur.

Informations bibliographiques