Images de page
PDF

|n'avons point de Carte exacte & détaillée de l'Isle de Tenerif, nous ne pouvons faire ici aucun usage de cette Observation.

Pour conclure des deux Observations précédentes la diffé rence des Méridiens entre l'Observatoire ôc l'Isle de Fer, M. Maraldi s'est«servi de quelques Notes manuscrites de son Oncle, fondées furies Observations du Pere Feuillée. Lorotava est plus orientale que le Pic de Te

'nerif, de o° 6' 32"

Le Pic de Tenerif est plus oriental que l'Isle

de Fer, de 1 2 1$

Donc Lorotava est plus orientale que l'Isle de

|Fer, de 1 8 47

Mais parles Observations précédentes,on a trouvé la différence des Méridiens entre Paris & Lorotava, de ih 14' ou de i8°44/2 3//.

Donc la différence de longitude entre Paris & l'Isle de

Fer, est de ip° $3' 10

J'obmets ici plusieurs Remarques curieuses & importantes, que M. Maraldi fait, tant furies Observations du Pere Feuillée que fur celles du Pere Laval; on les trouvera dans son MéImoire, dont ceci n'est qu'un extrait.

ARTICLE SECOND.

Observations de la Latitude de f Observatoire.

To UT le différend des Astronomes fur la latitude de l'Observatoire se réduit à 10", & ce n'est que depuis quelques années, où l'on a porté la précision des Instrumens beaucoup au-delà de ce qu'on pouvoit espérer, que l'on est en état d'entrer dans une discussion aussi délicate, & de résoudre les doutes que l'on pourroit avoir fur cette matière. Une précision de cinq secondes auroit été regardée autrefois comme imaginaire, tandis que nous regardons présentement comme [exorbitante une erreur de cette quantité. II ne faut que jet

Nn

jter les yeux fur le Journal des Observations des Etoiles qur 'ont été faites en dernier lieu, pour déterminer la Figure de la Terre, pour être convaincu, & en même-tems étonné du degré d'exactitude, où l'on est parvenu dans ces sortes d'Opérations.

Mais fi cette précision est dûe à 1a construction & à la grandeur des Instrumens ou Secteurs que l'on a employés, ne convenoit-il point d'étendre leurs usages , en donnant plus d'amplitude à leurs limbes? Pourquoi borner la précision à un petit nombre d'Etoiles proche du Zenith, dont on connòît les déclinaisons à deux ou trois secondes près, tandis que l'on est en doute fur la vraye hauteur de FEtoile Polaire , fur celle du Soleil au Solstice d'hy ver, fur la vraye quantité de la réfraction, que l'on déduit de deux hauteurs méridiennes d'une même Etoile observées l'une au Zenith, où la réfraction est nulle, & l'autre àl'Horizon où elle est la plus grande, enfin fur l'aberration des Etoiles fort éloignées du Zenith, que l'on est obligé de déduire d'une Théorie, qui quoique certaine, ne peut que gagner à être confirmée par les Observations?

Ce font ces considérations qui ont déterminé mon pere, à se procurer un Instrument avec lequel il pût faire toutes ces différentes Observations. II chargea le sieur Langlois de construire un Quart-de-Cerele du même rayon que le Secteur , ce qu'il a exécuté avec tout l'art & le foin dont cet habile Ouvrier est capable. Cet Instrument ne diffère du Secteur, que par une seconde Lunette fixe qui répond au commencement de la division. Le principal avantage de ces deuxi Lunettes fixes, consiste à vérifier la division de rinstrument, & à reconnoître les altérations qu'il peut éprouver par la différente température de l'air. Car il est évident que rinstrument est exactement divisé , si les hauteurs de différenres Etoiles, observées avec les deux Lunettes & comparées entre' elles, concourent toutes à donner le même angle, entre les axes des deux Lunettes; & que les parties de l'instrumenr ne souffrent aucune altération , si sangle des Lunettes est toujours le même, quelle que soir la température de l'air.Je ne

ferai point ici la description des autres parties qui composent cet Instrument; íà figure est exactement représentée dans la Planche IX : il me suffira de rapporter ici les Observations des la hauteur de l'Etoile Polaire, d'où nous déduirons la latitu-j de de l'Observatoire , qui fait le principal objet de notre recherche. .

Le 21 Décembre 1742 , j'ai observé avec la Lunette du milieu, la hauteur de l'Etoiló Polaire dans la partie inférieure

de son Cercle, de 12' 38"

Le 22 on l'a observée avec la môme Lunette, de.. 6 12 3 %

ôc le 23, de 6 12 3 j

Le milieu entre ces trois Observations, donne la hauteur de l'Etoile Polaire dans la partie inférieure de son Cercle, de 6 12 3 6

Le 21 Décembre de la même année, nous avons dérerminé la hauteur de l'Etoile Polaire dans la partie supérieure de son

Cercle, de , 10 20 29

la différence à 6 12 36

donne , 4 7 53

dont la moitié 2 3 56-j

est la distance apparente de l'Etoile Polaire au

Pôle, à laquelle il faut ajouter 3^

pour la réfraction , ôc on a la vraye distance de

l'Etoile Polaire au Pôle, de 2 4 o^

Le 22 Décembre, la face de l'Instrument étant tournée vers l'Orient, j'ai observé avec la lunette du milieu, la hauteur de l'Etoile Polaire dans la partie supérieure de son Cercle ,

de 88 30 27

le jour suivant elle a été trouvée, de. 88 30 26

le milieu est 88 30 2<s|

Mais par l'Observation faite le 21 Décembre , lorsque l'Instrument étoit tourné du côté de l'Occident, on a trouvé

la hauteur de l'Etoile Polaire , de 10 20 2p

la différence est 78 p Slì

dont la moitié. 39 4 f 8^

est la distance apparente de l'Etoile Polaire au Zenith , à laquelle il faut ajouter 49"

pour avoir la distance corrigée par la réfraction,

de 39° $' 47"í

d'où on déduit lá hauteur du Pôle de l'Observatoire , de 4.8 y o 12

& le point de l'Instrument auquel répond le Zenith de la Lunette du milieu, de 49 25" 27^

& par conséquent l'angle entre les Lunettes, dc.40 34 32^

Examinons présentement quelle est la hauteur du Pôle résultante des Observations faites avec la Lunette, qui répond au commencement de la division, & que j'appellerai dans la fuite horizontale.

Le 28 Décembre, j'ai observé la hauteur del'Etoile Po laire dans la partie supérieure de son cercle, de... f o 55 $5

Le 29 elle a été tróuvée de jo y 4

Le 30 de jo $6

Le milieu donne jo $5 fj"

Pour reconnoître si Taxe de la Lunette horizontale répon doit exactement au point zero de la division, j'ai employé deux Méthodes différentes. J'ai d'abord observé la hauteur de la Claire de Persée, l'Instrument étant tourné dans les deux sens difterens. Cette Etoile est très - avantageusement située pour cette recherche, elle n'est éloignée du Zenith de l'Observatoire que de quelques minutes; ainsi dans les deux sens où rinstrument est tourné, le fil à plomb peut être roujours placé fur le même point de la division, & par con féquent les erreurs de la division ne peuvent pas influer su: cette détermination.

Par les Observations faîtes le 1 Janvier 1743 , nous avons

trouvé la hauteur de cette Etoile, de 89 S"? 43

parcelle du 2 Janvier 89 44

par celle du? ■ 89 $5 4f

ainsi par un milieu, nous la supposerons, de 89 J'y 44

Parles Observations faites de l'au tte sens le 4 Janvier, on

a trouvé 90 6

Le 1$ Janvier 90 6 11

Le 16 Janvier 90 6

& par un milieu , on aura. 90 6 ii±

ìaíbmme de ces deux hauteurs est égaie à i8o° \'

dont la moitié del'excès fur 180 degrés, y j~

est la quantité dont hausse la Lunette horizontale.

On peut conclure de cette Observation la distance de la Claire de Persée au Zenith de l'Observatoire, de o° %' \

Le second moyen de reconnoître la quantité dont hausse la Lunette horizontale, est fondé sur la connoissance de l'angle entre les deux Lunettes; car il est évident que fi Taxe de la Lunette horizontale répond exactement au point zero de la' division , les différences de hauteurs entre la Claire de Persée & d'autres Etoiles observées avec les deux Lunettes , doivent être égales au complément de Tare du limbe, compris entre le premier point de la division , & celui auquel répond le Zeníth de la Lunette du milieu.

Nous avons déja déterminé cet arc de 400 34' 3 2"^ par les Observations de l'Etoile Polaire; mais il faut convenir qu'elles ne font point propres pour cette recherche, parce qu'elles supposent que les deux points différens, où répondoit le fil dans les deux Observations, soient exactement placés furie limbe, & c'est ce qui est en question, il falloit donc avoir recours à une autre Etoile, à celle que nous avions déja employée pour trouver le point du limbe, où répondoit Taxe de la Lunette horizontale.

Le 24 Janvier, j'ai observé la hauteur de la Claire de Persée avec la Lunette du milieu, de 490 20' \6"

Le 2 y ,1'Instrument étant tourné dans un autre sens, elle a été trouvée, de 4P 30 42

La somme est p 8 50 y 8

dont la moitié donne le point qui répond au

Zenith 4P 25" 29

& par conséquent l'angle entre les Lunettes, dc.40 34 31 à i"± près de celui que nous avons établi ci-dessus.

II nous reste présentement à comparer les hauteurs de l'Etoile Polaire ôc de la Claire de Persée observées avec les deux Lunettes, pour en conclure ce même angle.

, Nn iij

« PrécédentContinuer »