Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

179 59 5*

Et par le calcul 3 on trouve les résultats íuivans.

[ocr errors]
[merged small][table]

La distance de Rodés à Rupeiroux étant plus petite , seIon cette suite, de 10,9 toises, qu'on ne l'adéduite de la mesure de la base (page 79) il faut ajouter j9,7 toises à la distance des parallèles, & 7,7 toises à cause de l'écart de la perpendiculaire , & l'on conclud , par cette suite , la distance des parallèles de Bourges & de Rodés, de 1 j j8jo toises \, à ij toises près de celle que nous avons déterminée dans l'Article précédent.

ARTICLE CINQUIEME.

Vérification de la direction du Méridien de Bourges, par les Observations faites à Rodés.

O N a trouvé ( page 81) par la fuite des triangles, l'angle à Rodés entre la Chapelle S. Pierre & la ligne parallèle au

[table]

La Somme est ••

Et le Supplément

est l'angle entre cette méme ligne & Rupeiroux.

Y ajoutant la convergence des Méridiens (calculée comme à la page 60)

On a la vraye déclinaison occidentale de Rupeiroux 8 z

. Par les Observations rapportées dans la troisième Partie ( page lxv & íxvj ), nous avons déterminé la déclinaison occidentale du Clocher de la Chapelle de S. Jean de Rupei roux, à l'égard du Méridien de la Tour de Rodés, de 820 14/ 1*". La différence est de i' i8"{-.

ARTICLE SIXIEME.

Détermination de f arc célefie de la dijîance des parallèles de Bourges & de Rodés. Et grandeur du degré fous le parallèle

L'arc céleste correspondant à celui que nous avons mesuré sur la Terre, se déduit aisément de la comparaison des Eroi les de la Lyre & de la Queue du Cygne, qui ont été faites à Bourges ôc à Rodés, & qui sont rapportées dans la troisième Partie de cet Ouvrage ( page xciij & xcv. )

Distances vraies au Zenith pour le i Janvier 1740.

De la Lyre. De la Queue du Cygne

A Bourges 8° 31' 15»" 40"' i° 43' 15" 10'"

A Rodés 5 47 38 3f o o 35 54

Donc différence des Latitudes... 1 43 Ji f a 43 51 4

Le lieu des Observations faites à Bourges , étoit plus sep tentrional que le Pélican de la Tour de S. Etienne, de 77,31 toises. Celui des Observations de Rodés, étoit aussi plus septentrional que la Tour de Notre-Dame, de i7J,jo toises; il faut donc ôter la différence 5)8, ip toises, de Tare que nous avons déterminé ( page 83 ) de 175865,58 toises. Et l'on a \$$l6l}39 toises pour le véritable arc terrestre du Méridien, qui correspond à un arc céleste de 20 43' j 1" jr

Donc, à proportion, le degré qui paíTe par le parallèle de 4.;°^, est de 57040 toises.

[graphic]

CHAPITRE QUATRIEME

Mesure de s arc , & grandeur du degré du Méridien compris entre Rodés & Perpignan.

CE quatrième arc est à peu près de la même étendue que celui de Paris à Bourges. Son milieu répond au parallèle de ^3°\; fa mesure nous a donné la grandeur du degré le plus méridional du Royaume , & un terme de comparaison , avec tous ceux qui ont été déterminés soit en France, soit dans d'autres Pays. On ne pouvoit donc ap porter trop de soin pour constater la vraye longueur de cet| arc. Elle a été calculée par deux suites de triangles , qui aboutissent d'un côté à une base mesurée actuellement sur bord de la mer, près de Perpignan, & de l'autre à celle que nous avions mesurée près de Rodés.

I

ARTICLE PREMIER.

De la base mesurée près de Perpignan.

S I nous ne nous érions pas imposé la loi, de n'employer par-tout que nos propres Óbservations,nous eussions pu nous dispenser de mesurer une base dans le Roussdlon. On y

Ien avoit mesuré une en 1701 de 7245 toises -j-; & fur cette base, on avoit formé deux triangles ( * ), qui par leur disposition avantageuse, & par la grandeur de leurs angles déterminoient la distance de la Tour de S. Jaumes de Perpignan à la Tour de Tautavel, avec une précision presqu'égale à la mesure même. D'ailleurs feu M. de Plantade, qui étoit charé par les Etats de Languedoc , de lever géométriquement Carte de cette Province, en avoit mesuré une de $ 147

(*) Voyez les triangles TaV , WS , du Livre de la grandeur & de la figure de la Terre, page 89.

[ocr errors]

toises, à peu près dans le même endroit, & avoit trouvé un' accord parfait dans la comparaison de sa mesure s avec celles qui avoient été faites autrefois.

La plage de la mer depuis Leucate jusqu'à Collioure, quoiqu'entre-coupée de rivières & de ruisseaux, est assez prariquable & d'une assez grande étendue, pour y pouvoir choisir un espace de 8000 toises facile à mesurer; mais elle est sujette à de si grands changemens , par le transport des fables mouvans dont elle est bordée, qu'il est impossible d'y établir des points fixes. La mer avoit emporté environ 2400 toises du terrein fur lequel on avoit mesuré la base de 1701 vers l'étang de Leucate; ainsi nous fûmes obligés de nous jetter du côté du Midi vers Collioure.

Après avoir bien examiné la disposition du pays, on plaça deux Signaux, l'un fur le bord d'un étang, près du village de Toreilles, & de l'embouchure de l'Agly, & l'autre près d'un ruisseau qui passe au village de S. Cyprien , & va se jetter peu après dans la mer. On fit applanir les monticules de fable qui se trouvoient dans l'allignement de la base; on construisit sur les ruisseaux des ponts de planches pour porter les mesures; Qc (somme l'embouchure de la Tet, qui se trouvoit aussi dans cette direction, étoit trop large pour être traversée sur des planches > en y passant à gué, on posoit les mesures fur des supports de bois, qu'on enfonçoit dans le íable, ce qui formoit une espece de pont.

Cest ainsi qu'on mesura par deux fois la longueur de cette base. Elle fut trouvée en premier lieu de 7929 toises précises , ensuite de 7928 toises $ pieds 1 pouce.

Quoique la différence ne montât pas à un pied , nous nous en tînmes à la seconde mesure, dont nous fumes plus contents que de la première, parce que celle-ci avoit été faite par un grand vent.

X-í>X-4>X
X*X
X

ARTICLE

« PrécédentContinuer »