Images de page
PDF
ePub

Angles obfervés Angles corrigés réduits au centrel pour le calcul. lo à l'horizos. )

Angles observés Angles corrigés réduits au centre pour le calcul. lo dlhorizon. I

XI.

D. M. s. D. M. s.

D. M. s. D. M. S.

XVI. Sermur..................52 [59 Arbre de Dron,. 75 14 22 75 14 23 Hermant.... ............. 69 3 33 | Arbre d'Ovaslın. 74 58 37 74 58 38 Si de la Fagitiere.......... 58 54 28 La Bastide..... 29 46 59 29 46 59

179 59 58 XII.

XVII. Hermant................. 75 20 24 | Arbre d'Ovassin. 80 49 22 80 41 II Si de la Fagitiere.......... 69 22 48 | La Bastide..... 46 45 4 46 44 58 S'de Bort................ 35 16 48 5 de Violan... 52 33 58 52 33 51

180 0 24
XIII.

XVIII.
Si de la Fagitiere... ....... 50 i 6 La Bastide......

.. .......... 73 14 Side Bort................ 31 oss Side Violan.............. 37 15 4 Si de Meimac............. 98 57 59 | Ch. S. Pierre.', ...vi... 69 30 29

XIV.

XIX. Side Bort.....114 34 58 114 34 58 La Bastide....

...... So 0 26 Side Meimac... 310 18 31 018 | Ch, S. Pierre............. 97 6 28 Arbre de Dron. 34 24 43; 34 24 44 Rupeiroux ....... ....... 32 53 6

179 59 591 XV.

XX. Side Bort...... 36 19 0 36 19 1 Ch. S. Pierre.........v... 37 45 19 Arbre de Dron. 34 so 50 84 SO 54 Rupeiroux............. 57 38 43 Arbre d'Oyassin. 58 50 2 58 so s Rodes........... ....... 84 35 58

179 59 52

Et par le calcul, on trouve les résultats suivans.

Longueurs
descêtés.

toises.
De Bourges à Morlac........... 21021,1
De Morlac au 31 de Culand..... 10085,6
Du Si de Culand au Side Lage... 12525,9
Du Si de Lage à Sermur....... 20559,2
De Sermur à Hermant........ 13856,5
D'Hermant au Si de Bort....... 20671,7
Du Side Bort à l'Arbre de Dron.. 15108,
De l'Arbre de Dron à la Bastide.. 2033 2,8
De la Bastide à la Ch.S. Pierre... 16348,7
De la Ch. S. Pierre à Rodés..... 19574,1
De Rodés à Rupeiroux......... 14187,6

Inclinaisons Diffances des Distances des an Meridien. Paralleles. Meridiens. D. N. S. toises. toises. 939 0 20723,

7 3523,7 occ. 23 10 17 9272,3 3968,5 or. 357 35 12595,

7 873,1 occ. 4 48 0 20487,2 1720,3 or. 23 15 7 12731,0 5470,1 or. 12 20 56 20193,4 4420,9 OCC. IL 28 i 14806,

4 3004,2 oco. 31 22 58 17358,3 10588,5 occ. 58 24 36 8564,1 13926,1 or. 13 16 23 1905 1,3 4494,0 or. Somme 155783,1 29579,0 f.or.

2-2410,3 Loc. 71168,7 Dif.

La distance de Rodés à Rupeiroux étant plus petite , se

lon cette fuite , de 10,9 toises, qu'on ne l'a déduite de la mesure de la base (page 79 ) il faut ajouter 59,7 toises à la distance des paralleles, & 7,7 toises à cause de l'écart de lal! perpendiculaire , & l'on conclud , par cette suite , la distan-|| ce des paralleles de Bourges & de Rodés, de 155850 toises , à 15 toises près de celle que nous avons déterminée dans l’Article précédent.

ARTICLE CIN QUIEME. Vérification de la direction du Meridien de Bourges , par les

Observations faites à Rodés. O N a trouvé (page 8 1 ) par la suite des triangles, l'angle à Rodés entre la Chapelle S. Pierre & la ligne parallele au Meridien de Bourges de...::::::.... 13° 15' 52" Y ajoutant l'angle entre Rupeiroux & la Chapelle S. Pierre.....

2

elle S. Pierre..... 84 35 38 La Somme eft.........

97 51 so Et le Supplement.......

82 8 10 eft l'angle entre cette même ligne & Rupeiroux.

Y ajoutant la convergence des Meridiens (calculée comme à la page 60).......

7 22 On a la vraye déclinaison occidentale de Rupeiroux.......... 82 15 325 . Par les Obfervations rapportées dans la troisiéme Partie (page lxv & lxvj), nous avons déterminé la déclinaison occidentale du Clocher de la Chapelle de S. Jean de Rupeiroux, à l'égard du Meridien de la Tour de Rodés, de 820 14' 14". La différence est de 1' 18".

ARTICLE SI X I EM E.

Détermination de l'arc céleste de la distance des paralleles del Bourges & de Rodés. Et grandeur du degré sous le parallele

de 45o 4. L'Arc céleste correspondant à celui que nous avons mesuré sur la Terre, se déduit aisément de la comparaison des Ecoil

ITes de la ec à Roacce (pages courle I Jar

les de la Lyre & de la Queue du Cygne, qui ont été faites à ||
Bourges & à Rodés, & qui sont rapportées dans la troisiéme
Partie de cet ouvrage (page xciij & xcv.)
Distances yraies au Zenith pour le 1 Janvier 1740.

De la Lyre. De la Queue du Cygne.
A Bourges.................... 8° 31' 29" 40" 2° 43' 15" 10"

................... § 47 38 35 0 ö 35 54 Donc différence des Latitudes... 2 43 515 7 43 514

Le lieu des Observations faites à Bourges, étoit plus feptentrional que le Pelican de la Tour de S. Etienne, de 77,31 toises. Celui des Observations de Rodés, étoit aussi plus septentrional que la Tour de Notre-Dame, de 175,50 toises; il faut donc ôter la différence 98,19 toises, de l'arc que nous avons déterminé (page 83) de 155865,58 toises. Et l'on a 155767,39 toises pour le véritable arc terrestre du Meridien, qui correspond à un arc céleste de 2° 43' 51" 5".

Donc, à proportion , le degré qui passe par le parallele de 145°, est de 57040 toises.

[graphic]
[ocr errors]

*XXXXXXXXXXXXX**********************************

CHAPITRE QUATRIEME. Mesure de l'arc , e grandeur du degré du Meridien compris

entre Rodés & Perpignan. n E quatriéme arc est à peu près de la même étendue

U que celui de Paris à Bourges. Son milieu répond au (parallele de 43°4; fa mesure nous a donné la grandeur du degré le plus méridional du Royaume , & un terme de comparaison, avec tous ceux qui ont été déterminés soit en France, soit dans d'autres pays. On ne pouvoit donc ap-1 porter trop de soin pour constater la vraye longueur de cet arc. Elle a été calculée par deux suites de triangles , qui aboutissent d'un côté à une base mesurée actuellement sur le bord de la mer , près de Perpignan , & de l'autre à celle Ique nous avions mesurée près de Rodés.

ARTICLE PRE MI E R..

De la base mesurée près de Perpignan. Si nous ne nous étions pas imposé la loi, de n’employer par-tout que nos propres Observations,nous eussions pu nous dispenser de mesurer une base dans le Roussillon. On ý en avoit mesuré une en 1701 de 7240 toises; & fur cette base, on avoit formé deux triangles (*), qui par leur disposition avantageuse, & par la grandeur de leurs angles déterminoient la distance de la Tour de S. Jaumes de Perpignan à la Tour de Tautavel, avec une précision presqu'égale à la mefure même. D'ailleurs feu M. de Plantade, qui étoit chargé par les Etats de Languedoc , de lever géométriquement la Carte de cette Province, en avoit mesuré une de 5 147 (4) Voyez les triangles TaV, Vas, du Livre de la grandeur de la figure de la

Terre, page 89.

toises, à peu près dans le même endroit , & avoit trouvé un accord parfait dans la comparaison de la mesure, avec celles qui avoient été faites autrefois.

La plage de la mer depuis Leucate jusqu'à Collioure, quoiqu'entre-coupée de rivieres & de ruisseaux, est assez pratiquable & d'une assez grande étendue, pour y pouvoir choisir un espace de 8000 toises facile à mesurer; mais elle est sujette à de si grands changemens, par le transport des fables mouvans dont elle est bordée, qu'il est impossible d'y établir des points fixes. La mer avoit emporté environ 2400 toises du terrein sur lequel on avoit mesuré la base de 1701, vers l'étang de Leucate; ainsi nous fùmes obligés de nous jetter du côté du Midi vers Collioure.

Après avoir bien examiné la disposition du pays, on plaça deux Signaux, l'un sur le bord d'un étang , près du village de Toreilles , & de l'embouchure de l'Agly; & l'autre près d'un ruisseau qui passe au village de S. Cyprien , & va se jerter peu après dans la mer. On fit applanir les monticules de sable qui se trouvoient dans l'allignement de la base ; on construisit sur les ruisseaux des ponts de planches pour porter lles mefures ; & comme l'embouchure de la Ter, qui se trouvoit aussi dans cette direction , étoit trop large pour être traversée sur des planches , en y passant à gué, on posoit les mesures sur des supports de bois, qu’on enfonçoit dans les fable, ce qui formoit une espece de pont. | C'est ainsi qu'on mesura par deux fois la longueur de cette base. Elle fut trouvée en premier lieu de 7929 toises précises , ensuite de 7928 toises s pieds i pouce. · Quoique la différence ne montât pas à un pied, nous nous en tînmes à la seconde mesure, dont nous fùmes plus contents que de la premiere, parce que celle-ci avoit été faite par un grand vent.

ARTICLE

« PrécédentContinuer »