Images de page
PDF

je remis la lampe, fa lumière se conserva très-vive, & fans s'éteindre: j'allai faire la même Expérience à divers endroits, qui me réussit de même, & j'en chassois la Pousse assez promtement; mais au bout d'une heure & demie, quand je vins à l'endroit où j'avois fait la première Expérience, je trouvai qu'elle commençoit à revenir , 6c le lendemain il y en avoir autant que la veille, avec cette différence seulement qu'elle paroissoit moins vive; j'ai projetté du Tartre en poudre fur des charbons ardens que j'avois mis dans la Pousse, la fumée qui s'en est élevée, a détruit la Pousse ; mais elle est pareille ment revenue au bout d'un certain tems. Je crois qu'on trou vera toujours cet inconvénient, quelque matière qu'on cm ployé pour dissiper cette vapeur : fçavoir, qu'on chassera bien celle qui est présente , mais qu'on ne pourra pas empêcher qu'il en vienne d'autre à la place. Comme je n'avoispas dans ce Village quantité d'autres choses que j'auroispû éprouver, je m'en fuis tenu à ces Expériences.

Description des Carrières Améthyste,

Les plus belles Carrières d'Améthyste sont à Pegu dans la Paroisse du Vernet, à quatre lieues au Nord de Brioude , & à trois bonnes lieues des Mines de charbon de la Compagnie. On en voit aussi quelcnaes-unes au haut de la côte qui borde la Rivière d'Allier vis-a vis Brassaget; mais ces Carrières ne font que des tentatives, & n'ont pas plus de trois à quatre toises de profondeur : les Améthystes qu'elles fournissent, font beaucoup moins belles que celles de Pegu. II y a grande apparence qu'on pourroit ouvrir bien d'autres Carrières dans ce Canton, puisque les bancs de rochers dont on les tire, se continuent dans un espace de plusieurs lieues , ôc paroissent toujours de même nature.

II n'y a pas long-tems, suivant ce que j'ai appris, que ces Carrières font ouvertes. Des Genevois y viennent travaillerl de tems en tems dans YEté , & emportent avec eux les cry-[ staux bruts d'Améthyste , dont ils font des bagues qu'ils dé bitent à bon marché dans les Provinces ; c'est pour cette rai

j , , 5=5 4

sost son, qu'on appelle ces crystaux des Pierres de Bagues. II y en a d'une très-belle couleur & d'une eau rrès-pure: j'en ai fait tailler à Murat par un Lapidaire, pour mettre dans le Cabinet du Jardin du Roi, qui scroient d'un très-grand prix, fi elles avoient la dureté des Pierres précieuses. Au reste ces Carrières n'ont pas encore été bien approfondies ; 6c il y a lieu de croire qu'on trouveroit des veines plus parfaites, si on creusoit davantage. La plus petite Carrière dans laquelle je fuis entré, a dix ou douze toises de longueur, & s'abaiífe d'environ cinq toises au-dessous de la surface de la terre. L'autre Carrière qui est, à ce qu'on m'a dit, la plus considérable, étoit infectée par une charogne qui en bouchoit l'entrée.

La nature semble s'écarter ici de ses règles ordinaires & même en suivre de directement opposées ; dans presque toutes les Carrières, les pierres font ordinairement disposées par bancs ou tables à peu près horisontales, ôc chaque table est distinguée par une veine plus ou moins épaisse, a une matière communément plus tendre que la pierre.C'est ainsi qu'on voit les bancs de pierre à Plâtre, séparés par des lits de Schijly de glaise, ou de pierres spéculaires: ceux des pierres détailles, par de l'argile, dubol,&c. Les bancs de cette Carrière font au contraire des tables verticales posées comme fur leur champ , & la matière qui les sépare, est le crystal d'Améthyste dont la dureté surpasse de beaucoup celle de la pierre, qui est cependant une Gangue assez dure.

Chaque veine d'Améthyste a quatre travers de doigts d'épaisseur , & s'étend aussi loin que le rocher qu'elle accompagne, dans une direction dçl'EJìa.ì'Ouest à peu près. Cette veine crystalljne n'adhère pas également aux deux tables entre lesquelles elle se trouve;elle est intimement unie à l'une des deux, a peine est-elle seulement contiguë à l'autre. La surface

3ui tient fortement au rocher, est composée des fibres réunies e chaque faisceau qui compose 1'Amethyste;& ce faisceau se termine de l'autre côté en une pyramide a cinq ou six faces souvent inégales, hautes d'environ six lignes, ensorte que la surface de cette croûte crystalline , qui regarde le rocher auquel elle est le moins adhérente, est toute hérissée de pointes de Diamans. Chaque pyramide est revêtue d'une croûte d'un blanc sale; mais ì'intérieur est très-souvent une Améthyste de la plus belle couleur : il s'en trouve de toutes les nuances, & j'en ai vu qui étoient aussi blanches que le plus beau crystal de roche. Ces pierres font beaucoup plus parfaites, & n'ont même de transparence que vêts les pointes; le milieu & l'autre extrémité font presque toujours glaceux. Les Paysans des environs en cassent les plus beaux morceaux qu'ils vendent aux Curieux. J'ai acheté celles que j'ai fait tailler pour le Cabinet du Jardin du Roi, & elles étoient beaucoup plus belles que celles que j'ai ramassé dans la Carrière. Ils en connoissent peut-être quelque autre dont ils n auront pas voulu me montrer l'issuë. dont la couleur est d'un jaune citron: cette terre mise surj une péle à feu exhale une forte odeur de Souffre, mais elle ne s'embrase pas; à cette tetre succèdent différentes veines de rocher , parmi lesquelles on voft encore des filets de Marcaflìte, & dont la dureté augmente à mesure qu'elles s'éloignent du filon , c'est ce qu'ils appellent la Queue du filon: j'ai enlevé une partie de ce filon avec de la poudre , ôc heureusement l'Antimoine est resté uni aux différentes matières qui l'accompagnent, en forte qu'on peut voir la fuite de ces matières fur le morceau que j'ai envoyé pour le Cabinet du Jardin du Roi.

Des Mines d'Antimoine de Merqueure.

Ces Mines font situées dans le plus affreux pays de la haute Auvergne, à deux lieues au Midi de Brioude , dans la Paroisse de Merqueure; elles appartiennent à une Compagnie d'Intetressés qui les fait exploiter à ses dépens & qui a établi son Magasin à Brioude: on embarque l'Antimoine fur la rivière d'Allier 6c on le fait descendre jusqu'à Paris, à Rouen & aux autres lieux où s'en fait la consommation. Le chemin qui conduit à Merqueure est si rude & si difficile j qu'il n'y a que les mulets du pays qui puissent y passer, encore fàut-il plus de six heures pour y arriver. On sent de loin l'odeur de souffre qui s'exhale des fours où on fait fondre la mine d'Antimoine , & les feuilles des broffailles qui font aux environs en paroissent endommagées. La Mine s'annonce par des veines plombées qu'on apperçoit fur des bancs de rochers qui courent à fleur de terre: la plûpart de ces veines affectent des directions parallèles & se joignent souvent par d'aurres veines plus petites qui les traversent obliquement: on voit aussi quantité de cailloux blancs qui font répandus fur la surface de la Terre, dont la figure est rhomboïdale, & qui paroissent de vrai Spathe.

La Mine de Merqueure fournit une assez gtande quantité

[graphic][subsumed]

Le procédé pour faire fondre la Mine d'Antimoine est, très-simple r on met la Mine dans des pots de terre semblables à ceux que nous appelions chauffoirs ; on en fait de deux sortes: les uns font comme à l'ordinaire ; les autres en différent en ce qu'ils n'ont point de fond: on ajuste ceax-ci fur les premiers , ôc on les remplit de Mine d'Antimoine cassée par petits morceaux: tous ces pots font arrangés dans un four qu'on échauffe avec des broffailles. On fait un feu modéré pendant les premières heures , & onl'augmente jusqu'à le faire de la derniere violence : pendant cetre opération , qui dure environ vingt-quatre heures , il fort du four une fumée très-épaisse T qui répand fort loin aux environs une odeur de Souffre: quoique j'aie observé ci-dessus que cette fumée endommageoit les arbres des Montagnes voisines , les Gens du pays m'ont cependant assuré que personne ne s'en trouvoit incommodé. Après l'opération on trouve l'Antimoine fondu dans le pot inférieur & les scories restent au-dessus. Quand la Mine est bien pure, comme est celle de la Fage, le pot inférieur doit se trouver plein d'Antimoine; mais celle de Merqueure n'en produit ordinairement que les deux tiers: cependant on dit que si le feu n'est pas bien ménagé au commencement de l'opération cette différence influe considérablement fur la quantité d'Antimoine.

II y a encore plusieurs autres Mines en Auvergne, mais qui font la plupart négligées. II y a entre autres une Mine de Plomb fort riche, à ce que j'ai oiii dire, à Montfermi, prèsj

« PrécédentContinuer »