Images de page
PDF
ePub

que la respiration soit gênée sur ces hauteurs, comme le pré-1 tendent quelques Physiciens; la mienne au contraire n'a jamais été li libre que dans le tems que jy ai demeuré, & j'ai vu des Paftres qui avoient passé l'Été avec leurs troupeaux au Clos du Canigou,qui est élevé de plus de 1200 toises, dont la santé paroissoit très-bonne & la constitution très-vigoureuse.

Ce qu'on appelle le Clos du Canigou est une espéce de Pré au milieu duquel est un petit lac formé par l'eau des neiges qui ne sçauroit avoir dans cet endroit aucun écoulement; à l'extrémité de ce Pré s'élevent les deux pointes du Canigou; & dans l’intervalle qu'elles laissent entr'elles, on voit un grand|| amas de neiges qui s'y conservent pendant l'Eté comme dans une glaciere; nous y vîmes quelques animaux sauvages de la grandeur & de la figure d’un daim , qui s'enfuirent au premier bruit avec beaucoup de vîtesse.

Nous nous sommes servis pour faire nos Expériences de Barométres tels que ceux que nous avons employés au Puy del Dome & au Mont-d'Or: nous en avions de différens diamé-| tres depuis une demi-ligne jusqu'à deux lignes & demie , & leur longueur étoit de 38 à 40 pouces. Nous avons eu cer|| avantage que tandis que M. Cassini & moi faisions nos Expériences en différentes stations du Canigou, M. l'Abbé de la Caille en faisoit de correspondantes à Canet au bord de la mer.

Nous partîmes le 25 de Septembre de Perpignan & nous arrivâmes le lendemain à Villefranche, petite Ville au pied du Canigou ; nous y trouvâmes le Mercure dans un gros Ba

pouces. lignes. [rométre à la hauteur de. ............. 26 7 & dans le tuyau capillaire. ........... 26 6.

Nous montâmes ensuite à l'Abbaye de S. Martin où nous couchâmes , & le lendemain matin à fix heures nous trouvâ-|| mes la hauteur du Mercure dans le gros cuyau de 24 10 O dans le tuyau capillaire. « .......... 24 7s

Nous montâmes ensuite pendant neuf heures & après avoir passé par le sommet le moins élevé du Canigou, nous fûmes! obligés de nous arrêter & de passer la nuit au Clos : enfin lell

11

lendemain nous arrivâmes à la pointe la plus élevée où nous

pouces. lignes. trouvâmes le Mercure dans le gros tuyau de.... 20 21 & dans le tuyau capillaire. ... ......... 19 11

Nous répetâmes l'expérience d'heure en heure,& quoique l'air fût assez froid & le vent assez violent par intervalie, nous n'apperçûmes point de variation sensible.

Le même jour M. l'Abbé de la Caille avoit observé sur le bord de la mer le Mercure d'un gros Barométre à la hauteur|| de.......................,

.................., 28 Ia Différence. ........................... 7

J'avois construit à Perpignan plusieurs Thermomérres à Mercure suivant les principes de M. Delise: ces Thermométres avoient été plongés dans l'eau bouillante dans un tems où le Barométre marquoit 28 pouces 2 lignes o. & dans cet état le Mercure s'élevoit précisément jusqu'à l'orifice du tuyau où étoit le premier terme de la graduation. J'avois aussi marqué fort exactement le terme où le Mercure s'arrêtoit dans le tuyau , quand le Thermométre étoit entouré de glace pilée & exposée à un air capable de la fondre. Ce Thermométre portoit encore une autre échelle, que j'avois construite en le plaçant dans l'eau chaude avec un Thermométre à Erl prit-de-vin, gradué sur les principes de M. de Reaumur par M. l'Abbé Nollet. | Je partis de Perpignan le 4 Octobre après avoir laissé à MM. Cassini & la Caille des instrumens comparés à ceux quel j'emportois. Voici maintenant les Expériences que je fis le 6 au Canigou: il étoit dix heures du matin, le tems étoit beau, calme, & le Thermométre exposé au Soleil marquoit ? degrés de M. de Reaumur. La hauteur du Mercure dans le Barométre fut trouvée de..................... 20 2 is M. Cassini l'a trouvée sur le bord de la mer, de.. 28 3 Différence.................... 8 oi.

Je fis ensuite bouillir de l'eau que j'avois apportée de Per-) pignan , c'étoit de la même dont je m'étois servi pour faire mon Thermométre, j'y plongeai l'instrument, & après l'a-||

yoig

[ocr errors]

voir laissé pendant un tems suffisant , je vis qu'il s'en falloit 15 degrés de M. Delisle que le Mercure ne s'élevât jufqu'au haut du tuyau, où étoit le terme de l'eau bouillante à Perpignan.

· L'enveloppai ensuite le Thermométre dans de la neige, que lj'avois ramassée dans la fondriere du Canigou , & ayant exposé le tout au Soleil pour que la neige pût se fondre, le Mercure descendit & s'arrêta précisément au même point où il étoit descendu dans la glace pilée à Perpignan ; d'où je conclus que le terme de la glace fondante n'est point sujet aux variations de l'Atmosphére comme celui de l'eau bouillante.

Voici encore quelques Expériences du Barométre , que nous avons faites sur différentes Montagnes. Le 28 O&obre sur la Montagne de Forceral , hauteur

pouces. lignes. du Mercure dans le gros Barométre de...... 26 4 | Les Novembre sur la Montagne de Tauch, auprès du Signal , hauteur du Mercure de. :. ::...25 7 Le 20 Novembre sur la Montagne de Nore... 24 ó in

VI. Plantes observées dans le Roussillon & dans les Montagnes du

Diocèse de Narbonne. | Comme je n'ai pu herboriser dans cette Province que dans le mois d'Octobre, j'ai perdu bien des Plantes qui fleurissent de bonne heure, & qui se passent même aux premiéres chaleurs de l'Eté: voici cependant celles que la saison m'a permis d'observer , ou qui naissant dans les Montagnes ne se sont pas trouvé si avancées.

Achillæn foliis lanceolatis , dentato-ferraris , denticulis tenuissimè ferratis. Hort. Cliff. 413.

Ptarmica Alpina , foliis profundè incisis. Inst. 497.

ACONITUM foliis peltatis multifidis , petalo supremo cylindra- | ceo. H. Cliff. 213. | Aconitum lycoctonum luteum. C. B. Pin. 183. Cette espéce|| d'Aconit n'est pas rare dans les Montagnes, sur-tout au Canigou.

[ocr errors]

ADIANTUM foliis Coriandri. C. B. Pin. 355. Capillaire dell Montpellier. Cette Plante se trouve assez souvent fur les roll chers le long des eaux, sur-tout autour des sources chaudes/ des Bains du Vernet, proche Villefranche.

AGERATUM ferratum Alpinum , flore purpurafcente. Inft. 651.||

Erinus. Hort. Cliff. 320. Elle croît abondamment sur les Montagnes de Tauch & de Bugarach.

ALATERNUS prima Clus. Hisp. 56.

Rhamnus inermis floribus dioïcis , stigmate simplici mas.
Cliff. 19. dans les hayes & par toutes les Garigues,

ALCHEMILLA foliis palmatis. Hort. Cliff. 38.
Alchimilla vulgaris. C. B. Pin. 319.
Alchemilla foliis digitatis. Hort. Cliff. 39.

Alchimilla Alpina quinque folii-folio subtus argenteo. Inft.508. Ces deux espéces de pied de Lion sont également commu-|| nes dans les Montagnes de Tauch, de Bugarach & du Ca- || nigou. | ALOE folio in longum aculeum abeunte. C. B. 286. Certe|| Plante s'est beaucoup multipliée dans le Roussillon, on en| fait des hayes autour des vignes, & elle croît dans toutes les murailles,

Alyssum ramis fenilibus fpiniformibus nudis. H. Cliff. 332.||

Alylon fruticosum aculeatum. Inft. 217. dans la Montagnell de Tauch.

ANDRY ALA foliis inferioribus dentatis, summis integris. H. Cliff. 387.

Hieracium villosum, Sonchus lanatus, Dalecampio dictum. Inft. 470. Cette Plante croît abondamment sur les bords de la|| Tet , proche de Perpignan ; ses feuilles sont très-blanches &|| comme cotonneuses.

ANTHIRRHINUM foliis oppositis cordatis , crenatis. H. Clift. 323.

Azarina Lobelii. Ele croît dans les rochers du Boulou. ARBUTUS caule erecto, foliis glabris ferratis. Hort. Cliff. 163-|

Arbutus folia ferrato. C. B. Pin. 460. Arbouzier ou Arbouze. Cet arbrisseau est très-commun par toutes les landes, & on en voit un bois de plus d'une lieue d'étendue , en al

lant de Perpignan à Tuchan : il ne se dépouille point l'hy-|| ver de ses feuilles , qui font d'un très-beau verd & liffes comme celles du Laurier. Son fruit est gros comme une prune, & d'une couleur de feu très-éclatante ; sa surface eft| chagrinée , à peu près comme celle d'une fraise; la chair en est ferme, sucrée & un peu trop douce; il est mûr au mois d'Octobre : les Chevres aiment beaucoup les jeunes pousses de cet arbre.

ARBUTUS caulibus procumbentibus,foliis integerrimis.Flo.Lapp. 11162. | Uva Ursi. Clusii Hift. 63. Cette plante croît au sommet du Canigou; j'en ai vu le fruit , il est sec & farineux comme celui de Lapponie , mais la figure que M. Linnæus a donnée de la Plante ne ressemble pas trop à la nôtre , dont les feuilles sont plutôt alternes qu'opposées, & ramassées, pour ainsi dire, à l'extrémité des branches.

ARUNDO sativa quæ Donax Dioscoridis. C. B. Theat. pag. 271. Ce roseau est très-commun sur les bords de la riviere d'Agly. | ĀSPARAGUS foliis acutis. C. B. Pin.490

Aster Tripolii flore. C. B. 269. Certe Plante est commune dans la plaine du Roussillon , sur-tout autour du Moulin de

las Guilles. | Aster flore terminatrici , foliis linearibus, tricuspidatis. H. Cliff. 409.

After maritimus folio tereti crasso tridentato. Inst. 483. Dans les marécages qui sont au bord de la Mer , autour de Canet.

ASTRANTIA minor. Moriss. Umbell. 7. Cetre Plante n'est point une variété de la Sanicle de montagne; elle n'a que deux ou trois feuilles qui sont plus profondément dentelées, & sa hauteur est à peine de quatre pouces dans le Canigou où je l'ai trouvé.

AURICULA Ursi , flore luteo. J. B. 3. 499. au sommet du Canigou. '

AZALÆ A maculis ferrugineis fubtus afperfa, floribus decandris, Chamarhododendros alpina glabra. Inft. 604. Je crois, comme||

« PrécédentContinuer »