Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours: avec les renseignements bibliographiques et l'indication des sources à consulter, Volume 27

Couverture
Firmin Didot frères, fils et cie, 1858

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 45 - ... que chacune de ces fins diverses est un élément d'une fin totale et dernière qui les résume, d'une fin qui est celle de la création, d'une fin qui est l'ordre universel , et dont la réalisation mérite seule aux yeux de la raison le titre de bien, en remplit seule l'idée, et forme seule avec cette idée une équation évidente par elle-même et qui n'ait pas besoin d'être prouvée. Quand la raison s'est élevée à cette conception , c'est alors, Messieurs . mais seulement alors, qu'elle...
Page 253 - la proposition que tu me fais; depuis longtemps tu con« nais aussi celle que je t'ai vouée, et j'espère que tu y « comptes. « Les hommes peuvent être injustes envers moi, mon « cher Junot, mais il suffit d'être innocent; ma conscience « est le tribunal où j'évoque ma conduite. « Cette conscience est calme, quand je l'interroge ; ne « fais donc rien, tu me compromettrais. « Adieu, mon cher Junot, salut et amitié.
Page 39 - Les autres morceaux importants de ce recueil sont : 1° un mémoire sur la légitimité de la distinction de la psychologie et de la physiologie...
Page 205 - Dans ce fortuné moment, les hommes oublièrent leur avarice et les femmes leur délicatesse. La vanité des riches se servit de bêches et de pioches d'argent, et on vit porter des décombres dans des manteaux de pourpre et de soie. Toutes les bourses s'ouvrirent; chacun prit part à ces pieux travaux, et un peuple entier exécuta avec enthousiasme les ordres d'un grand monarque, (i).
Page 769 - Lettre à M. Champollion le jeune, relative à l'affinité du Cophte avec les langues du Nord de l'Asie et du Nord-Est de l'Europe.
Page 71 - ... ce théâtre que vous connaissez le mieux , et où vous pourrez » déployer toute votre bonne volonté. Je désire apprendre par » votre réponse que vous êtes satisfait de cette explication , et que » surtout vous ne doutez pas des sentiments que je vous porte.
Page 45 - A la lumière de sa nouvelle découverte, cette application lui devient claire et se légitime. Le bien, le véritable bien, le bien en soi , le bien absolu , c'est la réalisation de la fin absolue de la création , c'est l'ordre universel.
Page 167 - H ne songea qu'à agrandir ses domaines ; et s'il eut l'enthousiasme propre à communiquer ses passions à d'autres puissances, il manqua de cette probité qui rend les alliances sincères , et de l'esprit de conciliation qui les rend durables. Pendant les rares intervalles de paix, il ne connut...
Page 69 - ... brumaire : on y verra que, si mon nom fut inscrit , peu de jours après , sur une liste de proscription , c'est précisément parce que , prévoyant l'abus que ferait ce général du pouvoir suprême, je déclarai ne vouloir lui prêter mon appui que dans le cas où il donnerait des garanties positives à la liberté publique, au lieu de vagues promesses. Si j'avais proposé une dictature militaire , genre de pouvoir qui est sans limites , j'aurais été traité plus favorablement. » Le 19 brumaire,...
Page 125 - Hommage des Français à l'empereur Alexandre. De la Nécessité de transmettre à la postérité le souvenir des bienfaits de l'empereur Alexandre et de ses augustes alliés , et des moyens de signaler la reconnaissance des Français; Paris, Firmin Didot, 1814, in-fol. L'empereur de Russie fut quelque peu étonné , dit-on, de recevoir cet hommage de l'ancien chef d'état-major de Hoche, de l'ex-chef de la garde consulaire; — Lettre d'un Français à lord Stanhope, suivie de Réflexions sur l'événement...

Informations bibliographiques