Images de page
PDF
ePub

DON JUAN.

Passe.

LEPORELLO.

« Miss Julia Pipty. »

DON JUAN.

Charmante fille! elle était bête comme une oie.

LEPORELLO.

« Jeanne'trois étoiles. »

DON JUAN.

Cetait un lundi gras.

LEPORELLO.

« La marquise de la terrasse des Feuillants. »

DON JUAN.

Ses yeux étaient transparents comme des larmes. Quand on valsait avec elle, on avait peur de la casser; pauvre enfant! Elle ne m'avait coûté qu'un bouquet.

LEPORELLO.

« Anaïs de Saint-Ange. »

DON JUAN.

Qu'y a-t-il au-dessous?

LEPORELLO.

Rien.

DON JUAN.

ficris donc ces deux lignes siciliennes:

Lontano dagti occhi,
Lontano dal cuore.

LEPORELLO.

« Fernando. »

DON JUAN.

La petite fringante.

LEPORELLO.

« La grande bavarde à la bagne blene. »

DON JUAN.

Quel nez elle avait! mais j'aimais son esprit

LEPORELLO.

« La baronne de... 11 y a un pâté. »

DON JUAN.

Passe.

LEPORELLO.

« Trois figurantes; Emma, modiste; une sœur de eharité, inconnue. »

DON JUAN.

EI que te reste-t-il pour avoir voulu te désaltérer tant de fois? Une soif ardente, ô mon Dieu!

Leporcllo laisse tomber la liste. IVs musiciens entrent dans la cour et font un tapage horrible. Loporello se leve et va à la fenêtre.

LEPORELLO.

Ah! monsieur, que de monde! Vieilles et jeunes, dévotes et fillettes, tout se presse, caquette et sautille.

DON JUAN.

Viens ici, prends une plume, et écris.

LEPORELLO.

.l'ai tends.

DON JUAN.

« Si un malheureux qui vous adore peut mériter votre pitié, ô charmante inconnue, vous vous retournerez à la messe. »

LEPORELLO.

C'est fait.

DON JUAN.

« Et vous suivrez le confident discret qui se trouvera derrière votre chaise, ma très-chère vie, idole de mon âme! » Plie et mets le cachet.

LEPORELLO.

Et puis.

DON JUAN.

Prends-le, butor, bien délicatement avec tes doigts de serrurier; suspend le poulet au-dessus de la fenêtre; et, puisque tu vois tant de beautés, laisse-le tomber sur le plus petit pied que tu apercevras.

LEPORELLO, à la fenêtre.

Voici une grosse, ronde, rebondie poulette; son œil babille, son chien frétille, son bonnet rond s'envole au vent.

DON JUAN.

Hélas I je vous connais, mesdemoiselles. Ne lâche pas le billet, Leporello.

LEPORELLO.

Voici une petite cendrillon qui trottine à côté d'un chanoine; il y a écrit sur sa modestie qu'elle est nièce d'un curé. Ses mains sont bien gantées, sa jupe la pince, elle est habillée tout à neuf.

DON JUAN.

Tiens ferme.

LEPORELLO.

Mais monsieur ne trouvera rien qui lui plaise.

DON JUAN.

Peut-être.

LEPORELLO.

Levez-vous donc alors et regardez vous-même.

DON JUAN.

Non, je connais la fortune, laisse-moi attendre au lit cette belle prostituée.

LEPORELLO.

Voici une duchesse d'antichambre, escortée de son duc, laquais et petit chien assortissants.

DON JUAN.

Comme les polissons s'accrochent aux carrosses de louage qui passent, c'est ainsi que les gens de cour s'agrippent aux hommes en faveur. Triste engeance! Je n'en aime rien, Leporello, pas même les femmes...

LEPORELLO.

Oh! oh! goddam ! Voici une prude.

DON JUAN.

, Point de ceci.

LEPORELLO.

J'aperçois un pâle narcisse, la démarche à l'anglaise et les yeux battus.

DON JUAN.

Pas davantage; celui qui sent son corps brûler par les ardeurs de l'été doit plonger sa tête dans une source plus pure et plus fraîche que le cristal; passe, Leporello; j'aime assez en hiver la neige où personne n'a marché.

LEPORELLO.

Voici donc une jeune fille hien élevée, dûment talonnée par une gouvernante pourvue de lunettes hleues.

DON JUAN.

Oh! c'est trop long, il faut des quinze jours à ces scrupules-là.

LEPORELLO.

Que dites-vous d'une doucereuse momie qui joue la poitrinaire? Elle tousse à petit bruit comme un académicien qui va lire une complainte de réception.

DON JUAN, bâillant.

Ah! ah! tiens, Leporello, déchire le billet.

LEPORELLO.

Ma loi, monsieur, il est tombé.

DON JUAN.

Ah! à quel propos'.>

LEPORELLO.

A propos du plus petit pied que j'aie encore vu; la demoiselle, du reste, est voilée; je lui donne bien quinze ans. La voilà qui se baisse et ramasse. — Elle lit. Oh! quels yeux noirs! Sa gouvernante n'a rien vu, grâce à Dieu.

DON JUAN'.

Et qu'en dit-elle?

« PrécédentContinuer »