Une lettre inédite de Montaigne à Henri IV: accompagnée de quelques recherches à son sujet

Couverture
À la librairie archéologique de Didron, 1850 - 32 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 46 - ... jusques à ses verrues et à ses taches : je ne suis François que par cette grande cité, grande en peuples, grande en félicité de son assiette ; mais surtout grande et incomparable en variété et diversité de commoditez; la gloire de la France, et l'un des plus nobles ornements du monde.
Page 46 - Paris de bon œil : elle a mon cueur dés mon enfance ; et m'en est advenu comme des choses excellentes : plus j'ay veu depuis d'autres villes belles, plus la beauté de cette-cy peut et gaigne sur mon affection. Je l'ayme par...
Page 97 - Par ces motifs, « Le tribunal déboute Naudet, ès-nom, de sa demande, et le condamne aux dépens. » Voici maintenant le texte de l'arrêt rendu par la Cour royale d'appel sur les conclusions conformes de M. l'avocat général Nouguier : « La Cour , « Considérant, en principe, que les ouvrages manuscrits, plans, autographes et autres objets appartenant à la Bibliothèque royale, sont inaliénables et imprescriptibles , comme faisant partie du domaine public ; « Considérant, en fait, qu'il...
Page 44 - Il luy a pieu avoir respet non sulement a mon eage mais a mon desir aussi de m'apeler en lieu ou elle fut un peu en repos de ses laborieuses agitations. Sera ce pas bientost à Paris, Sire, et y ara il moiens ni santé que ie n'estande pour m'y randre.
Page 21 - ... sa suitte, elle en aura meilleur marché que du moindre de ses officiers. Sire, je suplie dieu pour vostre prospérité et santé, Vostre très hûble et très obcissa servitur et subiet, L'authenticité de cette épître ne peut faire l'objet d'aucun doute.
Page 46 - Je l'ayme tendrement, jusques à ses verrues et à ses taches. Je ne suis françois que par cette grande cité ; grande en peuples, grande en...
Page 21 - ... pour moy la longueur et hazard des chemins. Sire , Vostre Majesté me fera , sil luy plaist, ceste grace de croyre que je ne plaindray jamais ma bource aus occasions ausquelles je ne voudrois espargner ma vie. Je nay jamais receu bien quelconque de la...
Page 42 - J'ay de tout temps regardé en vous cette mesme fortune ou vous estes et vous peut souvenir que lors mesme qu'il m'en faloit confesser a mon curé je ne laissois de voir aucunement de bon euil vos succez. A presant aveq plus de raison et de liberté je les embrasse de pleine affection.
Page 48 - Vous ne parviendrez jamais à l'entière possession et paisible jouissance de votre royaume que -par deux seuls expédients et moyens ; par le premier desquels, qui est la force et les armes, il vous faudra user de fortes résolutions, sévérités, rigueurs et violences, qui sont toutes...
Page 42 - ... corne les precedantes tant de grandes promesses de quoi vos adverseres nourrisent la volante de leurs homes. Les inclinations des peuples se mainent a ondées, si la pente est une fois prinse a vostre faveur elle l'emportera de son propre branle...

Informations bibliographiques