Journal des demoiselles

Couverture
Bureau du journal, 1862
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 36 - N'est qu'un désespoir accepté. Pour toi je redeviens moi-même ; Plus de mensonges superflus; Pour toi je vis, je souffre, j'aime, Et ma tristesse ne rit plus. Plus de couronne rosé et blanche! Mon front pâle reprend son deuil , Ma tête sans force se penche Et laisse tomber son orgueil. Mes larmes., longtemps contenues, Coulent lentement sous mes doigts, Comme des sources inconnues Sous les branches mortes des bois.
Page 72 - ... après une journée de douze heures de travail effectif, c'est-à-dire en réalité après une journée de treize heures et demie, elles quittent l'atelier pour rentrer chez elles, les haillons dont elles se couvrent les protègent à peine contre le froid et l'humidité. Que deviennent-elles, si la pluie tombe à torrents, s'il leur faut faire un long chemin dans la fange et l'obscurité"?
Page 46 - Contre l'affreux dessein d'attenter sur soi-même. Hippolyte la hait presque autant qu'elle l'aime. Rien ne change son cœur ni son chaste maintien. La nourrice l'accuse ; elle s'en punit bien. Thésée a pour son fils une rigueur extrême.
Page 365 - La haute poésie est chaste et pieuse par essence, disons même, par position; car sa place naturelle la tient élevée...
Page 365 - Homère employait tons les dialectes. Le langage des rois, des politiques et des guerriers; celui du peuple et du savant, du village et de l'école, du sanctuaire et du barreau; le vieux et le nouveau, le trivial et le pompeux, le sourd et le sonore : tout lui sert; et de tout cela il fait un style simple, grave, majestueux. Ses idées sont, comme ses mots, variées, communes et sublimes.
Page 364 - Mais si Joubert, ami fidèle, Que depuis trente ans je chéris, Des cœurs vrais le plus vrai modèle, Vers mes champs accourt de Paris, Qu'on ouvre ! j'aime sa présence ; De la paix et de l'espérance Il a toujours les yeux sereins.
Page 364 - ... homme de qui la mort a laissé dans mon existence un de ces vides que font les années , et qu'elles ne réparent point.
Page 165 - Nous achèterons de bien belles choses En nous promenant le long des faubourgs. Les bleuets sont bleus, les rosés sont rosés, Les bleuets sont bleus, j'aime mes amours.
Page 165 - L'évêque avait appuyé sur ces paroles en les prononçant. Il reprit avec solennité : — Jean Valjean, mon frère, vous n'appartenez plus au mal, mais au bien. C'est votre âme que je vous achète; je la retire aux pensées noires et à l'esprit de perdition, et je la donne à Dieu.
Page 36 - Tu sais que ma philosophie N'est qu'un désespoir accepté. Pour toi je redeviens moi-même ; Plus de mensonges superflus ; Pour toi je vis, je souffre, j'aime, Et ma tristesse ne rit plus. Plus de couronne...

Informations bibliographiques