Collection complète des mémoires relatifs à l'histoire de France, depuis le règne de Philippe-Auguste, jusqu'au commencement du dix-septième siècle: avec des notices sur chaque auteur, et des observations sur chaque ouvrage

Couverture
Claude Bernard Petitot
Foucault, 1821
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 120 - A la charge que ceux de ladite assemblée et académie ne connaîtront que de l'ornement, embellissement et augmentation de la langue française et des livres qui seront par eux faits , et par autres personnes qui le désireront et voudront.
Page 118 - Chrétien; la Méthode la plus facile et la plus assurée pour convertir ceux qui se sont séparés de l'Eglise.
Page 368 - Roi sera supplié de faire arrêter en l'assemblée de ses états, pour loi fondamentale du royaume qui soit inviolable et notoire à tous, que, comme il est reconnu souverain en son État, ne tenant sa couronne que de Dieu seul , il n'ya puissance en terre , quelle qu'elle soit, spirituelle ou temporelle, qui ait aucun droit sur son royaume, pour en priver les personnes sacrées de nos Rois...
Page 116 - La cane s'humecter de la bourbe de l'eau / d'une voix enrouée et d'un battement d'aile, / animer le canard qui languit auprès d'elle...
Page 107 - Je n'ose rien entreprendre sans y avoir bien pensé,- mais quand une fois j'ai pris ma résolution , je vais à mon but, je renverse tout, je fauche tout, et ensuite je couvre tout de ma soutane rouge.
Page 57 - Je n'accepte <c cet emploi, dit-il (en prenant un poignard), qu'à condition d'en« foncer ce fer dans le cœur du premier qui parlera de se rendre ; qu'on « s'en serve contre moi, si jamais je songe à capituler.
Page 369 - ... croie d'une sorte, et le chef et les autres parties d'icelle enseignent de l'autre, ceux en l'esprit desquels on veut qu'elle fasse impression, au lieu d'être épouvantés et détournés par leurs menaces, s'en moqueront et les tourneront en mépris. Puis il leur dit qu'en leur article dont il s'agit, et lequel ils baptisent du nom de loi fondamentale , il ya trois points : Le premier, que , pour quelque cause que ce soit...
Page 386 - ... chancelier, les chambres assemblées, aviser sur les propositions qui seroient faites pour le service du Roi , le soulagement de ses sujets et le bien de son Etat.
Page 385 - ... en différend que du choix des moyens pour y parvenir, ils se tournèrent alors vers le parlement, et essayèrent d'y produire l'effet qu'ils n'avoient pu aux Etats. Ils semèrent en ce corps de la jalousie contre le gouvernement , les persuadant qu'après s'être servi d'eux en la déclaration de la régence, on les méprisoit, ne leur donnant pas la part que l'on devoit dans les grandes affaires que l'on traitoit lors.
Page 323 - Jeannin , étourdirent la grosse faim de leur avarice et de leur ambition, mais elle ne fut pas pour cela éteinte ; il falloit toujours faire de même si on les vouloit contenter : de continuer à...

Informations bibliographiques