Théologie morale à l'usage des curés et des confesseurs, Volume 1

Couverture
Jacques Lecoffre, 1853

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

De la conscience certaine et de la conscience douteuse
30
De la conscience probable et de la conscience improbable
37
TRAITÉ DES LOIS CHAPITRE Ier Notion de la loi en général
46
Des lois divines
48
Des lois ecclésiastiques
51
Des lois civiles
55
Des lois introduites par la coutume
57
De lobligation qui résulte des lois
59
De la manière dobserver les lois
62
De ceux qui sont tenus aux lois
63
Des motifs qui excusent ceux qui nobservent pas les lois
67
De linterprétation des lois
68
De la dispense des lois
71
De la cessation des lois
78
CHAPITRE 1er De la notion du péché
80
Du péché mortel et du péché véniel
96
CHAPITRE 1er Notion de la vertu et des différentes espèces de vertus
104
De la tempérance
110
De la chasteté de la continence de la pudeur et de la
124
De lespérance
137
De la vertu de religion
165
CHAPITRE ler Du blasphème
197
Du væu
209
CHAPITRE 1er De ce qui nous est commandé par lÉglise pour la sanctifi
239
De ce qui est défendu les jours de dimanche et de fete
247
QUATRIÈME PARTIE Du quatrième précepte du Décalogue
257
Des devoirs des parents envers leurs enfants et des supé
264
CHAPITRE Ier Des péchés de luxure non consommée
285
Des péchés dimpureté consommée
296
Des biens qui sont lobjet de la propriété
310
De loccupation
321
De la prescription
329
Des successions
336
De la capacité des parties contractantes
349
De lobjet et de la matière des contrats
352
De la cause des contrats
354
De leffet de lexécution et de linterprétation des con trats
356
Des différentes espèces dobligations conventionnelles
359
De lextinction des obligations conventionnelles
364
De la promesse
370

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 303 - La propriété est le droit de jouir et de disposer des choses de la, manière la plus absolue, pourvu qu'on n'en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements.
Page 466 - On est responsable non seulement du dommage que l'on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l'on a sous sa garde.
Page 352 - L'obligation de livrer la chose est parfaite par le seul consentement des parties contractantes. Elle rend le créancier propriétaire et met la chose à ses risques dès l'instant où elle a dû être livrée, encore que la tradition n'en ait point été faite, à moins que le débiteur ne soit en demeure de la livrer; auquel cas la chose reste aux risques de ce dernier.
Page 305 - L'usufruit est le droit de jouir des choses dont un autre a la propriété, comme le propriétaire lui-même, mais à la charge d'en conserver la substance.
Page 413 - Le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent impropre à l'usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage, que l'acheteur ne l'aurait pas acquise, ou n'en aurait donné qu'un moindre prix, s'il les avait connus.
Page 448 - L'hypothèque est un droit réel sur les immeubles affectés à l'acquittement d'une obligation. Elle est, de sa nature, indivisible, et subsiste en entier sur tous les immeubles affectés, sur chacun et sur chaque portion de ces immeubles.
Page 417 - Loyer, le louage du travail ou du service. Bail à cheptel, celui des animaux dont le profit se partage entre le propriétaire et celui à qui il les confie. Les devis, marché ou prix fait, pour l'entreprise d'un ouvrage moyennant un prix déterminé, sont aussi un louage, lorsque la matière est fournie par celui pour qui l'ouvrage se fait. Ces trois dernières espèces ont des règles particulières. 1712. Les baux des biens nationaux, des biens des communes et des établissements publics, sont...
Page 328 - Toutes les actions, tant réelles que personnelles, sont prescrites par trente ans, sans que celui qui allègue cette prescription soit obligé d'en rapporter un titre, ou qu'on puisse lui opposer l'exception déduite de la mauvaise foi.
Page 322 - La propriété du sol emporte la propriété du dessus et du dessous. Le propriétaire peut faire au-dessus toutes les plantations et constructions qu'il juge à propos, sauf les exceptions établies au titre des Servitudes ou Services fonciers.
Page 353 - Dans le cas même où l'inexécution de la convention résulte du dol du débiteur, les dommages et intérêts ne doivent comprendre, à l'égard de la perte éprouvée par le créancier et du gain dont il a été privé, que ce qui est une suite immédiate et directe de l'inexécution de la convention.

Informations bibliographiques