De la création de la terre et des corps célestes, ou, Examen de cette question: l'oeuvre de la création est-elle aussi complète pour l'univers qu'elle parait l'être pour la terre?

Couverture
Lagny frères, 1843 - 448 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 26 - N'oubliez pas de manger du fruit de l'arbre de la science du bien et du mal; car vous nous paraissez un peu ignorant et malin.
Page 206 - ... que ce rapport est invariable au millième près dans des latitudes éloignées, à des époques assez distantes et à des hauteurs fort différentes. Les phénomènes de la vie organique , les décompositions spontanées des animaux et des plantes , les combustions ou oxydations qui s'accomplissent à la surface de la terre...
Page 12 - Dans cette vue, nous l'observâmes avec beaucoup de soin, M. Mathieu et moi, pendant le mois d'août 1812 et pendant le mois de novembre suivant. La hauteur angulaire de l'étoile au-dessus de l'horizon de Paris, à l'une de ces époques ne surpassa la hauteur angulaire observée à l'autre que de 0.66 de seconde.
Page 366 - L'agrandissement des déchirures, c'est-à-dire la transformation d'une nébuleuse unique en plusieurs nébuleuses distinctes, peu distantes les unes des autres et liées quelquefois par des filets de nébulosité très-déliés ; L'arrondissement du contour extérieur des nébuleuses séparées ; une augmentation plus ou moins rapide de leur intensité...
Page 342 - D'après ces données et celles de même genre que j'ai recueillies sur d'autres points, je me crois fondé à prendre le volume d'un kilomètre cube comme le terme extrême du produit des éruptions considérées en général : or, une telle masse est bien peu de chose relativement à celle du globe; répartie à sa surface, elle formerait une couche qui n'aurait pas ~— de millimètre d'épaisseur.
Page 207 - ... heureusement sans doute , de ces faits qui passent pour ainsi dire inaperçus en ce qui concerne la composition générale de l'air qui nous entoure. Pour atteindre la limite à laquelle deviendraient sensibles les variations que l'atmosphère pourrait éprouver de la part des animaux ou des plantes , de la part des saisons , des pluies et des vents ; pour décider si sa composition demeure invariable à diverses latitudes ou à diverses hauteurs...
Page 17 - ... années. Au delà de cette époque, les étoiles auraient commencé à apparaître successivement et dans un ordre inverse de leur distance à la terre. La voie lactée n'aurait donc présenté l'aspect qu'elle offre actuellement qu'au delà d'un certain nombre de siècles. Enfin, aujourd'hui encore, ainsi que nous l'avons déjà fait observer, des étoiles et des nébuleuses devraient se montrer pour la première fois dans le ciel.
Page 119 - ... on a reconnu, par une autre voie, que si elles s'enflamment dans notre atmosphère, elles n'y prennent pas du moins naissance, qu'elles viennent du dehors. Cette direction la plus habituelle des étoiles filantes, semble diamétralement opposée au mouvement de translation de la Terre dans son orbite ! Il serait désirable que ce résultat fût établi sur la discussion d'une grande quantité d'observations. Nous croyons donc qu'à bord de...
Page 51 - ... produire ensemble, tous les hommes viennent « de la même souche et sont de la même famille1. » Cette judicieuse réflexion, mûrie par l'expérience , est devenue la base distinctive de ce qu'on doit entendre par espèce en zoologie ; et c'est un axiome de cette branche des sciences naturelles , que tous les individus qui peuvent se reproduire et se perpétuer indéfiniment les uns avec les autres sont d'une seule et même espèce*. Les accouplements entre les animaux d'espèces différentes...
Page 342 - Si en partant de ces données on veut supposer que la contraction seule produit le phénomène, et que par toute la terre il se fait cinq éruptions par an , on arrive à trouver que la différence entre la contraction de l'écorce consolidée et celle de la masse interne ne raccourcit le rayon de cette masse que d'un millimètre par siècle ; s'il n'ya que deux éruptions par an , le même raccourcissement s'opère en deux siècles et demi. On voit que , dans tous les cas , il suffit d'une action...

Informations bibliographiques