Gustave III et la cour de France suivi d'une ètude critique sur Marie-Antoinette et Louis XVI apocryphes, Volume 1

Couverture
Didier, 1867 - 490 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 82 - mieux ma famille que moi-même, j'aime mieux ma « patrie que ma famille ; mais j'aime encore mieux le
Page 217 - Pardonnez-moi mon radotage en faveur de mes sentiments, et surtout en faveur du respectueux attachement avec lequel j'ai l'honneur d'être, monsieur, votre très-humble et trèsobéissant serviteur, VOLTAIRE'.
Page 382 - Sa femme est élevée dans des •principes d'honnêteté et de vertu, il est vrai, mais elle est sans aucun usage du monde et des convenances, et si parfaitement gâtée sur l'opinion de son esprit qu'il sera difficile de lui faire apercevoir tout ce qui lui manque. Elle est impérieuse et décidée à l'excès. Elle a une assurance que je n'ai jamais vue à son âge et dans aucune position. Elle raisonne sur tout à tort et à travers, et, quoiqu'elle ait de l'esprit, on compterait vingt-cinq choses...
Page 358 - J'avoue que je ne puis pas m'empêcher de croire qu'elle avait du penchant pour lui : j'en ai vu des indices trop sûrs pour en douter. Le jeune comte de Fersen a eu dans cette occasion une conduite admirable par sa modestie et par sa réserve, et surtout par le parti qu'il a pris d'aller en Amérique. En s'éloignant, il écartait tous les dangers ; mais il fallait évidemment une fermeté au-dessus de son âge pour surmonter celte séduction.
Page 308 - Ailleurs on a coupé les ailes à Pégase. Dans Paris quelquefois un commis à la phrase Me dit : « A mon bureau venez vous adresser; Sans l'agrément du roi vous ne pouvez penser. Pour avoir de l'esprit, allez à la police...
Page 234 - Monsieur, je n'entends rien aux matières d'état : Ma loi fondamentale est de vivre tranquille. La Fronde était plaisante, et la guerre civile? Amusait la grand'chambre et le coadjuteur. Barricadez-vous bien; je m'enfuis; serviteur.
Page 170 - A propos, que dites-vous de la révolution de Suède 1 ? Voilà une nation qui perd, en moins d'un quart d'heure, sa forme de gouvernement et sa liberté. Les états, entourés de troupes et de canons, ont délibéré vingt minutes sur cinquante-sept points qu'ils ont signés, comme de raison. Je ne sais si cette violence est douce; mais je vous garantis la Suède sans liberté, et son roi aussi despotique que celui de France...
Page 364 - La comtesse Jules de Polignac a pour lui la plus tendre amitié; il est extrêmement bien avec toutes les femmes à la mode, comme madame de Châlons, la comtesse Diane et madame de Gontaud.
Page 177 - Suédois, ajoute-t-il dans une autre lettre du 21 septembre; je sais qu'on murmure dans l'obscurité, qu'il ya nombre de mécontents, et qu'à la première levée de boucliers d'une puissance voisine, tous les malheurs que je vous ai prédits vous accableraient... Ménagez la Russie, je vous le conseille en frère ; ménagez-la plus que jamais, car quoi que vous disent les Français, le sort du roi de Suède est actuellement entre les mains de l'impératrice de Russie, et une vengeance différée...
Page 239 - ... les plus soumis et les plus fidèles sujets. Un mot, un regard leur suffit pour répandre jusqu'à la dernière goutte de leur sang; mais ce mot n'est pas dit!... Après...

Informations bibliographiques