Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

mais je crois avoir suffisamment démontré que cette géographie ne peut avoir été traduite ou composée du temps de Moyse de Khoren; il seroit superflu d'insister davantage sur ce point. Je ne ferai pas non plus de longues recherches, pour déterminer l'époque à laquelle elle a été écrite : on a déjà pu observer que toutes mes remarques tendoient à prouver que son auteur vivoit vers la fin du ix. siècle, ou plutôt, comme je l'ai déjà dit, dans le siècle suivant, vers l'an 950. On ne voit effectivement rien, dans ce livre, qui puisse faire penser que celui qui le composa ait vécu dans des temps postérieurs: au contraire, toutes les additions faites à l'ouvrage de Pappus d'Alexandrie , portent l'empreinte manifeste de cette époque ; on n'y voit aucun indice des changemens causés par l’invasion des Turks Seldjoukides en Asie. Si l'on pouvoit encore penser que cette géographie ne fût qu’un ouvrage de Moyse de Khoren interpolé, le résultat seroit toujours à-peuprès le même; il resteroit peu de chose à son véritable auteur; et dans l'impossibilité où nous sommes de bien distinguer ce qui lui appartient, il en résulteroit qu'il ne pourroit faire autorité

que comme un ouvrage composé dans le x. siècle, qui renfermeroit des renseignemens précieux sur des temps plus anciens.

Cette géographie a été imprimée pour la première fois à Marseille, en l'an 1683, en arménien seulement, avec

[graphic]

encore le nom de pruir Rhovan, donné à une des divisions de l’Aderbaïdjan, et qui me paroît être celui de ols, Rewan , que les Musulmans assignèrent à la portion de l'Arménie dont Érivan étoit la capitale, et qui, sous leur domination, fit toujours partie de l'Aderbaïdjan. Le nom de Kinesrin, ville de Syrie, et celui de Moussoul, dans l’Assyrie, ne me paroissent pas non plus devoir se trouver dans un écrivain du v.° siècle.

quelques autres fragmens géographiques. et un livre d’historiettes et de fables, appelé Vznikuwybre, ou le Livre du Renard. Le titre de ce recueil est Գիրք աշխարՀաց եւ առասպելաբանուԹց, որ է աղուէսագիրք' c'està-dire , Livre de Géographie et de Fables, ou Livre du Renard. Ce volume, de format in-18, contient 320 pages, dont 60 sont pour la géographie attribuée à Moyse de Khoren. Plusieurs fautes d'orthographe qui se remarquent dans le frontispice, ne donnent pas une idée bien avantageuse du savoir de l'éditeur. Cette édition, faite avec peu de soin et sans doute sur un mauvais manuscrit, est remplie de fautes dans les noms de pays. Les frères Whiston , qui ont fait réimprimer çet ouvrage à Londres, en 1736, avec une version Latine, à la suite de l'Histoire de Moyse de Khoren, se sont bornés à suivre l'édition de Marseille, sans y faire la moindre correction; ils n'ont pas même toujours bien saisi le sens , assez difficile à comprendre, sur-tout dans le commencement, où il est question de détails astronomiques et mathématiques, que la langue Arménienne ne pouvoit pas exprimer avec toute la clarté suffisante, et qui n'étoient peut-être pas eux-mêmes bien entendus

par

le traducteur Arménien. Nous n'avons pas été si scrupuleux : les fautes qu'on voit dans cet ouvrage sont si nombreuses et si grossières, que ce seroit perdre son temps que de les remarquer; nous nous sommes bornés à rétablir , autant que nous lavons pu, le texte dans toute sa pureté. Nous n'en connoissons aucun manuscrit: seulement, dans le manuscrit Arménien (n.° 100 de la B. R. fol. 247 verso et 248 recto), on en trouve un court fragment relatif aux mesures itinéraires , qui ne présente aucune différence avec les imprimés.

Nous nous sommes bornés, dans nos notes, à ce qui est strictement nécessaire pour l'intelligence de l'ouvrage Arménien ,

ou pour justifier quelques-unes des corrections que nous avons proposées. Si nous avions voulu nous arrêter sur chacun des points qui présentent des difficultés géographiques , ou des sujets de discussion, nous aurions dépassé de beaucoup les bornes

que nous nous sommes prescrites, et celles même qui sont indiquées par la nature de notre travail.

A la suite de l'édition de la Géographie attribuée à Moyse de Khoren , faite à Marseille , p. 61-71, on trouve quelques itinéraires qui partent de Tovin, qui fut pendant long-temps capitale de l'Arménie, avec une notice sur les quatre fleuves du Paradis terrestre et sur quarante-deux rivières qui coulent dans l'Arménie ou dans les pays voisins. Ces morceaux, que les frères Whiston n'ont pas fait réimprimer, sans être bien précieux par eux-mêmes, contiennent cependant quelques détails curieux, qui peuvent être utiles : c'est pour cette raison que nous les avons mis à la suite de notre traduction. Ils paroissent, comme la Géographie attribuée à Moyse de Khoren, avoir été composés dans le ix.° ou dans le x. siècle, au temps où Tovin étoit encore la principale ville de l'Arménie. Ces fragmens ont été imprimés avec encore bien moins de soin que l'ouvrage ; ils fourmillent de fautes : c'est sans doute pour cette raison

que

les frères Whiston ne les ont pas fait réimprimer. Nous les ayons retrouvés dans le manuscrit Arménien, n.° 100, que nous avons déja cité (fol. 245 verso247 versò et 27 8 verso-282 verso); ils y sont plus complets, et nous y avons trouvé plusieurs bonnes variantes dont nous avons profité. Nous n'avons pas redonné le texte, qui ne contient presque que des noms propres ou des nombres, parce que nous avons pensé que notre traduction étoit suffisante pour la sorte d'utilité qu'ils peuvent avoir.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Յաղագս աշխարֆագրութե՝ յածայ գիրս ոչ
րեք գտանեմք ոճով ասացեալ, այլ դոյզն ինչ՝ գում
ուրեք՝,եւ ախ դժուարաչաս, եւ տաժանելի, արդ՝
վե զի անՀասք դոցա եղեալ մեզ- յարտաքինմչար-
կաւորիմք ձեռնարկել: որով զաշխարհագրութիւն
.յարմարեցն ՛ի ճանապարֆորդուԹէ`եւ'ինաքար
կուԹԷ՝, եւ ստուգեցն երկրաչափութէ: չ ինքն
երկրաչափութի գտածյաստեղաբաշխուԹէ:Քան
զի` ուշ եդեալ առաջինքն չխոկայինԹէ որք տեղիք
երկրի ընդ որովք եւ կացեալք մասամբք երկնայնոյ
բոլորակն, եւ զմեծութի տունջեան , եւ գիշերոյ,
եւ զոր ՛ի վր երկրի, եւ զոր ՛ի ներքոյ երկնից միշտ
բերելով, յայտնե եւ զինակութի մարդկան , ՛ի մի-
ջօրական գծէն զդիրն առնելով, ասպարիզական չափ
փուչ • ըստ ճանապարֆորդութե եւ ըստ նաւարկու
(Ե. իմացեալզկայանման եւ զփոփոխիչզայլայլուր
այլապէս երեւեալ : Ք.անզի ի վր այրեցած բերին
կենդանատեսակքն՝ մտանեչեւ ծագի: Րայց փոքր

GÉOGRAPHIE

ATTRIBUÉE

A MOYSE DE KHOREN.

COMME

OMME nous n'avons rien trouvé d'écrit dans les livres sacrés, qui soit relatif à la géographie, si ce n'est quelques renseignemens obscurs et difficiles à entendre, nous avons été forcés, par cette raison, de consulter les auteurs profanes, qui ont constitué la science géographique par le moyen des itinéraires ou des routes des navigateurs, et qui l'ont confirmée par la géométrie. Cette dernière science dérive de l'astronomie. Les anciens, en effet, appliquèrent leur esprit à observer sous quelle partie du cercle céleste étoient placés les différens lieux de la terre, quelle y étoit la longueur du jour et de la nuit, et quels étoient les astres qui y étoient au-dessus de la terre, aussi bien que ceux qui restent toujours dans la partie inférieure des cieux : ils déterminèrent ainsi les habitations des hommes (1) en tirant une ligne qui partoit de l'équateur et en la mesurant en asbarez (2), par moyen

des itinéraires et des navigations. Ils eurent aussi soin d'observer les positions et les divers aspects des astres, qui paroissent différens selon la différence des lieux. Par exemple, dans la

le

« PrécédentContinuer »