Images de page
PDF
ePub

portés et par les conséquences que nous en avons déduites, la haute antiquité que nous avons assignée à l'époque de l'arrivée des Orpélians dans la Géorgie , est tout-à-fait hors de doute. Ils sont , conformément à la tradition du pays , une colonie Chinoise , ainsi que d'autres familles qui sont venues plus récemment s'établir en Arménie; et le pays de Djénasdan, leur patrie , est l'empire de la Chine , qui a toujours été connu dans l'occident sous une dénomination à-peu-près pareille, et qui tiroit son origine de la Chine elle-même. L'importance de ces résultats nous fera pardonner, à ce que nous espérons, les développemens dans lesquels nous avons été obligés d'entrer pour les mettre dans leur véritable point de vue.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

HISTOIRE DES ORPÉLIANS.

CHAPITRE I.

De la Principauté des Orpélians, de leur origine, et de leur arrivée en

Géorgie ; avec beaucoup de traditions sur un grand nombre d'autres événemens,

Nous allons d'abord parler du commencement des souverainetés d'Arménie et de Géorgie, aussi bien que de la généalogie de notre race, issue du patriarche Thorgoma, qui avoit huit fils terribles et semblables à des géans. L'aîné, et le plus illustre d'entre eux, étoit Haïg; les autres se nommoient K’harthlos , Partos , Movgan, Légan, Héros, Govgas et Ekres. Thorgoma partagea ses possessions entre ses enfans; il donna à Haïg l'Arménie toute entière, tandis que K’harthlos et ses frères eurent le Pays ténébreux (1). K’harthlos alla vers le mont Armaz (2), où il construisit son habitation, et où il éleva , dans un endroit avantageux, une forteresse inexpugnable, qu'il nomma Orpeth, et qui est appelée actuellement Schamschoïldé (3). Il appela aussi de son nom, K’harthel (4), (la Géorgie proprement dite ), tout le pays qui s'étend depuis Khounan (s) jusqu'à la mer de Séber (6), qui n'est bien plutôt qu'un petit lac ou un amas d'eaux.

[ocr errors][ocr errors]

La souveraineté du pays de K'harthel se conserva par ordre de succession dans la même famille , pendant fort long-temps, jusqu'au règne du grand roi des Perses Khosrov, qui s'appeloit aussi K’hék’havous (7). Les Géorgiens étoient dans l'usage de donner à leurs princes le nom de Seigneur de la maison [ danouder] (8), parce qu'ils n'avoient point de rois. Ce danouder résidoit dans la grande ville de Mtskhitha (9), qui étoit dans le pays de K'harthel, et avoit été fondée par Mtskhithos, fils aîné de K’harthlos. Les Géorgiens étoient, à cette époque (10), réduits au plus grand désespoir par la tyrannie du roi de Perse, et le Persan Artamos avoit été créé commandant de la Géorgie par l'ordre d'Apriton, qui régnoit sur les Persans, les Géorgiens et les Albaniens. C'est cet Artamos qui rebâtit Mtskhitha, et la fit environner d'une muraille en pierres cimentées avec de la chaux, et qui ensuite fit élever une autre muraille qui s'étendoit depuis le mont Armaz jusqu'au fleuve Kour. Après sa mort, la Géorgie fut possédée par quatre personnes. Le désordre et la corruption étoient répandus sur tout le monde, et généralement sur ceux qui étoient du parti de K’hék’havous-Khosrov (1); ce qui fut encore après lui: enfin, par les maux qu'ils éprouvoient de la part de ce prince, les Géorgiens étoient en proie à la plus grande douleur, et entièrement privés d'espoir.

Cependant, dans ce même temps, il arrivoit une grande révolution dans le royaume de Djénasdan, situé vers l'orient, audelà du pays des Khalandriens (13), voisins des Khazars et des Huns, et qui s'étend en longueur jusqu'au mont Imaüs (14). Lorsque le roi nommé Djenpakour mourut, fes princes du sang royal du Djénasdan se firent la guerre, et le triomphe d'un parti contraignit l'autre de prendre la fuite. Celui qui commandoit ce dernier, étoit un jeune homme vaillant ,

« PrécédentContinuer »