Notice du Musée Impérial de Versailles: ptie. Deuxième étage

Couverture
Charles de Mourgues frères, 1861
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 160 - ... de sa vie, avoit conservé le plus grand air et le plus audacieux; aussi l'étoit-il au dernier point, quoique poli extrêmement, mais toujours avec hauteur, et plus audacieux avec Monsieur qu'avec personne. Le goût de ce prince pour le chevalier de Lorraine a été si public, si opiniâtrement éclatant, que rien n'a été si public dans toute l'Europe, et a duré depuis leur jeunesse jusqu'à la fin de la vie de Monsieur, qu'il a toujours gouverné en maître absolu, à travers tous les mignons...
Page 152 - On lui fit son procès; et lorsque madame la princesse fut guérie, M. le prince la fit conduire à Châteauroux , qui est une de ses maisons ; elle ya été gardée très-long-temps en prison , et à présent on lui donne seulement la liberté de se promener dans la cour, toujours gardée par des gens que M. le prince tient auprès d'elle. M. le duc fut accusé d'avoir conseillé à M. le prince le traitement que recevoit madame sa mère...
Page 427 - C'est un petit château de pierres blanches, dont la cour est irrégulière; le dedans est fort logeable par de petites pièces de plain.pied, avec des terrasses, des parterres, et de grands buis qui représentent différentes figures de bêtes, de gens et de carrosses. Quoique cela soit extraordinaire et peu en usage, je ne laissai pas d'y trouver une espèce de beauté qui fait plaisir à voir. Nous allâmes coucher à Binche ; l'on parla d'aller le lendemain à Mons entendre chanter la messe aux...
Page 265 - Au bas des portraits en médaillons du feu roi, de la feue reine et du feu dauphin, réunis en un bas-relief imitant le bronze, la princesse qui est supposée les avoir peints elle-même, vient de tracer ces mots : Leur image est encore le charme de ma vie.
Page 474 - WINTERHALTER, en 1841 — H. 0,91.— L. 0,72. Fille de François Ier, roi des Deux-Siciles , née le 27 avril 1806, mariée le 11 décembre 1829 à Ferdinand VII, roi d'Espagne. Veuve le 29 septembre 1833, elle fut régente du royaume d'Espagne pendant la minorité de la reine Isabelle II, sa fille, et se démit de la régence en 1840. Elle est remariée depuis le 13 octobre 1844 avec don Fernando Munoz, duc de Rianzarès. 4841. Les Sultans ottomans depuis Osman Ier, jusqu'à Mahmoud II. — 1299-1808....
Page 107 - Paris le 7 février 1558, fut élevée comme lui dans la religion protestante et ne consentit jamais à la quitter. Elle fut mariée le 30 janvier 1599 à Henri de Lorraine, duc de Bar, et mourut à Nancy le 13 février 1604. La peinture originale faisait partie de la collection du château d'Eu.
Page 296 - Ier, son parrain, et succéda en 1544 au duc Antoine, son père. La même année, tandis que Charles-Quint assiégeait la ville de Saint-Dizier, il alla trouver ce monarque et le roi François I...
Page 265 - H. 2,71. - L. 1,65. Elle montre une statue de l'Amitié, sur le piédestal de laquelle on lit cette inscription : Précieuse aux humains et chère aux Immortels, J'ai seule, auprès du trône, un temple et des autels. Près du piédestal est un vase orné d'un bas-relief, représentant un sacrifice à l'Amitié, et dans le vase deux lis croissent ensemble. Ce tableau, signé Labille f* Guiard 1788, a été exposé au Salon de 1789. 3961. Conty (Louis- François de Bourbon, prince de). (Voir n
Page 383 - ... 1776. 4483. Vauvenargues (Luc de Clapiers, marquis de). Par M. GBAS. — H. 0,65. — L. 0,54. Né à Aix le 6 août 1715, il appartenait à une famille consulaire de cette ville ; il fut destiné à la carrière des armes , servit avec distinction de 1734 à 1741 et parvint au grade de capitaine. Obligé de quitter le service à cause de la faiblesse de sa santé, il vécut dans la retraite la plus absolue, et publia en 1746 son Introduction à la connaissance de l'esprit humain. Il mourut à...
Page 411 - Auprès nature par Hauer. Ce portrait a été acquis en 1839 des héritiers du peintre; il était accompagné de la note suivante : «Lorsque Charlotte Corday fut mise en jugement, M. Hauer, peintre et officier dans la section du Théâtre-Français, dont il a été assez longtemps commandant en second, se rendit au tribunal dans le dessein de faire son portrait. Pendant les débats, Charlotte Corday, ayant remarqué que M. Hauer était occupé à la peindre et semblait prendre un vif intérêt à...

Informations bibliographiques