La France maritime, Volume 3

Couverture
Amédée Gréhan
Postel, 1837 - 108 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 386 - Je proteste solennellement ici, à la face du ciel et des hommes , contre la violence qui m'est faite , contre la violation de mes droits les plus sacrés, en disposant, par la force, de ma personne et de ma liberté.
Page 386 - J'y suis venu à l'instigation même du capitaine , qui a dit avoir des ordres du gouvernement de me recevoir et de me conduire en Angleterre avec ma suite si cela m'était agréable.
Page 386 - Bellérophon, je fus sur le foyer du peuple britannique. Si le gouvernement, en donnant des ordres au capitaine du Bellérophon de me recevoir ainsi que ma suite, n'a voulu que tendre une embûche, il a forfait à l'honneur et flétri son pavillon.
Page 386 - J'en appelle à l'histoire : elle dira qu'un ennemi qui fit vingt ans la guerre au peuple anglais, vint librement, dans son infortune, chercher un asile sous ses lois; quelle plus éclatante preuve pouvait-il lui donner de son estime et de sa confiance? Mais comment répondit-on, en Angleterre, à une telle magnanimité? On feignit de tendre une main hospitalière à cet ennemi ; et quand il se fut livré de bonne foi, on l'immola.
Page 385 - Il importe au bien de l'État, qui ne saurait lui être indifFérent, qu'il y reste jusqu'à ce que son sort et celui de sa famille aient été réglés d'une manière définitive. Tous les moyens seront employés pour que la négociation tourne à sa satisfaction.
Page 12 - ... de la finir par une attaque décisive sur Hydra ; qu'il n'avait aucune qualité pour entendre les communications qui lui étaient faites, ni pour prendre aucun parti à cet égard. Cependant il ajouta que les ordres de la Porte n'ayant pu prévoir le cas extraordinaire qui se présentait, il allait expédier des courriers à Constantinople et en Egypte, et que, jusqu'à leur retour, il donnait sa parole que la flotte ne sortirait pas de Navarin, quelque...
Page 239 - C'était un Anglais vraiment A double rangée de dents, Un marchand de mort subite; Mais le Français n'a pas peur. Au lieu de prendre la fuite, Nous le rangeons à l'honneur.
Page 395 - L'inscription ajoute , comme pour combler la mesure des éloges, qu'il est aussi « le prince des grands , jouissant « du pouvoir royal comme Thmou , « et que les chefs des habitants de la « terre entière sont tous sous ses san
Page 380 - Qui retirera du sein de la mer les cadavres de trois cents victimes assassinées en pleine paix et saura les rendre à la vie? Les Français nous appellent une nation mercantile ; ils prétendent que la soif de l'or est notre unique passion. N'ont-ils pas le droit d'attribuer cette violence à notre avidité pour les piastres espagnoles ? Ah!
Page 17 - L'amiral Malcolm s'y porta également avec deux frégates. A l'arrivée de ces nouvelles forces, on débarqua du Conquérant seize pièces de 18 et deux de 24, qui furent employées à battre la place en brèche, conjointement avec l'artillerie de terre. Le 30 octobre 1828, Patras et le château de Morée avaient capitulé. Cette dernière conquête complétait l'évacuation de la Morée, le but du traité de Londres se trouvait nr.

Informations bibliographiques