Journal étranger

Couverture
Chez J. F. Quillau, 1756
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 185 - Ah , que n'ai - je déja ce bonheur ! Il parloit encore , lorfqu'un bras invincible le faifit , & le fit rapidement traverfer les airs. Il vit à fes pieds s'étendre un pays fans bornes , entrecoupé de forêts de cédres dont les fommets touchoient aux nues. Des fleuves femblables à des mers, fe précipitant avec bruit du haut des montagnes, & fe partageant en une infinité de canaux , parcouroient des plaines femées de palmiers. Zohar fut frappé de l'éclat des villes fuperbes qui s'offroient...
Page 187 - Il forme le premier le fouhait répété long-temps après lui par un Héros qui ravit l'Empire & la vie au meilleur des Princes ; & il fe plaint de ce que le Ciel n'a point conftruit un pont par où il puiffe aller effrayer d'autres mondes du bruit de fes armes. Parmi des milliers d'efclaves aflez vils pour le divinifer , il fe trouva quelques fages , qui , pleins d'une généreufe hardiefle, lui...
Page 192 - Je préfère à la peine d'être le maître du monde & mon propre efclave le plaifir de régner fur les fleurs. Change moi en papillon. Le mécontent, incertain s'il feroit exaucé, parloit encore , lorfqu'il fentit s'éteindre fa voix. Son corps qui difparoit , fe rapetifle , & prend la forme d'un ver•, fes bras fe changent en antennes ; un plumage femé de fleurs fort de fon cou, & quatre aîles font, en s'agitant avec légèreté , voler en l'air la pouffiére blanche qui les couvre. L'ame de...
Page 188 - ... de la liberté , animent tous les cœurs , & donnent des forces aux bras les plus foibles. Tous fe jettent fur l'ennemi avec une valeur à laquelle il ne peut réfifter. Chaque coup eft mortel. Les barbares tombent , & ceux qui échappent au trépas font difperfés dans des déferts inconnus & de fombres forêts. Le héros qui s'étoit fouftrait avec peine à la jufte fureur des ennemis , fort enfin de fa longue ivrefle pour fentir qu'il eft homme.
Page 181 - ... chargé de raifins , & ref-te enfin plongé dans une extafe d'admiration. Zohar erroit encore d'un pas incertain dans ce monde nouvellement créé pour lui, lorfqu'il découvre fept Nymphes qui fixent tous fes regards. Elles marchoient comme les Graces , lorfque , fur les bords du Penée , !a ceinture détachée, fe tenant par les mains, elles dantent au-devant de Vénus & du Printemps.', Leurs membres délicats ne refpiroient que volupté.
Page 183 - ... & mon cœur n'en eft pas plus fatisfait. Il ne me refte donc plus rien à défirer! Cœur malheureux , ennemi de ton propre repos , abyme de défirs infatiables , je t'abhorre . . . Mais quoi! Quelle...
Page 188 - Une station puiflànte, qui, depuis des fiécles , jouïfibit au fein du repos des avantages de la liberté , excita fon ambition. L'union & l'amour de la patrie & de la liberté en firent un peuple de Héros. Le jeune homme & le vieillard prennent...
Page 190 - S'échauffant fans cette davantage , il devient toujours plus infatiable , toujours plus mécontent. Hôtes légers d'une forêt libre , que vous êtes heureux ! Sans paffions qui troublent votre repos , vous vivez dans une joie continuelle , tandis que l'orgueil fait de l'homme fon propre bourreau. La Nature vous offre en abondance de quoi vous contenter , vous qui défirez iî peu.
Page 184 - ... d'une bafle volupté, pour marcher fur les pas des Héros , & pour monter au fommet de la gloire par des routes interdites à la mollefle. Non, mon cœur ne fe renfermera point dans un vallon couronné de myrthes, dans un coin de la terre ignoré des humains. Le défir qui me porte à l'honneur & à la...
Page 194 - ... me procurer ce fonge utile. Immortel ! fi tu as le deflein de m'inftruire , ton efpérance ne fera point trompée. Tes foins ont opéré par une illufion falutaire un changement dans mon ame , qui ne s'y fût point fait en veillant, lorfque le corps qui l'enferme a plus d'empire fur elle. C'eft à préfent que je fuis convaincu que jufqu'à ce moment ma vie n'a été que le fonge d'une ame bercée par l'erreur, & lâchement foumife à la tyrannie des fens. Quels nouveaux...

Informations bibliographiques