Jugemens des savans sur les principaux ouvrages des auteurs, Volume 5

Couverture
C. Moette, 1722
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 309 - As réprimé l'orgueil du bourgeois arrogant. Ta muse en jouant l'Hypocrite, A redressé les faux dévots; La précieuse à tes bons mots A reconnu son faux mérite; L'homme ennemi du genre humain, Le campagnard, qui tout admire, N'ont pas lu tes écrits en vain : Tous deux se sont instruits, en ne pensant qu'à rire. En vain tu réformas et la ville et la cour; Mais quelle en fut ta récompense?
Page 119 - Connaissez-le , mon roi , c'est le comble du soin Que de vous obliger ont eu les destinées. Tous vous savent louer, mais non également : Les ouvrages communs vivent quelques années; . Ce que Malherbe écrit dure éternellement
Page 358 - Corneille qui fait mieux parler les Grecs que les Grecs, les Romains que les Romains, les Carthaginois que les citoyens de Carthage ne parlaient...
Page 427 - Racine , tous deux d'un mérite infini; quoique d'un caractère différent , à la gloire de leur Pays > ont...
Page 308 - Il est le seul parmi nous qui ait découvert ces traits de la nature qui la distinguent et qui la font connoître...
Page 308 - Portraits qu'il fait , font fi naturelles qu'elles fe font fentir aux perfonnes les plus groffiéres : & que le talent qu'il avoit, à plaifanter s'étoit renforcé de la moitié par celui qu'il avoit de con• trefaire.
Page 266 - Quant à la Facilité des Vers , il l'a très- grande. Il n'ya rien de plus net, de plus libre, de plus aifé, de plus coulant. Non feulement la Nature y paroît par tout; mais elle y paroît par tout à fon aife (i).
Page 175 - Il faisoit composer les vers de ces pièces , qu'on nommoit alors les pièces des cinq auteurs, par cinq personnes différentes , distribuant à chacun un acte et achevant par ce moyen une comédie en un mois. Ces cinq personnes étoient...
Page 438 - C'eft une beauté toute agréable , toute engageante, qui charme les yeux , & qui touche le cœur ; enfin qui fe fait aimer davantage. XXVIII. • Et pour les comparer aux deux plus grands hommes que l'Antiquité ait produits en ce genre d'écrire pour la Tragédie ,difons que Mr Corneille approche davantage de Sophocle , & que Mr Racine refiemble plus à Euripide.
Page 307 - Moliere , pour pouvoir jouer tout le genre humain , pour trouver le ridicule des chofes les plus férieufes , & pour l'expofer avec...

Informations bibliographiques