Journal étranger

Couverture
Chez J. F. Quillau, 1760
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 15 - ... pareille au bruit d'un torrent après la pluie , au tonnerre qui gronde sur des montagnes éloignées. Plusieurs sont tombés par ton bras ; ils ont été consumés par les flammes de ta colère. Mais , lorsque tu...
Page 12 - Toute la nuit elle s'écrie, elle répète tout le jour : O Connal ! ô mes amours ! ô mon bienaimé ! Plongée dans le deuil & dans les larmes, elle meurt enfin accablée de douleur.
Page 4 - Vous reconnoîtrez , dans ces deux fragmens , cette marche irrégulière, ces passages rapides et sans transition d'une idée à l'autre , ces images accumulées , et toutes prises des grands objets de la nature ou des objets familiers de la vie champêtre , ces répétitions fréquentes , enfin toutes les beautés et aussi tous les défauts qui caractérisent ce que nous appellons le style oriental.
Page 11 - ... la tombe de Connal. Ses feuilles , agitées en tourbillon par les vents, jonchent le tombeau du héros. Souvent les ames des morts fe font voir dans ce lieu , quand le chafleur folitaire & penfif le promene lentement fur la bruyere.
Page 5 - ... écrivains d'Asie , pour leur attribuer une imagination plus vive que celle des peuples du Nord , et pour établir l'extrême influence qu'on a voulu donner au climat sur l'esprit et le caractère des nations. Un auteur connu , peu satisfait de ce systême des climats , a cherché la cause du tour d'esprit des orientaux dans la forme de leur gouvernement.
Page 14 - ... d'Alpin le fils de l'Harmonie , qui pleure sur les morts. Sa tête est courbée sous le poids des ans ; ses yeux rouges sont remplis de larmes. O Alpin , fils de l'Harmonie , pourquoi...
Page 8 - ... l'esprit par le langage tranquille , mais encore orné de la raison. On peut ajouter que la langue polie peut toujours exprimer tout ce qu'exprime la langue sauvage , et que si elle se refuse quelquefois à en imiter les hardiesses , c'est l'effet du goût, et non de l'impuissance...
Page 10 - L'expérience dépose en faveur de cette vérité, , et l'exemple des montagnards d'Ecosse vient se joindre à celui des anciens Germains dont nous parle Tacite, des anciens habitans de la Scandinavie, des nations américaines et des écrivains hébreux. TURGOT. NOUVELLES OBSERVATIONS SUR LES POÉSIES D'OS SI AN.
Page 11 - Ta famille s'est accrue comme un chêne planté sur la montagne , et dont la tête sublime habite parmi les vents. Mais aujourd'hui elle est arrachée de la terre. Qui remplira la place de Connal ? Ici le bruit des armes , ici les soupirs des mourans , se faisoient entendre. O guerre de Fingal ! ô sources de deuil ! ô Connal , c'est ici que tu es tombé. Ton bras étoit semblable à un tourbillon orageux , ton épée à un rayon de la lumière boréale qui parcourt...
Page 6 - C'est donc à d'autres raisons qu'il faut avoir recours pour expliquer l'emploi fréquent que certains peuples font du style figuré ; et la pauvreté de leurs langues , jointe à la simplicité de leurs mœurs, en présente une bien naturelle (i). Il...

Informations bibliographiques