Les princes de la jeune critique: Jules Lemaître ; Ferdinand Brunetière ; Anatole France ; Louis Ganderax ; Paul Bourget ; Paul Bourget

Couverture
Librairie de la nouvelle revue, 1890 - 299 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 113 - L'honneur de contredire a pour lui tant de charmes Qu'il prend contre lui-même assez souvent les armes, Et ses vrais sentiments sont combattus par lui Aussitôt qu'il les voit dans la bouche d'autrui.
Page 266 - Elle seule survit, immuable, éternelle. La mort peut disperser les univers tremblants, Mais la Beauté flamboie, et tout renaît en elle, Et les mondes encor roulent sous ses pieds blancs...
Page 173 - L'homme est un apprenti, la douleur est son maître, Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert. C'est une dure loi, mais une loi suprême, Vieille comme le monde et la fatalité, Qu'il nous faut du malheur recevoir le baptême, Et qu'à ce triste prix tout doit être acheté. Les moissons...
Page 50 - Le parler que j'ayme, c'est un parler simple et naïf, tel sur le papier qu'à la bouche ; un parler succulent et nerveux, court et serré, non tant délicat et peigné comme véhément et brusque...
Page 4 - Flaubert? et que ne cherchez-vous à lui assigner son rang dans la littérature contemporaine? » Hélas! je suis si peu un critique que, lorsqu'un écrivain me prend, je suis vraiment à lui tout entier; et, comme un autre me prendra peut-être tout autant, et au point d'effacer presque en moi les impressions antérieures, comme d'ailleurs ces diverses impressions ne sont jamais de même sorte, je ne saurais les comparer ni assurer que celle-ci est supérieure à celle-là.
Page 175 - Maupassant ne fait point de fabliaux, et fait des contes cruels. Ne nous flattons pas d'avoir entièrement inventé aucune de nos misères. Il ya longtemps que le prêtre murmure en montant à l'autel : « Pourquoi êtes-vous triste, ô mon âme, et pourquoi me troublez-vous? » Une femme voilée est en chemin depuis la naissance du monde : elle se nomme la Mélancolie.
Page 7 - ... estiment aimables pour tous les hommes, les autres, plus faibles, ont des affections plus changeantes et en prennent leur parti. Mais, dogmatique ou non, la critique, quelles que soient ses prétentions, ne va jamais qu'à définir l'impression que fait sur nous, à un moment donné, telle œuvre d'art où l'écrivain a lui-même noté l'impression qu'il recevait du monde à une certaine heure.
Page 231 - ... les états de l'âme particuliers à une génération nouvelle étaient enveloppés en germe dans les théories et les rêves de la génération précédente.
Page xxix - Elle n'est pas plantée à la teste d'un mont coupé, raboteux, inaccessible...; si peut-on y arriver, qui en sçait l'adresse, par des routes ombrageuses, gazonnées et doux- fleurantes.
Page 97 - Les femmes, dans le monde bourgeois du moyen âge, semblent avoir courbé la tête aussi bas qu'en aucun temps et qu'en aucun lieu de la terre, sous la loi de la force et de la brutalité...

Informations bibliographiques