Images de page
PDF

-
rs
- v
- -
-
-
-
-
-

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

-- -

--° -- * -- -, - -- - - - - -

[graphic][graphic]
[graphic]
[graphic]
[subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][subsumed][merged small][merged small][graphic]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][graphic][graphic][graphic]

Que prêche en vain l'ennuyeuse raison.
Quoi qu'il en soit ma Minerve sévere
Adoucira ces grotesques portraits,
Et, les voilant d'une gaze légere,
Ne montrera que la moitié des traits.
Venons au fait : honni qui mal y pense!
Attention : j'ai toussé;je commence. . , -
Non loin des bords du Cher et de l'Auron,
Dans un climat dont je tairai le nom,
Est un vieux bourg, dont l'église sans vitres,
A pour clergé le plus gueux des chapitres.
Là ne sont point de ces mortels fleuris
Qui, dans les bras d'une heureuse indolence,
Exempts d'étude et libres d'abstinence,
N'ont qu'à nourrir leur brillant coloris :
On ne voit là que pâles effigies
Qui du champagne onc ne furent rougies,
Que maigres clercs, chanoines avortons,
Sans rabats fins et sans triples mentons;
Contraints d'aller, traînant leurs faces blêmes,
A chaque office, et de chanter eux-mêmes.
Ils ont pourtant, pour aider leur labeur,
Un chapelain, et quatre enfants de chœur :
Ces jouvenceaux ont leur gîte ordinaire
Chez dame Barbe; elle leur sert de mere
Et de soutien : le public est leur pere.
Il faut savoir, pour plus grande clarté,
Que dame Barbe est une octogénaire,

« PrécédentContinuer »