Le désarmement nucléaire en Asie : l'autre volet de l'accord FNI

Couverture
FeniXX réédition numérique - 200 pages
L’importance et le rôle que peuvent jouer les grands pays asiatiques dans les enjeux stratégiques sont souvent sous-estimés. Pourtant, le Japon a le troisième budget militaire de la planète. La Chine, dont la modernisation technologique s’accompagne d’un essor des ventes d’armes sophistiquées, a repris sa liberté stratégique en normalisant successivement ses relations avec les États-Unis et l’Union soviétique. La péninsule coréenne est plus densément armée que toute autre région du monde. Ces trois foyers stratégiques s’imposent de plus en plus sur le plan international. Cet ouvragé a saisi l’occasion de la négociation globale sur les FNI — nos « euromissiles » — pour aborder l’engagement nouveau des grands pays d’Extrême-Orient dans le débat stratégique. C’est en effet à l’occasion de cette négociation pour le désarmement que l’Asie a imposé l’existence de ses points de vue dans un accord global : jusque-là, parfois consultée par Washington, toujours ignorée par Moscou, elle n’avait jamais vraiment eu voix directe au chapitre. Le fil de l’affaire des euromissiles est donc l’occasion de révéler les préoccupations stratégiques des grands acteurs extrême-orientaux : Japon, Chine et Corée. Les implications d’un accord FNI servent de révélateur aux arrière-pensées nationales et parfois, comme au Japon, coïncident avec un aggiornamento de plus en plus net du débat de défense. Ouvrage de référence indispensable pour suivre tous les aspects asiatiques de l’affaire des euromissiles pendant une décennie jusqu’en 1987, Le désarmement nucléaire en Asie permet aussi de comprendre la façon dont les grands pays d’Extrême-Orient réagissent au climat global de détente et de désescalade des armements.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques