Précis analytique des travaux de l' Académie. [With] Tables des matières, de 1876 à 1911, par E. Chardon

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 145 - Les cieux instruisent la terre A révérer leur auteur : Tout ce que leur globe enserre Célèbre un Dieu créateur. Quel plus sublime cantique Que ce concert magnifique De tous les célestes corps ? Quelle grandeur infinie ! Quelle divine harmonie Résulte de leurs accords!
Page 257 - A même temps j'ai vu sur le bord d'un ruisseau La cane s'humecter de la bourbe de l'eau, D'une voix enrouée et d'un battement d'aile , Animer le canard qui languit auprès d'elle.
Page 310 - Qu'on parle mal ou bien du fameux cardinal, Ma prose ni mes vers n'en diront jamais rien : II m'a fait trop de bien pour en dire du mal; II m'a fait trop de mal pour en dire du bien.
Page 264 - ... incompatibles , je veux baiser le fleuret dont je prétends lui porter une botte franche : je ne fais ni une satire , ni un libelle diffamatoire, mais de simples observations...
Page 256 - J'arrache quelquefois trop d'applaudissements, Et content du succès que le mérite donne, Par d'illustres avis, je n'éblouis personne ; Je satisfais ensemble et peuple et courtisans ; Et mes vers en tous lieux sont mes seuls partisans. Par leur seule beauté, mi plume est estimée ; Je ne dois qu'à moi seul toute ma renommée ; Et pense toutefois n'avoir point de rival A qui je fasse tort en le traitant d'égal.
Page 216 - Bûcheron, arreste un peu le bras : Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ; Ne vois-tu pas le sang lequel dégoûte à- force Des Nymphes qui vivoient dessous la dure escorce? Sacrilège meurdrier '; si on pend un voleur Pour piller...
Page 255 - Je sais ce que je vaux, et crois ce qu'on m'en dit. Pour me faire admirer je ne fais point de ligue : J'ai peu de voix pour moi, mais je les ai sans brigue ; Et mon ambition pour faire plus de bruit, Ne les va point quêter de réduit en réduit : Mon travail sans appui monte sur le théâtre ; Chacun en liberté l'y blâme ou l'idolâtre.
Page 262 - II est de certaines pièces comme de certains animaux qui sont en la nature, qui de loin semblent des étoiles, et qui de près ne sont que des vermisseaux. Tout ce qui brille n'est pas toujours précieux ; on voit des beautés d'illusion comme des beautés effectives, et souvent l'apparence du bien se fait prendre pour le bien même. Aussi ne m'étonnai-je pas beaucoup que le peuple, qui porte le jugement dans les yeux, se laisse tromper par celui de tous les sens le plus facile à décevoir...
Page 254 - La foule a été si grande à nos portes, et notre lieu s'est trouvé si petit, que les recoins du théâtre, qui servaient les autres fois comme de niches aux pages, ont été des places de faveur pour les cordons bleus, et la scène ya été d'ordinaire parée de croix de chevaliers de l'ordre.
Page 263 - ... que cette vapeur grossière qui se forme dans le parterre ait pu s'élever jusqu'aux galeries, et qu'un fantôme ait abusé le savoir comme l'ignorance, et la cour aussi bien que le bourgeois, j'avoue que ce prodige m'étonne, et que ce n'est qu'en ce bizarre événement que je trouve le Cid merveilleux.

Informations bibliographiques