Petite bibliothèque des théatres, contenant un recueil des meilleures pieces du théatre françois, tragique, comique, lyrique & bouffon, depuis Porigine des spectacles en France, jusqu'à nos jours, Volume 47

Couverture
Au Bureau de la Petite bibliotheque des théatres, 1787

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 105 - L'aigle d'une maison n'est qu'un sot dans une autre ; Je dis ici qu'Éraste est un mauvais plaisant; Eh bien ! on dit ailleurs qu'Éraste est amusant. Si vous parlez des faits et des tracasseries, Je n'y vois dans le fond que des plaisanteries ; Et si vous attachez du crime à tout cela, Beaucoup d'honnêtes gens sont de ces fripons-là.
Page 99 - Je ne le connais plus s'il n'est point honnête homme : Mais il me reste un doute; avec trop de bonté Je crains de me piquer de singularité : Sans condamner l'avis de Cléon , ni le vôtre , J'ai l'esprit de mon siècle, et je suis comme un autre.
Page 29 - Cela m'est fort égal : on me craint, on m'estime ; C'est tout ce que je veux ; et je tiens pour maxime Que la plate amitié, dont on fait tant de cas, Ne vaut pas les plaisirs des gens qu'on n'aime pas.
Page 29 - J'en ai mille, et pas un. Veux-tu que, limité Au petit cercle obscur d'une société, J'aille m'ensevelir dans quelque coterie? Je vais où l'on me plaît, je pars quand on m'ennuie, Je m'établis ailleurs, me moquant au surplus D'être haï des gens chez qui je ne vais plus: C'est ainsi qu'en ce lieu, si la chance varie, Je compte planter là toute la compagnie.
Page 94 - L'homme éclairé suspend l'éloge et la censure ; II sait que sur les arts , les esprits , et les goûts , Le jugement d'un seul n'est point la loi de tous , Qu'attendre est pour juger la règle la meilleure , Et que l'arrêt public est le seul qui demeure.
Page 31 - Pour objet éternel l'affreuse vérité, Et pour tout sentiment l'ennui d'avoir été ? C'est au stupide, au lâche, à plier sous la peine, A ramper, à vieillir sous le poids de sa chaîne. Mais, vous en conviendrez, quand on sait réfléchir. Malheureux sans remède, on doit savoir finir.
Page 42 - L'affaire est en bon train, et tout ira fort bien Après que j'aurai fait la leçon à Valère Sur toute la maison, et sur l'art...
Page 3 - II changera de guide ; il arrive aujourd'hui : Tu verras ; les méchants nous apprennent à l'être ; Par d'autres, ou par moi, je lui peindrai ton maître. Au reste, arrange-toi, fais tes réflexions : Je t'ai dit ma pensée et mes conditions : J'attends une réponse, et positive, et prompte. Quelqu'un vient, laisse-moi... Je crois que c'est Géronte.
Page 39 - Oh ! fiez-vous à moi, je veux les célébrer Si bien que de six mois ils n'osent se montrer. Ce n'est pas sur leurs mœurs que je veux qu'on en cause, Un vice, un déshonneur, font assez peu de chose, Tout cela dans le monde est oublié bientôt; Un ridicule reste, et c'est ce qu'il leur faut.
Page 60 - Florise a de l'esprit : avec cet avantage On a de la ressource ; et je crois bien plus sage Que vous la rameniez par raison, par douceur, Que d'aller opposer la colère à l'humeur. Ces nuages légers se dissipent d'eux-mêmes ; D'ailleurs, je ne suis point pour les partis extrêmes. Vous vous aimez tous deux. GÉRONTE. Et qu'en pense Cléon ? CLÉON.

Informations bibliographiques