Voyage du sieur Paul Lucas, fait par ordre du Roy dans la Grèce, l'Asie Mineure, la Macédoine et l'Afrique...

Couverture
N. Simart, 1712
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 104 - Lucas, me parut, et il est en effet, fort singulier. J'en fus d'autant plus surpris qu'il m'était fait par un Turc que je croyais n'avoir jamais mis le pied en France. Au reste, je ne le rapporte qu'en historien, et je passe même plusieurs choses encore moins croyables, qu'il me raconta cependant d'un ton affirmatif. Je me contenterai de remarquer que l'on a ordinairement une idée trop basse de la science des Turcs, et que celui dont je parle est un homme d'un génie supérieur.
Page 103 - Ensuite, il eut recours au même stratagème pour lui: 'comme l'on fait tout pour de l'argent, il n'eut pas de peine à gagner les médecins et les gens d'Église. Il laissa un testament dans les formes où il recommandait avec soin qu'on l'enterrât avec sa femme et qu'on élevât une pyramide sur leurs sépultures.
Page 227 - C'eft appa-* lemment fur ces hauteurs qu'étoient autrefois fes forterefles» Elle a d'un côté la Marife * qui baigne le pied de fes maifons. Cette rivière , qui eft l'Hebre des Anciens» y porte toute forte de' bateaux , & par conféquent la plupart des commodités de la vie.
Page 99 - S'étant aperçu de ma surprise, il me demanda, sur le même ton, si j'étais assez bon pour croire que Flamel fût mort. « Non, non, me dit-il, vous vous trompez : Flamel est vivant. Ni lui ni sa femme ne savent encore ce que c'est que la mort. Il n'ya pas trois ans que je les ai laissés, l'un et l'autre, aux Indes, et c'est un de mes fidèles amis.
Page 149 - ... ou des capuchons ou des bonnets à la mode des papas grecs , ou même des femmes qui portoient un enfant entre leurs bras , et que je pris tout d'abord pour des images de la Vierge. Mais j'aperçus aussitôt quelques figures différentes des premières, qui dans la pyramide finissoient en Terme , et au dehors tenoient leurs bras croisés. Quelques-unes sembloient avoir des masques d'oracles; à d'autres je trouvai des...
Page 271 - On y rencontre par tout des Marbres d'une beauté & d'une grandeur furprenante; ils y ont été prodiguez ; & l'on trouve à chaque pas des colonnes de Granite &: de Jafpe.
Page 148 - ... entrer, un bel escalier pour y monter, et de grandes fenêtres qui en rendent toutes les chambres très-éclairées. Enfin je remarquai que la pointe de chaque pyramide était terminée par quelque figure. Je rêvai longtemps sur la structure, et principalement sur l'usage que l'on pouvoit avoir fait de tant de pyramides : car il n'y en avoit pas pour deux ou trois cents, mais plus de deux mille de suite, ou à quelque distance les unes des autres. Je crus d'abord que ce pourroit avoir été...
Page 271 - En effet, quoi» que les maisons y soient en grand nombre, et » que l'air y soit admirable , il n'ya presque » point d'habitans. Il ya une commodité que » l'on ne trouve pas ailleurs ; y demeure qui » veut , et les maisons s'y donnent sans que l'on » en paie aucun loyer. Au reste , si cette ville » célèbre est de toutes les anciennes celle qui a » consacré le plus de monumens à la...
Page v - ... de l'histoire romaine, grecque, ou même persane et arabe, nous touchent infiniment plus, que ce qu'on nous rapporte des terres nouvellement découvertes?
Page 148 - Je ne puis même à présent y penser sans en avoir l'esprit frappé. J'avois fait déjà beaucoup de voyages, mais je n'avois jamais vu, ni même entendu parler de rien de semblable. Ce sont une quantité prodigieuse de pyramides, qui s'élèvent les unes plus, les autres moins, mais toutes faites d'une seule roche, et creusées en dedans de manière qu'il ya plusieurs appartements les uns sur les autres, une belle porte pour y entrer, un bel escalier pour y monter...

Informations bibliographiques