La parole de Dieu: or, la Chaire Israeĺite ancienne et moderne

Couverture
P. Ollendorff, 1880 - 368 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 94 - ... nombre d'hommes ont rejeté la foi chrétienne et subissent la juste peine de leur orgueil. Aveuglés par leurs passions, ils cherchent vainement la vérité. Elle les suit et ne leur laisse embrasser que l'erreur, et ils se croient sages lorsqu'ils appellent mal le bien et bien le mal, lorsqu'ils mettent les ténèbres à la place de la lumière et la lumière à la place des ténèbres.
Page 343 - soit ouverte à tous et que les pauvres soient les enfants de ta maison. » — « La journée est courte , le travail immense , les ouvriers nonchalants , « le salaire considérable et le maître de maison pressant. » — « Rappelle«toi ces trois choses et tu ne tomberas point dans le péché : sache d'où « tu viens, où tu vas et à qui tu dois rendre compte de tes actions. D'où « viens-tu? D'un atome de matière corrompue.
Page 204 - ... de la gloire innocente de l'homme sur son malheur, de la pureté primitive de la nature sur sa corruption. La moindre petite légende catholique a gagné plus de cœurs à ces immortelles vérités que toutes les dissertations des philosophes. C'est toujours le sentiment de cette glorieuse sympathie entre le Créateur et la créature, entre le ciel et la terre, qui se fait jour à travers les siècles; mais tandis que l'antiquité païenne l'avait balbutié, en donnant à ses dieux tous les vices...
Page 25 - Depuis le levant jusqu'au couchant mon nom est grand parmi les nations : partout on offre à mon nom de l'encens, des sacrifices et des oblations pures (2).
Page 25 - N'avons-nous pas tous un même père, n'est-ce pas le même Dieu qui nous a créés? Pourquoi donc nous trahir les uns les autres, profaner la sainte alliance de nos pères (3)?
Page 351 - Les citations que nous venons de faire et que nous aurions pu multiplier mettent hors de conteste le principe de la division et la variété des formes mises à sa disposition.
Page 7 - Dieu est trine et un , que l'Ecriture l'appelle Père, Fils et- Saint-Esprit , Raymond leur prouve, dans la seconde section, que la sainte Trinité, un seul Dieu, a fait l'homme à son image et à sa ressemblance, et que cet homme , trompé par le diable, est tombé par désobéissance, et que, par là, il est devenu, avec toute sa postérité , tellement coupable envers Dieu , que nul ne pouvait satisfaire pour lui qu'un Dieu homme. Au chapitre quatrième de cette section , l'on voit que , d'après...
Page 89 - On voit au sommet du couvercle, assis autour d'un ange, les trois jeunes Hébreux sauvés de la fournaise ardente où ils avaient été jetés par ordre de Nabuchodonosor.

Informations bibliographiques